1918 - Libération des géants de Douai

Sous-titre
Une image - une histoire

©Cariat/SPCA/ECPAD/SPA 21 LM 708
Corps 1
Ecpad-Douai-17-novembre-1918.jpg
Douai. 17 novembre 1918
Après le départ des Allemands, les soldats ressortent les Géants de la ville, protégés et mis de côté pendant la guerre.
©Cariat/SPCA/ECPAD/SPA 21 LM 708

 

Corps 2

 

 

Les quatre années de la première guerre mondiale ont renforcé la cohésion nationale sans faire disparaître les "petites patries", sans effacer les particularismes régionaux.
A Douai, les lendemains immédiats de l'armistice du 11 novembre 1918 sont  l'occasion de retrouver les Géants de la ville, mis à l'abri des violences du conflit.
La porte ici ouverte annonce, dans cette partie du pays tant éprouvée par l'occupation allemande,  le retour du carnaval et de son temps cyclique,  immuable, emportant avec lui la rupture née de la guerre.
 

 

Cette photographie rappelle aussi le travail exceptionnel des photographes de la SPCA, section photographique et cinématographique des armées, qui,  à partir de 1915, documentent tous les aspects du conflit, sans se limiter aux seules approches militaires.

 

L’opérateur Cariat est envoyé dans le Nord à la fin du mois d’octobre 1918 ; il est le témoin des ravages de la guerre à Douai et dans ses environs. La photographie étonne par son thème, sa construction verticale souligne la grandeur des mannequins et la fragilité humaine ; elle clôt un reportage photographique lourd de 67 clichés donnant la mesure des saccages perpétrés par les troupes allemandes avant leur départ ; sa place finale, dans le reportage,  propose incontestablement une note optimiste.