Un ensemble de médailles commémoratives de la guerre de Corée

Collection Maurice Bleicher

 

Le 25 juin 1950, les forces nord-coréennes rompent le statu-quo en vigueur depuis la défaite du Japon et l'instauration dans la péninsule de deux régimes antagonistes, communiste au nord et pro-occidental au sud. Bien équipées de matériel soviétique, les troupes de Pyongyang franchissent le 38ème parallèle et mènent une offensive rapide qui leur permet, début septembre 1950, d'acculer les dernières forces sud-coréennes dans le réduit de Pusan et de réunifier pratiquement toute la péninsule à leur profit.

Profitant de ce que les Soviétiques boycottent alors le conseil de sécurité de l'ONU et que la Chine communiste, non reconnue par les Occidentaux, n'y figure pas non plus (le siège chinois est à l'époque occupé par Taïwan), les Nations-Unies décident d'une intervention militaire dont le but est de rétablir l'intégrité territoriale de la Corée du Sud. Placées sous commandement du général Mac Arthur, les troupes onusiennes sont, dans leur grande majorité, composées de soldats américains mais de nombreux contingents internationaux participent à l'expédition. Parmi ceux-ci, un bataillon français qui, intégré au 23ème régiment d'infanterie américain, va participer à tous les principaux combats de la guerre, de janvier 1951 à juillet 1953.

 

Les médailles ici présentées témoignent de cet engagement, ainsi que de cette mémoire partagée franco-coréenne :

 

La médaille commémorative française des opérations de l'Organisation des Nations unies en Corée a été créée par décret du 8 janvier 1952. 

Elle est accordée aux militaires du détachement français des Nations unies en Corée ainsi qu'aux personnels de la marine ayant séjourné sur ce théâtre d'opération pendant une période minimum de deux mois.

A l'avers, les armes de la Corée occupent le centre d'une figure géométrique ronde à huit lobes, placée sur fond rayonnant avec au milieu une torche enflammée. L'ensemble est entouré de deux rameaux d'olivier empruntés à l'emblème des Nations unies. Le revers porte l'inscription "Médaille commémorative française des opérations des Nations unies en Corée", entourée de la légende "République française". La flamme de la torche et la toiture d'une pagode composent le motif de la bélière.

Le ruban  associe les couleurs de l'ONU et de la France.

 

La médaille de Corée des Nations unies a été créée en décembre 1950. Destinée à être attribuée aux différents contingents ayant combattu en Corée, elle se décline en 11 modèles différents, se distinguant par l'emploi de différentes langues dans ses inscriptions (amharique, anglais, coréen, espagnol, français,grec, italien, néerlandais, tagalog, thaïlandais, turc).

L'avers représente l'emblème des Nations unies et le revers porte, pour la version française, l'inscription "Pour la défense des principes de la Charte des Nations unies". Le ruban, aux couleurs des Nations unies, porte une barrette "Corée" (pour la version française).

Le modèle français a été attribué à 16 900 combattants des contingents français, belge, canadien francophone et Luxembourgeois.  

 

La médaille de la guerre de Corée a été créée par la République de Corée en avril 1953.

Elle porte à l'avers deux cartouches croisées sous la carte de la Corée, elle-même au centre de l'emblème des Nations unies.

Au revers est inscrit en caractères coréens, "Médaille du service de guerre-Corée".

Elle est suspendue à un ruban de couleur jaune, bordé d'une bande verte et d'un liseré rouge.

1500 exemplaires de cette décoration ont été remis aux membres du bataillon français des Nations unies. 

 

 

Pour en savoir plus :