Lettre d'information

Chapitre : Formes indirectes de la puissance : une approche géopolitique

 

 

Le soft power en pratique : le cas des États-Unis

  • Valérie Grillet, « Evolution du soft power américain au fil de l’histoire » Carnet du temps n°124,p. 6

Depuis 1918, le rayonnement culturel de la puissance américaine a été théorisé sous le concept de “soft power” connaissant son apogée en 1991 avec les stars américaines et les marques comme Coca-Cola ou McDonald’s. Aux prémices du nouvel ordre mondial (1991-2003), l’hégémonie américaine s’est atténuée sous le développement du rayonnement nouveaux pays, restant cependant la plus influente du monde.

  • Denise Flouzat, « Le dollar, arme politique et économique des Etats-Unis », Carnet du Temps n°134, p. 10

Créé en 1792, le dollar a évincé l’étalon-or des transactions internationales dès 1933, sous l’élan de la puissance grandissante des Etats-Unis construisant un système monétaire international. Ses fluctuations, volontaires ou spontanées, peuvent ébranler la santé économique de nombreux pays.

  • Sylvie Matelly, « L’extraterritorialité du droit américain », Carnet du Temps n°134, p. 12

L’extraterritorialité judiciaire américaine induit une portée du droit au-delà des frontières nationales. Cet outil puissant de contrôle des activités internationales, exacerbées depuis la mondialisation économique, revêt également un pan stratégique par son utilisation envers la lutte contre le terrorisme ou la corruption.

  • Jean-Louis Tertian, « Le Cloud Act, un outil de souveraineté » Carnet du Temps n°134, p. 14

Le Cloud Act, voté en 2018, permet aux autorités américaines d’avoir accès aux données stockées à l’étranger par des entreprises américaines dans le cadre exclusif d’une procédure judiciaire. Cette loi, passée inaperçue et votée deux mois avant l’entrée en vigueur du Règlement Européen sur la Protection des Données, révèle l’importance des enjeux souverains de la Révolution numérique.

  • « L'évolution des liens politique de confiance entre Washington et la Silicon Valley », Notes du CERPA n°135, 2017
A la suite de l’arrivée à la Maison Blanche de Donald Trump en 2017, les relations entre Washington et la Silicon Valley se sont détériorées. Des désaccords idéologiques profonds opposent les grandes entreprises californiennes au président républicain, notamment concernant l’immigration et les visas de travail H-1B des travailleurs étrangers rejoignant la Silicon Valley. Cependant, ils partagent des points d’accord sur la volonté de diminuer les taxes et les réglementations. Grâce à son poids politique et surtout économique, ces entreprises devrait maintenir une influence et une présence à Washington.

 

Rivalités sino-US et ambitions chinoises

  • « La guerre commerciale entre la Chine et les US », Carnet du Temps n°132

La crise entre Washington et Pékin témoigne d’une lutte pour le leadership entre les deux grandes puissances. Les États-Unis durcissent le ton et renforcent leur système de protection. La Chine dissipe l’idée d’une “menace chinoise” et répond indirectement aux tensions.

  • Emmanuel Veron, « Les rivalités entre la Chine et les Etats-Unis depuis l’élection de Trump : entre guerre commerciale et tension militaire », Carnet du Temps Hors-série Chine, p. 8

Les relations entre Chine et Etats-Unis sont duales : elles sont à la fois concurrentes et interdépendantes. Les deux puissances entretiennent une rivalité : financière (Pékin est le plus gros créancier de Washington), commerciale (E-U taxent les produits chinois), stratégico-militaire (course à la domination balistique et spatiale) et politique (proposition d’un contre-modèle par Pékin).

  • Nashidil Rouiai, « Les ambitions plurielles et multi scalaires du soft power chinois », Carnet du Temps Hors-Série Chine, p. 46

Reconnue mondialement pour sa puissance économique, la République populaire de Chine ambitionne d’être une puissance globale, notamment par le rayonnement de son soft power aux multiples visages. Financièrement à travers la Banque asiatique de développement pour les infrastructures, le rayonnement chinois prend aussi une forme culturelle avec l’Institut Confucius et scientifique par la recherche spatiale.

  • Emmanuel Véron, « Les GAFA (BATX) chinois », Carnet du Temps n°132, p. 54

Depuis 1990, le gouvernement mène une politique volontariste de construction d’un web chinois, qui a conduit à la création de quatre acteurs majeurs du numérique : Baidu (moteur de recherche), Alibaba (plateforme d’achat en ligne), Tencent (réseaux sociaux) et Xiaomi (téléphonie mobile).

  • Claire Desdouits, « Europe de l’Est : nouvel eldorado des investissements chinois ? » Carnet du Temps Hors-Série Chine, p. 16

Dans un contexte de nouvelles routes de la soie terrestres allant jusqu’en Europe, la Chine a souhaité tirer profit de 16 pays d’Europe de l’Est et Centrale. Ils ont ensemble établi des partenariats économiques au travers d’investissements et de rachats d’entreprises locales. Ce partenariat permet également à Pékin d’étendre son influence politique en Europe.

  • Elena Aoun et Thierry Kellner, « La pénétration multiforme de Pékin au Moyen-Orient ? », Carnet du Temps Hors-Série Chine, p. 24

Pékin étend son réseau d’influence jusqu’au Moyen-Orient. Elle a conclu avec l’Egypte un “partenariat stratégique global” regroupant les secteurs économique, diplomatique et sécuritaire. La Chine a également joué un rôle de médiateur dans le conflit israélo-palestinien, rôle symbolique qui a permis à Pékin de se placer en défenseur des plus faibles. La RPC essaie de s’assurer une place dans les prochaines dynamiques géopolitiques de la région.

  • Michel Nazet, « Le Yuan, une arme efficace ? », Carnet du Temps Hors-Série Chine, p. 50

A la cinquième place du classement des devises mondiales, le Yuan n’est pas en mesure de concurrencer le dollar comme l’avait ambitionné Pékin. La Chine, qui contrôle le taux de change de la monnaie, en profite pour avantager les entreprises chinoises. Cependant l’utilisation de la monnaie en tant qu’arme commerciale présente beaucoup de risques, les entreprises n’osant plus acheter en yuans. La monnaie restera pour l’instant une monnaie régionale.

  • Emmanuel Lincot, « L’émergence de la Chine dans le domaine des innovations techniques » Carnet du Temps, Hors-Série Chine p. 54
En dix ans, la puissance chinoise s’est déployée dans de nombreux secteurs. Elle cumule le plus vaste réseau ferroviaire du monde et fabrique 90% des téléphones mobiles. Première déposante de brevets mondiale, elle tend à concurrencer les firmes aéronautiques et cherche à être le leader de l’intelligence artificielle.