Blaise Pagan

1604 - 1665
Blaise François, comte de Pagan. Auteur : Jacques Lubin. Source : Wikimedia Commons - domaine public

(Saint-Rémy-en-Provence, 1604 - Paris, 1665)

 

Ingénieur militaire français, maître de Vauban, Blaise François Pagan, forme avec Errard de Bar-le-Duc et Antoine Deville la première école française dans l'art de la fortification. Il est l'auteur de l'Art de la fortification où il incorpore le bastion dans le tracé de la fortification.

Blaise François, comte de Pagan, est né à Saint-Rémy-en-Provence, près d'Avignon. Sa famille est d'origine napolitaine, une branche de la maison de Luynes. Il entre très tôt au service de Louis XIII en tant qu'ingénieur militaire. Il se distingue dès 1620 lors du siège de Caen, au combat des Ponts-de-Cé, participe aux sièges de Saint-Jean-d'Angély et de Clérac en 1621, ainsi qu'à la prise de Navarreins, et à celui de Montauban en 1622 où il perd son oeil gauche. En 1623, il officie comme ingénieur pendant le siège de Nancy. Il acquiert sa renommé au cours du siège de Suse en 1629 lorsqu'il franchit à la tête des troupes françaises les barricades qui entourent la ville. La Guerre de Trente ans le conduit à travailler avec Deville lors des sièges de Corbie, Landrecies et Hesdin. Il participe aux sièges de La Rochelle, sert en Italie, en Picardie et en Flandre.

Devenu aveugle en 1642, il est promu Maréchal de camp, abandonne sa carrière militaire et consacre sa retraite à l'étude des mathématiques, de l'histoire et de la géographie, de l'astronomie, et à l'art de la fortification.

Pagan rédige un traité, Le Traité des fortifications (1645), où il expose les principes de la fortification. En particulier : commencer le tracé d'une place par les saillants de bastions les plus exposés pour s'adapter le mieux au terrain, la construction d'ouvrages extérieurs à l'enceinte permettant un bon échelonnement de la défense en profondeur et retardant l'attaque du corps de place. Les flancs de bastions sont perpendiculaires à la ligne de défense pour obtenir un flanquement réciproque parfait. Il se distingue en ce sens de Deville pour qui les bastions ne sont que des ouvrages avancés ajoutés et isolés, reliés ultérieurement à la place. La défense est assurée par une forte artillerie : il prévoit jusqu'à trente canons par bastion, répartis sur trois niveaux. Les dehors comportent un chemin couvert avec une petite place d'armes sur la contrescarpe (principe de défense active). Il prévoit d'utiliser l'espace entre le couvre-faces et l'enceinte principale pour le campement de villageois alentours. Ses principes resteront théoriques, mais seront repris par Vauban dans son premier système de défense.

Il est aussi astronome et conçoit une théorie des planètes. Il présente ses travaux dans : Théorèmes des planètes (1657), les Tables astronomiques (1658) et l'Astrologie naturelle (1659). Le mathématicien compose les Théorèmes géométriques en 1651. Ses autres écrits se rencontrent dans la Relation de la rivière des Amazones (1658) et dans les oeuvres posthumes (1669).

 

Sources : Dictionnaire des architectes, Paris, Encyclopaedia Universalis-Albin Michel, 1999, p. 494 - André Corvisier, dir., Histoire militaire de la France, Paris, Presses universitaires de France, 1992, tome 1
  • Page extraite de la Théorie des planètes : sistème du monde de Copernic. Source : Gallica.bnf.fr Page extraite de la Théorie des planètes : sistème du monde de Typhon Brahé. Source : Gallica.bnf.fr

  • Eléments de fortification, contenant les principes et la description raisonnée des différents ouvrages qu'on emploie à la fortification des places de Guillaume Leblond. Système du Chevalier de Ville. Système du Comte de Pagan.
    Source : Wikipedia Commons - domaine public