Lettre d'information

Chapitre : Conquêtes, affirmations de puissance et rivalités

 

Les nouvelles ambitions russes

  • « L'état des relations sino-russes » CDT HS Chine p.78

Moscou et Pékin partagent une vision commune des affaires internationales et d’une gouvernance mondiale anti-impérialiste mais moins des relations stratégiques. La Russie utilise le fait militaire tandis que la RPC use particulièrement de son soft power. Une asymétrie est en train de se dresser au profit de Pékin qui n’a plus besoin de son voisin russe.

 

Encart : Rivalités en Afrique

  • « La Corne de l’Afrique, une région déstabilisée? » CDT 133 p.20

La Corne de l’Afrique composée de l’Ethiopie, l’Erythrée de la Somalie et de Djibouti est une région qui connaît des instabilités : guerres civiles, conflits frontaliers, attaques terroristes et régimes autoritaires. 20 millions de personnes y sont menacées de famine. Elle représente un endroit stratégique avec des ressources énergétiques et minières. S’y jouent des luttes d’influence.

 

La présence militaire française en Afrique (1967 à 2020)

HGGSP Terminale thème n° 1 BEUCHER B CDEC-CTG

La décolonisation de l'Afrique française s'est faite, pour l'essentiel, entre 1958 et 1962. La France y était la seconde puissance coloniale derrière la Grande-Bretagne. Les indépendances posent dès le départ la question du maintien et des évolutions de la présence militaire française. Celle-ci prend plusieurs formes : forces prépositionnées (permanentes) dans un État souverain sous couvert de coopération militaire, d'accord de défense puis de partenariat militaire opérationnel ; forces de souveraineté sur les territoires demeurés français (Djibouti jusqu'en 1977, Mayotte et la Réunion permettant d'intervenir sur la façade orientale du continent) ; interventions militaires françaises dans le cadre des opérations extérieures (Opex) dans l'ancien espace colonial français (le Tchad ou la Côte d'Ivoire en sont les meilleurs exemples), mais aussi hors de ce dernier, à l'image de l'opération aéroportée réalisée à Kolwezi (Zaïre, actuelle République démocratique du Congo) en 1978.

Ces quatre cartes, présentant la situation de la présence militaire en fonction des données accessibles, correspondent à quatre moments (1967, 2002, 2013 et 2020) permettant de resserrer le faisceau de lumière sur son évolution.

Forces prépositionnées et OPEX :

  • Relations internationales, « Outil militaire et influence française en Afrique de 1960 à nos jours », n° 165, vol. 1, 2016

En complément :

  • Chapleau Philippe, Marill Jean-Marc (dir.), Dictionnaire des opérations extérieures de l'armée française. De 1963 à nos jours, Paris, Ministère des Armées/ECPAD/Nouveau monde éditions, 2018
  • Dumoulin André, La France militaire en Afrique. Coopération et interventions : un état des lieux, Bruxelles, GRIP-Complexe, 1997
  • Evrard Camille, « Retour sur la construction des relations militaires franco-africaines », Relations internationales, n° 165, 2016, pp. 23-42
  • Fourès André, « Caractères des interventions militaires françaises en outre-mer de 1960 à nos jours », Revue historique des armées, 1987, n° 4, pp. 92-101
  • Marchal Roland, Banégas Richard, « Interventions et interventionnisme en Afrique », Politique africaine, n° 98, 2005, pp. 5-19
  • Ministère de la Défense, Armée de Terre, CDEF-DRRE, Cahiers du Retex, « Cinquante ans d'OPEX en Afrique (1964-2014) », septembre 2015

 

Pour aller plus loin

  • Note du CERPA n°159 : Changement de cap pour la Pakistan Air Force (PAF) ?

Créée en 1933 par l’Empire colonial britannique, la PAF est régie, depuis l’indépendance du pays en 1947, par une doctrine essentiellement défensive et indo-centrée. Ses engagements dans les zones tribales, en hausse depuis le début de la décennie 2000, suggèrent néanmoins que la 10e flotte mondiale en nombre d’aéronefs réoriente ses priorités.