Lettre d'information

La nécropole nationale de Reillon

La nécropole nationale de Reillon. © Guillaume Pichard

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_Reillon

 

Aménagée au terme des combats d'août 1914, la nécropole nationale de Reillon regroupe les soldats tués lors des affrontements de la Vézouze et du front de Lorraine et témoigne, ainsi, de l’extrême violence des opérations de l'été 1914. Ce lieu de mémoire rassemble les corps de 1 324 soldats français dont 370 reposent dans 2 ossuaires. Aux côtés de ces soldats, ont été inhumés deux soldats français tués en juin 1940. En ce lieu de mémoire, deux monuments honorent le souvenir des morts des 223e et 333e régiments d’infanterie. Cette nécropole est mitoyenne d'un cimetière allemand rassemblant 5 428 corps, 2 842 soldats de la Première guerre mondiale dont 1 873 reposent en ossuaires et 2 586 soldats de la Seconde Guerre mondiale dont 330 en fosse collective.

 

Les combats de Reillon et de la Vézouze, 19 juin 1915

En août 1914, les troupes allemandes engagent un vaste mouvement tournant par la Belgique en vue d'envelopper l’armée française. Après avoir concentré ses forces à la frontière, le général Joffre, appliquant le plan XVII, décide de porter ses efforts en Alsace et en Lorraine. Pour leur part, plus au nord, les 3e et 5e armées françaises ainsi que le corps expéditionnaire britannique se déploient au nord pour contenir la manœuvre allemande. C'est la bataille des Frontières, où entre Charleroi et Longwy, le choc est brutal. La Lorraine est ainsi au cœur des premiers enjeux militaires de la guerre où s'affirment déjà l'artillerie et l'aviation.

Malgré quelques succès, les Français ne parviennent pas à endiguer la pression ennemie. En quelques jours débordés et au terme d’importants sacrifices, ils sont contraints d'entamer un mouvement rétrograde. Au soir du 20 août, le mouvement offensif en Lorraine est définitivement brisé. Au terme des violents combats autour du Grand Couronné, l’étau sur Nancy se desserre mais le front reste proche au nord de Lunéville. Jusqu'à la fin de la guerre en novembre 1918, son tracé n’évolue guère.

Pour autant, des combats plus ou moins importants s’y déroulent en vue de consolider une position ou conquérir un point d’observation. Dans la vallée de la Vézouze, le bois Zeppelin ou la forêt de Paroy sont ainsi âprement disputés, tout comme la cote 303. Dominant Reillon, cette position est, le 20 juin 1915, conquise par les fantassins des 223e, 250e, 234e et 333e régiments d’infanterie (RI). Multipliant les contres attaques, l'ennemi ne peut y déloger les Français. Un monument érigé au sommet de la cote 303 rappelle de ce fait d'armes au cours duquel les fantassins, en raison des températures élevées, furent autorisés à monter à l’assaut en bras de chemise. Au terme de cet épisode, s'engage une guerre de mines au cours de laquelle les Allemands cherchent à passer sous les lignes françaises. Dans la nuit du 10 au 11 juillet 1916, l'explosion de cinq mines ouvrent les lignes du 162e RI. Toutefois, l’effet de surprise ne profite pas aux Allemands rapidement contenus. Jusqu’à la fin de la guerre, la Meurthe-et-Moselle connaît un calme relatif. C'est pourquoi de nombreux camps d’entraînement, y sont aménagés ou bien encore l'imposante ambulance chirurgicale souterraine située à Domjevin.

 

  • La nécropole nationale de Reillon. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Reillon. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Reillon. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Reillon. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Reillon. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Reillon. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Reillon. © Guillaume Pichard

  • Soldats français en tenue d'hiver, équipés avec des peaux de mouton. Ils ont pu rejoindre les positions françaises près de Reillon. © Amicale du 34e Régiment d’Infanterie

  • Section de combat du 234e Régiment d’Infanterie dans le secteur de Brin. © Amicale du 34e Régiment d’Infanterie

  • Paul Bestaven du 234e régiment d’infanterie dans le secteur de Brin. © Amicale du 34e Régiment d’Infanterie

  • Réseau de barbelés dans le secteur du 234e régiment d’infanterie devant le secteur de Brin. © Amicale du 34e Régiment d’Infanterie

  • Soldats français devant leur cantonnement. © Amicale du 34e Régiment d’Infanterie

  • Aux côtés de deux camarades, le lieutenant Lalande, au centre, décoré de la Croix de Guerre. © Amicale du 34e Régiment d’Infanterie/Tournyol du Clos

  • Cimetière dans la plaine de Reillon. © Collection particulière - FBN - DR

  • Nécropole nationale du Reillon aménagée après l'armistice du 11 novembre 1918. © Collection particulière - FBN - DR

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    Reillon
    À l’est de Lunéville, D 163

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année

    En résumé

    Eléments remarquables

    Monument aux morts des 223e et 333e RI 1914-1918

    En savoir Plus

    En savoir plus

    Meurthe-et-Moselle tourisme

    14, rue Louis Majorelle

    54000 Nancy

    Tél. : 03 83 94 51 90

    Accéder au site internet