Lettre d'information

1962, fin de guerre en Algérie

La délégation algérienne sur le perron de l’hôtel du Parc d’Évian-les-Bains lors des pourparlers visant à mettre fin à la guerre, 17 mars 1962
La délégation algérienne sur le perron de l’hôtel du Parc d’Évian-les-Bains lors des pourparlers visant à mettre fin à la guerre, 17 mars 1962 - © AFP

Sommaire

    Chronologie
    Chronologie
    1962, fin de guerre en Algérie
    janvier 1962

    16 janvier : manifestation anti OAS (Organisation Armée Secrète) à Toulouse.

    24 janvier : plasticages OAS à Paris pour l’anniversaire de la "semaine des Barricades".

    29 janvier : attentat OAS à Toulouse et à Alger (explosion de la villa Andréa à El Biar, QG des barbouzes).

    février 1962

    7 février : attentats OAS à Paris contre les domiciles de plusieurs personnalités.

    8 février : affaire de la station de métro Charonne (manifestation contre l’OAS malgré l’interdiction du gouvernement violemment réprimée).

    13 février : manifestation à l’occasion de l'enterrement au cimetière du Père-Lachaise des victimes de l'affaire de la station de métro Charonne.

    mars 1962

    7 mars : reprise des négociations entre le gouvernement français et le gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) à Évian.

    10 mars : attentat d'Issy-les-Moulineaux supposé OAS.

    15 mars : assassinat de six dirigeants de centres sociaux à El Biar par l’OAS.

    18 mars : signature des accords d'Évian accordant l’indépendance à l’Algérie.

    19 mars : cessez-le-feu en Algérie en application des accords d'Évian.

    23 mars : affrontement dans le quartier populaire de Bab-el-Oued à Alger entre les forces armées françaises et l'OAS.

    25 mars : arrestation du dirigeant de l'OAS, Edmond Jouhaud, à Oran.

    26 mars : fusillade de la rue d’Isly, à Alger, lors de la manifestation pacifique de quelque 4 000 pieds-noirs à Bab-el-Oued.

    avril 1962

    7 avril : arrestation de Roger Degueldre, chef des commandos Delta.

    8 avril : référendum sur les accords d'Évian en métropole se concluant par 90 % de oui.

    9 avril : fermeture des facultés à Alger.

    11 avril : fermeture d’une partie du port d’Alger, l’OAS voulant empêcher le départ des Européens.

    13 avril : condamnation à mort du général Edmond Jouhaud.

    14 avril : démission du Premier ministre Michel Debré, en désaccord avec de Gaulle sur l’opportunité d’élections anticipées ; formation d’un nouveau gouvernement par Georges Pompidou.

    20 avril : arrestation à Alger du général Raoul Salan, chef de l'OAS.

    mai 1962

    2 mai : terreur en Algérie, attentat terroriste au port d’Alger par des membres de l’OAS.

    10 mai :  assassinat à Alger par l’OAS de sept femmes de ménage algériennes travaillant pour des familles européennes ; en réaction, ordre de Si Azzedine, commandant de la zone autonome d’Alger, d’exécuter tous les Français détenus.

    19 mai : début du rapatriement massif des européens d’Algérie.

    23 mai : condamnation à la réclusion à perpétuité du général Salan.

    juin 1962

    7 juin : exécution de deux membres de l’OAS, Albert Dovecar et Claude Piegts, au fort du Trou-d'Enfer, à Marly-le-Roi, condamnés à mort pour l’assassinat du commissaire central d’Alger, Roger Gavoury. Incendie de la bibliothèque universitaire d’Alger par les commandos Delta ; point culminant de la "politique de la terre brûlée" menée par l’OAS.

    17 juin : accord Mostefaï-Susini entre le FLN (Front de Libération Nationale) et l'OAS marquant la fin effective de la guerre d'Algérie.

    27 juin : capitulation de l’OAS.

    Juillet 1962

    1er juillet : référendum d’autodétermination en Algérie, 99,7 % des suffrages exprimés pour l’indépendance.

    3 juillet : reconnaissance officielle par la France de l’indépendance de l’Algérie ; transfert de souveraineté à l’exécutif provisoire de l’État algérien.

    5 juillet : massacres de pieds noirs et de musulmans à Oran et dans l'Oranie.

    6 juillet : exécution de Roger Degueldre, militant des commandos Delta, au fort d'Ivry.

    17 juillet : début des massacres de harkis par le FLN.

    août 1962

    16 août : rétablissement des relations diplomatiques entre la France et la Tunisie.

    22 août : attentat manqué de l’OAS au rond-point du Petit Clamart contre le général de Gaulle.

    28 août : signature de neuf protocoles, conventions et accord franco-algérien ; protocole pour les conditions d'exercice des agents français en service en Algérie, protocoles financiers, protocole judiciaire, protocole pour l'exploitation du pétrole au Sahara...

    septembre 1962

    20 septembre : annonce télévisée de De Gaulle portant sur un référendum pour l'élection du président de la République au suffrage universel le 28 octobre.

    22 septembre : ouverture d’une information contre Jacques Soustelle, opposés au projet de réforme constitutionnelle proposé par le général de Gaulle, pour complot contre l’autorité de l’État.

    23 septembre : élections sénatoriales.

    octobre 1962

    1er octobre : le recours à l’article 11 (référendum) pour réviser la Constitution estimé inconstitutionnel par le Conseil d’État.

    4 octobre : évacuation de la base navale de Bizerte par les Français annoncée pour le 15 octobre 1963.

    4-5 octobre : vote par l'Assemblée nationale d’une motion de censure contre le gouvernement Pompidou pour exprimer le refus de la proposition de réforme du mode d'élection du président de la république.

    6 octobre : démission du gouvernement Pompidou.

    10 octobre : dissolution de l'Assemblée nationale par de Gaulle.

    18 octobre : allocution radiotélévisée de De Gaulle annonçant son retrait en cas de rejet ou de timide acceptation de sa proposition du 20 septembre.

    19 octobre : arrêt Canal, Robin, Godot ; annulation par le Conseil d'État de l'ordonnance du général de Gaulle instituant la Cour militaire de justice ayant condamné les intéressés à la peine de mort pour infractions en lien avec les événements d’Algérie.

    28 octobre : référendum sur l'élection au suffrage universel du président de la République ; 62 % de oui.

    novembre 1962

    18 et 25 novembre : victoire gaulliste aux élections législatives.

    28 novembre : condamnation à mort du général Edmond Jouhaud commuée en détention criminelle à perpétuité par le Président de la République.

    décembre 1962

    7 décembre : constitution du deuxième gouvernement Pompidou.

    En résumé

    DATE : 18 mars 1962

    LIEU : Évian-les-Bains

    OBJET : Signature des accords de cessez-le-feu en Algérie, organisant également une transition de la souveraineté française à la souveraineté algérienne et comportant des clauses traçant les grandes lignes de la future coopération entre les deux États

    REPRÉSENTANTS : Le Gouvernement de la République française et du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA)

    Le 18 mars 1962, à Évian-les-Bains, le gouvernement français et ses homologues algériens signent un accord qui, ouvrant la voie à l’indépendance de l’Algérie, annonce la fin de 132 années de colonisation et d’une guerre débutée en 1954. Il ne fait pour autant pas cesser immédiatement la violence ni les affrontements.

    Pourquoi la guerre d’Algérie ne devrait-elle pas être commémorée à la date de l’anniversaire du cessez-le-feu d’Évian, le 19 mars 1962 ? C’est la question qui a divisé les associations d’anciens combattants français depuis le 19 mars 1963. Selon la Fédération nationale des anciens combattants en Algérie et l’Association républicaine des anciens combattants, les guerres se commémorent à la date de l’acte de cessez-le-feu qui leur a mis fin, comme les deux Guerres Mondiales commémorées le 11 novembre (1918) et le 8 mai (1945). Selon les autres associations, au contraire, le 19 mars ne devrait pas être commémoré parce qu’il n’a pas mis fin à la guerre d’Algérie mais a inauguré sa pire période.

    En quoi consistaient donc les accords d’Évian signés le 18 mars 1962 par les représentants du gouvernement français et par ceux du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), et comment ont-ils été appliqués sur le terrain par les uns et par les autres ?

    En finir avec la guerre

    Les accords d’Évian étaient le résultat d’un long processus de négociation, entamé pour l’essentiel au lendemain du référendum du 8 janvier 1961 par lequel le gouvernement français avait été mandaté pour préparer l’autodétermination de l’Algérie en créant un embryon d’État algérien. Ces négociations avec le GPRA durèrent près de quinze mois, furent retardées par le "putsch des généraux" du 22 avril 1961 à Alger, puis ouvertes publiquement à Évian le 20 mai 1961 et deux fois suspendues, d’abord par la France en juin, puis par le GPRA en juillet. Après plusieurs mois de grande incertitude, la négociation reprit secrètement en novembre 1961et aboutit à des accords préliminaires conclus le 18 février 1961 dans un chalet des Rousses, puis renégociés à Évian du 7 au 18 mars 1962. Pendant ce temps, les opposants français à la négociation avec le Front de libération nationale (FLN) avaient fondé l’Organisation armée secrète (OAS), seule force organisée tentant d’empêcher l’application des accords par la force.

    Les accords d’Évian étaient, selon le mot de l’un de leurs signataires français Robert Buron, "un bien étrange document". En effet, il ne s’agissait pas seulement d’un accord de cessez-le-feu entre deux armées, mais aussi d’une procédure organisant une transition de la souveraineté française à la souveraineté algérienne pendant une période transitoire de trois à six mois, et enfin de clauses traçant les grandes lignes de la future coopération entre les deux États pour les années à venir. En effet, ces accords étaient constitués par plusieurs documents : un accord de cessez-le-feu bilatéral, et des "déclarations gouvernementales relatives à l'Algérie", définies d'un commun accord mais publiées séparément par les deux parties.

     

    Une Humanité

    Annonce du cessez-le-feu en Algérie. Une de L'Humanité du 19 mars 1962. © Bianchetti/Leemage/Leemage via AFP

     

    La déclaration générale résumait les grandes lignes des accords. Elle indiquait l'organisation des pouvoirs publics pendant la période transitoire (coexistence d'un haut-commissaire de France, responsable en dernier ressort du maintien de l'ordre, et d'un exécutif provisoire algérien à majorité musulmane) et les garanties du référendum d'autodétermination qui devait ratifier les accords et créer l'État algérien dans un délai de trois à six mois. Elle proclamait la pleine souveraineté du futur État, garantissait la liberté et la sécurité de ses habitants (particulièrement celles des Français d'Algérie), et fixait les principes de la coopération entre les deux États, du règlement des questions militaires, et de celui des litiges. La déclaration des garanties promettait une entière impunité à tous les habitants pour les actes commis avant le cessez-le-feu et les opinions émises avant le scrutin d'autodétermination, ainsi que la pleine liberté de circuler entre les deux pays. Elle accordait aux Français d'Algérie le droit d'exercer pendant trois ans les droits civiques algériens (avec une représentation proportionnelle à leur nombre) avant de choisir leur nationalité définitive, leur garantissait, ainsi qu'aux ressortissants français de statut étranger, le respect de leur droit civil, de leur religion, de leur langue, de leurs biens. Une déclaration de principe relative à la coopération économique et financière fondait celle-ci sur une base contractuelle de réciprocité des intérêts. D'autres déclarations fixaient les principes de la coopération pour la mise en valeur des richesses du sous-sol saharien, dans le respect des droits acquis et au moyen d'un organisme technique franco-algérien ; de la coopération culturelle visant à développer l'enseignement, la formation professionnelle et la recherche scientifique et les échanges culturels ; de la coopération technique par l'envoi d'agents français en Algérie et de stagiaires algériens en France. Une déclaration relative aux questions militaires stipulait la réduction des forces françaises à 80 000 hommes, un an après l'autodétermination, et leur évacuation totale deux ans plus tard, à l'exception des bases navale et aérienne de Mers-el-Kebir et Bou Sfer concédées pour quinze ans, des sites sahariens d'essais de fusées et de bombes atomiques pour cinq ans et de droits d'escale sur certains aérodromes pour cinq ans. Une dernière déclaration prévoyait le règlement des différends par voie de conciliation, d'arbitrage, ou d'appel à la Cour internationale de justice de La Haye.

    Une application chaotique

    Dès le 19 mars, la France mit en application les clauses des accords qui organisaient la transition de l’Algérie française à l’Algérie algérienne, sous la souveraineté française incarnée par le Haut-commissaire Christian Fouchet, mais en collaboration avec un Exécutif provisoire franco-algérien désigné d’un commun accord et présidé par l’ancien élu rallié au FLN Abderrahmane Farès. Dans l’immédiat, la France dut briser par la force l’opposition de l’OAS qui refusait de reconnaître les accords d’Évian au nom des Français d’Algérie et s’efforçait de les rendre inapplicables en refusant le cessez-le-feu dès la publication de l’accord des Rousses. Dans ses deux points forts, Alger et Oran, l’OAS renforça son action terroriste contre le FLN, contre la population algérienne musulmane qui vivait sous son autorité, et contre les "forces de l’ordre" françaises dans la mesure où elles refusaient de la rejoindre.

     

    manifestants européens

    Des manifestants européens opposés à l'indépendance de l'Algérie défilent dans la rue d'Isly à Alger, le 26 mars 1962.
    Plusieurs dizaines de personnes seront tuées lors de cet événement. © AFP

     

    L’annonce du cessez-le-feu devait déclencher une épreuve de force décisive. Elle aboutit au brutal ratissage du quartier de Bab-el-Oued par l’armée française le 23 mars et à la fusillade de la foule française manifestant dans la rue d’Isly par un barrage de tirailleurs algériens de l’armée française qui fit près de 70 morts parmi les manifestants algérois le 26 mars 1962, puis à l’échec de l’implantation d’un contre-maquis dans l’Ouarsenis (fin mars début avril 1962). La multiplication des arrestations de chefs de l’OAS à Alger (Roger Degueldre, puis le général Salan, chef nominal de toute l’organisation, le 20 avril) n’arrêta pas cette escalade de la violence, qui ne fut interrompue que par une négociation directe entre Jean-Jacques Susini, le président de l’Exécutif provisoire Abderrahmane Farès, et le chef des délégués du FLN dans cet exécutif, Chawki Mostefaï, aboutissant à un cessez-le-feu le 17 juin 1962. Quant à l’OAS d’Oran, beaucoup mieux organisée, malgré l’arrestation de son chef le général Jouhaud le 25 mars, elle continua son action armée contre le FLN et contre les forces françaises commandées par le général Katz jusqu’à la fin juin 1962.

    Pendant ce temps, le FLN et son Armée de libération nationale (ALN) appliquaient le cessez-le-feu d’une manière très relative. Le nombre de militaires français tués, blessés ou enlevés en Algérie après le 19 mars resta non négligeable, ainsi que le nombre de victimes civiles d’attentats et d’enlèvements. Les unités de l’ALN qui devaient, selon l’article 3 de l’accord de cessez-le-feu, "se stabiliser à l’intérieur des régions correspondant à leur implantation actuelle", se hâtèrent d’en sortir pour étendre leur autorité sur la population algérienne, et l’armée française, après avoir tenté de s’y opposer par la force, y renonça rapidement.

    Puis, quelques jours après la ratification des accords d’Évian en France métropolitaine par le référendum du 8 avril 1962, la prise de fonctions de l’Exécutif provisoire à Rocher Noir le 13 avril et le remplacement de Michel Debré par Georges Pompidou à la tête du gouvernement français le 14 avril, une série d’enlèvements de civils français d’Algérie à Alger, à Oran et dans les régions environnantes commença le 17 avril, suivant la thèse de l’historien Jean Monneret qui l’a qualifiée de "terrorisme silencieux". Présentée par le chef de la Zone autonome d’Alger, Si Azzedine, comme une riposte nécessaire au terrorisme anti-algérien de l’OAS, cette série d’enlèvements n’a pas touché, dans la très grande majorité des cas, des "tueurs" armés qui avaient les moyens de se défendre : si elle les visait, c’était indirectement, en provoquant par la terreur la fuite massive de la population civile française qui les abritait.

     

    habitants Oran

    Des habitants de la ville d'Oran regardent, près du port, les réservoirs en feu de la British Petroleum attaqués par les commandos Delta de l’OAS, 25 juin 1962. © STF/UPI/AFP

     

    Presque deux mois après le 19 mars, le 14 mai, la Zone autonome d’Alger commandée par Si Azzedine rompit ouvertement le cessez-le-feu d’Évian par une série d’attaques terroristes dans la ville d’Alger, accompagnées par l’exécution de tous les otages enlevés précédemment. Le général de Gaulle finit par s’en émouvoir. Le 23 mai, dans les décisions du Comité des affaires algériennes signées de sa main, on peut lire : "Le Haut-Commissaire interviendra afin que l’Exécutif Provisoire obtienne qu’il soit mis fin aux enlèvements et aux meurtres d’Européens actuellement perpétrés à Alger. Il appartient, en fait, à M. Farès de faire en sorte que Si Azzedine cesse son action dans ce domaine ou soit appréhendé". En réalité, Si Azzedine obtint ce qu’il voulait : l’installation d’"Auxiliaires temporaires occasionnels" (ATO) algériens, choisis par la Zone autonome dans les quartiers européens d’Alger, et l’expulsion de policiers et de militaires français hostiles à sa cause ; et le gouvernement français n’obtint pas un désaveu des enlèvements de la part du GPRA.

    Ouvrir la voie à l’indépendance

    Voyant que le cessez-le-feu n’était plus respecté, le général de Gaulle décida, le 15 mai, d’avancer la date du référendum d’autodétermination en Algérie – ajourné à cause de la situation chaotique du pays – et donc la fin de la période transitoire, au 1er juillet 1962, afin d’obliger chacun à prendre ses responsabilités au plus vite. Il obtint satisfaction à Alger, par l’accord de cessez-le-feu négocié entre l’OAS et le FLN, mais pas à Oran.

    D’autre part, la sécurité des "Français musulmans" engagés du côté français était théoriquement garantie par la "déclaration générale" et la "déclaration des garanties" qui affirmaient : "Nul ne pourra faire l’objet de mesures de police ou de justice, de sanctions disciplinaires ou d’une discrimination quelconque en raison : - d’opinions émises à l’occasion d’événements survenus en Algérie avant le jour du scrutin d’autodétermination ; - d’actes commis à l’occasion des mêmes événements avant le jour de la proclamation du cessez-le-feu". Mais, dès le 19 mars, un massacre de "harkis" eut lieu à Saint-Denis-du-Sig (Oranie). Un peu partout, des promesses de pardon ou de "rachat" contre versement à l’ALN des primes de démobilisation furent suivies d’enlèvements et de sévices ou de supplices que leurs auteurs voulaient exemplaires. Mais une directive de la wilaya V datée du 10 avril 1962, interceptée par l’armée française et divulguée par l’OAS, faisait craindre le pire après la date de l’indépendance, en invitant le peuple algérien à attendre cette date pour assouvir sa juste vengeance. Pourtant, le ministre des affaires algériennes Louis Joxe et le ministre de la Défense Pierre Messmer s’opposèrent le 12 mai au transfert vers la métropole de tous les anciens supplétifs en dehors du plan général de rapatriement organisé par les autorités, et menacèrent de renvoyer en Algérie tous ceux qui arriveraient en dehors de ce plan. Ce faisant, ils violaient la déclaration générale des accords d’Évian, suivant laquelle "aucun Algérien ne pourra être contraint de quitter le territoire algérien ni empêché d’en sortir", et la déclaration des garanties qui affirmait la "liberté de circuler entre l’Algérie et la France". De plus, Louis Joxe avait lui-même assuré au Parlement qu’aucun Français d’Algérie ne perdrait sa citoyenneté sans y renoncer volontairement, mais qu’il ne pourrait l’exercer qu’en France. Refouler des "Français musulmans" du territoire français revenait donc à les priver de leurs droits de citoyens en même temps qu’à mettre leur vie en danger.

     

    bulletins vote

    Bulletins de vote "Oui" et "Non" utilisés lors du référendum sur l’indépendance de l’Algérie du 1er juillet 1962. © AFP PHOTO

     

    Instabilité et violences

    Le référendum en Algérie du 1er juillet 1962 ne devait pas interrompre le processus prévu par les accords d’Évian, puisque le GPRA l’avait cautionné en invitant le peuple algérien à voter Oui à la question posée : "Voulez-vous que l’Algérie devienne un État indépendant coopérant avec la France dans les conditions définies par les déclarations du 19 mars 1962 ?" Mais le Conseil National de la Révolution Algérienne (CNRA), réuni du 25 mai au 7 juin, avait commencé par voter à l’unanimité le "programme de Tripoli" qui les définissait comme une "plateforme néo-colonialiste" à démanteler le plus vite possible : c’était donc un refus de ratifier ces accords mais aussi une duperie vis-à-vis du gouvernement français – puisque le programme de Tripoli était tenu secret – et du peuple algérien qui était appelé à ratifier les accords d’Évian désavoués à son insu.

    La souveraineté de l’État français en Algérie fut transmise le 3 juillet au nouvel État incarné par l’Exécutif provisoire, en attendant l’élection et la réunion d’une assemblée constituante algérienne. Mais son président Abderrahmane Farès vint aussitôt remettre au GPRA les pouvoirs de l’Exécutif provisoire, dont tous les membres nommés par ledit GPRA avaient démissionné le 30 juin en dénonçant l’anarchie totale qui régnait dans le pays. Or le président Ben Khedda refusa sa démission, et le chargea de continuer à remplir sa tâche sans qu’il en ait l’autorité. En effet, la "force locale", créée en vertu des accords d’Évian pour servir au maintien de l’ordre par l’Exécutif provisoire, avait été confiée à un ancien officier algérien de l’armée française, mais dès le 3 mai celui-ci avait signalé qu’il n’était plus en mesure d’accomplir sa mission, parce que "ses effectifs fondaient comme neige au soleil, ses membres désertant pour aller grossir les rangs de l’ALN avec armes et bagages". Ce qui restait de la Force locale disparut dans les premiers jours de juillet 1962.

    Le FLN, vainqueur politique du conflit algérien, se présenta désuni à l’heure de l’indépendance, sous la forme de deux coalitions rivales reconnaissant soit ce qui restait du GPRA, soit le Bureau politique formé par Ben Bella, allié à l’État-major général de l’ALN du colonel Boumedienne. Trois mois d’affrontements entrecoupés de négociations affaiblirent la première et aboutirent à un début de guerre civile opposant la wilaya 4 (Algérois) aux forces rassemblées par le colonel Boumedienne, jusqu’à un cessez-le-feu qui permit l’élection d’une assemblée nationale, dans laquelle le peuple était invité à ratifier la liste unique des candidats du FLN choisis par Ben Bella, qui furent élus le 20 septembre et investirent le gouvernement Ben Bella le 29.

     

    manifestation Alger

    Manifestations de joie à Alger à la suite de la proclamation de l'indépendance de l'Algérie le 5 juillet 1962. © Photographe inconnu/ECPAD/Défense

     

    Ces presque trois mois d’anarchie favorisèrent la poursuite des enlèvements et des meurtres de Français civils (et parfois militaires), notamment à Oran où près de 700 Français furent tués ou enlevés dès le 5 juillet 1962, la veille de l’arrivée en Algérie du premier ambassadeur de France Jean-Marcel Jeanneney. En même temps, les violences contre les anciens "harkis" et partisans de la France se déchaînèrent sous la forme d’enlèvements suivis souvent de tortures et de massacres. Le bilan des enlèvements de civils français fut évalué officiellement à plus de 3 000 enlevés et près de 1 700 morts et disparus du 19 mars au 31 décembre 1962, mais celui des "Français musulmans" ne put être établi.

    L’ambassadeur Jeanneney s’efforça d’obtenir de Ben Bella le respect des accords d’Évian, mais il découvrit le 8 septembre 1962 que le texte du programme de Tripoli – jusque-là ignoré – était incompatible avec ces accords. Après de nombreuses violations, le gouvernement français imposa en décembre 1962 la fin de l’union budgétaire entre les trésors français et algérien, qui permettait à l’État algérien de faire payer par la France son énorme déficit, aggravé par la fuite massive des Français d’Algérie. Mais quelques mois plus tard, le grignotage des accords d’Évian par l’Algérie reprit, et il aboutit en 1971 à la nationalisation du pétrole et du gaz sahariens.

    "Un fragile échafaudage juridique"

    En fin de compte, les accords d’Évian n’avaient été qu’un fragile échafaudage juridique, par lequel le gouvernement français avait voulu non seulement arrêter la guerre avec le FLN, mais aussi définir l’avenir des relations franco-algériennes, sans pour autant reconnaître son partenaire comme représentant légal de l’État algérien encore à créer. Bien que les trois ministres français ayant participé aux négociations d’Évian aient accepté de signer le texte des accords et d’en parapher les 93 pages avec le chef de la délégation du GPRA Belkacem Krim, le gouvernement français ne le publia pas tel quel, mais sous le nom de "déclarations gouvernementales relatives à l’Algérie" suivant un autre plan et sous d’autres signatures. Et il protesta contre la reconnaissance "de jure" du GPRA par le gouvernement soviétique le 19 mars. Ainsi le gouvernement français, en ne reconnaissant pas son partenaire de négociation, avait lui-même fragilisé le texte des accords. Au contraire, le GPRA avait eu une position plus logique, en proposant dès le 24 octobre 1961 au gouvernement français de reconnaître sans délai le GPRA avant de négocier tout le reste entre États, et en publiant après le 18 mars 1962 les principaux textes des accords comme résultats d’une négociation entre les deux gouvernements.

    On comprend ainsi pourquoi les gouvernements français ont refusé, durant plus d’un tiers de siècle, de commémorer le 19 mars 1962. Loin de mettre un terme aux affrontements, l’application très relative du cessez-le-feu qui l’accompagne acte cependant bien la fin d’un cycle en ouvrant la voie à l’Algérie indépendante.

     

    rapatriés

    Rapatriés d'Algérie sur le pont du paquebot Ville-d'Alger, 20 juin 1962. © Jean-Jacques Jordi

    Auteur

    Guy Pervillé – Historien

    En savoir plus

    Le 19 mars 1962, importance et limites d’une date symbolique, un film de 10 mn réalisé par l’ECPAD à la demande de la DMCA

    Articles en lien

    Personnalités évoquées