Lettre d'information

Une mémoire franco-coréenne

L'année 2023 sera marquée par le 70e anniversaire de l'armistice en Corée. Une occasion de rendre hommage au bataillon français de l'ONU, engagé de 1950 à 1953.

Corps 1

Sur place, les initiatives mémorielles ont déjà commencé. 
La direction de la mémoire, de la culture et des archives du ministère des Armées a réalisé, en partenariat avec l’ECPAD, un film sous-titré en coréen sur l’engagement du bataillon français.  Ce support, confié à notre attaché de défense à Séoul, a notamment été diffusé devant les élèves des lycées français lors d’une rencontre/échange de 2 heures organisée avec les vétérans du bataillon français. Il bénéficie également d’une diffusion permanente dans le musée de Chipyong-ni, ainsi qu'au War Memorial of Korea de Séoul .

 

Corps 2

© Tous droits réservés

Chipyong-Ni le 9 novembre. La délégation complète et le ministre du MPVA prennent la pose.
© Tous droits réservés
 

Les vétérans du bataillon français de l'ONU sont venus en visite durant toute une semaine, du 7 au 14 novembre 2022, en Corée. Un article de Flora Le Lievre, stagiaire MDD (mission de défense), rend compte de leurs échanges et de leurs déplacements.

 « Je ne pensais pas avoir ma place en France et me sentais de trop. C’est en étant prêt à mourir au combat que j’ai pu mener à bien ces missions héroïques ». Michel Ozwald, ancien sergent-chef du Bataillon Français de Corée, s’est remémoré en ces termes l’expérience qu’a été la guerre de Corée de 1950-1953. Il a évoqué la férocité des troupes communistes qui firent 264 morts français et la dureté des conditions météorologiques, de la mousson estivale aux -32°c de l’hiver. C’est avec admiration que les jeunes soldats coréens l’ont écouté, eux pour qui la menace nord-coréenne résonne encore à travers l’escalade militaire de Kim Jong-un.

Ozwald et 3 autres vétérans du Bataillon Français de la Guerre de Corée, accompagnés par l’Association nationale des anciens et amis des forces françaises de l’ONU et du Bataillon/Régiment de Corée (ANAAFF ONU), se sont rendus en Corée du 7 au 14 novembre, à l’invitation du ministère sud-coréen des Patriotes et des Vétérans (MPVA). Le « Chemin de Mémoire » les a conduits aux mémoriaux de Chipyong-ni, puis d’Arrow Head et de Suwon, ainsi qu’aux commémorations du 11 novembre. Celles-ci ont été menées simultanément au War Memorial de Séoul et au cimetière commémoratif des Nations Unies à Busan, pour le « Turn toward Busan » organisée par le MPVA. Cette semaine s’est finalement conclue par l’enterrement des cendres de Robert Picquenard au cimetière commémoratif des Nations Unies de Busan, le 12 novembre. Les coréens y ont su, une fois de plus, illustré leur reconnaissance envers la France.

Heureux et fiers ont été les vétérans de constater l’évolution fulgurante de ce pays, alors inimaginable lorsque les premiers d’entre eux ont débarqué de l’Athos II le 29 novembre 1950.  Ils ne savaient pas encore qu’un homme sur dix y connaitrait la mort tandis que deux sur dix rentreraient blessés. Tels étaient les risques encourus par ce bataillon qui ne perdait aucune bataille. Ses hommes étaient tous des volontaires français et sud-coréens, mobilisés à l’appel de la résolution onusienne du 27 juin 1950. 600 000 soldats nord-coréennes venaient alors de franchir le 38ème parallèle le 25 juin 1950, une ligne qui séparait leur Etat communiste d’un Sud sous régime pro-occidental. Cette offensive reçut le soutien de la Chine, réagissant à l’ambition expansionniste du général américain Douglas MacArthur qui menaçait ses frontières. Ainsi s’engagea le bataillon français au sein d’une coalition de 21 pays sous mandat de l’ONU, et mené par le général Raoul Monclar. Son renom est aujourd’hui inscrit sur son emblème qui arbore notamment, et de façon unique dans l’histoire de l’Armée française, 3 citations présidentielles américaines et 2 citations présidentielles coréennes.

  • Le 7 novembre, accueil des cendres de Robert Picquenard à l’aéroport d’Incheon.
    © Tous droits réservés
  • Le 8 novembre à Chipyong-Ni. Nos vétérans avec leurs camarades de combat coréens. Park Dongha et Jacques Grisolet se serrent la main, ils ont combattu ensemble.
    © Tous droits réservés
  • Le 9 novembre au monument principal d'Arrow Head.
    © Tous droits réservés
  • Le 9 novembre au monument principal d'Arrow Head.
    © Tous droits réservés
  • Le 9 novembre au monument principal d'Arrow Head.
    © Tous droits réservés
  • Fleurissement de la tombe de M. Le Houx qui a décidé de reposer sur les lieux des combats.
    © Tous droits réservés
  • Arrow Head
    © Tous droits réservés
  • Le 12 novembre à Busan avant que la terre de Corée ne se referme sur l’urne de M. Picquenard.
    © Tous droits réservés