Lettre d'information

Une médaille commémorative des engagements de la Garde mobile en 1870

Source : collection Maurice Bleicher

 

La capitulation de Sedan et la capture de Napoléon III en septembre 1870 ne marquent pas la fin de la guerre franco-prussienne. La République nouvellement proclamée entend en effet poursuivre le combat et le gouvernement de Défense nationale lève de nouvelles armées contre l’envahisseur. L’armée impériale étant détruite, les effectifs en sont, pour l’essentiel, fournis par les soldats des dépôts régimentaires et ceux ayant échappé à la captivité, les gardes nationaux et les groupes de francs-tireurs.

 

Créée par la loi Niel de 1868, la garde nationale mobile devait permettre de suppléer la faiblesse des effectifs de l'armée d'active en créant une réserve immédiatement mobilisable de 600 000 hommes en cas de conflit. Dans les faits, son manque d'encadrement et de formation ainsi que son armement médiocre nuisent à son efficacité militaire. C'est toutefois elle qui, à partir de septembre 1870, constitue l'essentiel des forces françaises opposées aux envahisseurs, livrant d'héroïques combats en plusieurs points du territoire, notamment lors du siège de Paris, dans les Vosges, sur la Loire ou en Côte-d’Or.

 

La médaille de la ville de Gap, ici présentée, exalte la mémoire de cette mobilisation caractéristique de la phase républicaine de la guerre franco-prussienne. La légende de l’avers, « La France entière est levée pour la défense de la Patrie », fait écho aux propos de Léon Gambetta et convoque les souvenirs de la levée en masse de 1792. Le revers rappelle les combats menés par le bataillon de la garde mobile des Hautes-Alpes en 1870-1871, essentiellement en Haute-Saône et dans le Doubs et notamment à Cussey, le 22 octobre 1870, où le général prussien Von Werder s’ouvre le chemin de Dijon.

En février 1871, ses derniers éléments passent en Suisse pour échapper à la captivité. Ils rentrent en France le 26 mars 1871 et sont alors renvoyés dans leurs foyers.