Château de La Hille à Montégut-Plantaurel

Le Château de la Hille, 1941. Source photo : United States Holocaust Memorial Museum

Souvenir d'un épisode des plus sombres de l'histoire de l'Ariège . une centaine d'enfants juifs, âgés de 5 à 16 ans, ont été les victimes de l'administration vichyssoise.

Le château de La Hille à Montégut-Plantaurel, près de Pailhès, conserve le souvenir d'un épisode des plus sombres de l'histoire de l'Ariège. Une centaine d'enfants juifs, âgés de 5 à 16 ans, ont été les victimes de l'administration vichyssoise. Devenus orphelins après la nuit de cristal et la vague d'actions antisémites qui parcourt l'Allemagne nazie, nombre d'enfants juifs allemands se réfugient en Angleterre, en Belgique et en France où ils sont pris en charge par des oeuvres caritatives.

Chassés de Belgique par l'offensive de la Wehrmacht en mai 1940, cent d'entre eux, après un voyage de six jours dans des wagons à bestiaux, gagnent Villefranche de Lauragais puis Seyre. Sur place ils sont pris en charge par le maire, le châtelain et la Croix-Rouge française. Le manque de nourriture et la rigueur de l'hiver 1940-1941 contraignent le groupe à rejoindre le château de La Hille à Montégut-Plantaurel, à mi-chemin entre Toulouse et la principauté d'Andorre.

En l'été de 1941, par l'intervention de la société American Friends Service Committee (Quakers), 20 des plus jeunes furent amenés aux Etats-Unis et deux autres étaient sauvés par des parents en Amérique.

En août 1942, les quarante-cinq plus âgés sont arrêtés par la gendarmerie française et internés au camp du Vernet. Le gouvernement suisse interviendra et obtient de Vichy leur libération. Les enfants tentent alors de se réfugier en Suisse avec la complicité de la directrice et de Anne-Marie Piguet (organisatrice d'une filière d'évasion vers la Suisse).

Ceux qui sont refoulés par les douaniers et reviennent à La Hille essaient de gagner l'Espagne par les Pyrénées. Les moins chanceux sont vendus aux Allemands par les passeurs et Franco avant d'être déportés. D'autres enfin entrent dans le maquis français. Une stèle commémorative a été érigée le 17 septembre 2000, un musée qui relate cette histoire a été aménagé dans le château.

Rappelant la vocation de terre d'accueil, un monument aux Droits de l'Homme a été érigé sur le territoire communal en 1993.
 

Plaque commémorative du château

Le texte de la plaque commémorative érigée à proximité du château de La Hille raconte le périple des enfants juifs allemands traqués par le régime nazi et victimes de l'administration vichyssoise mais dont nombre ont survécu grâce au soutien de la Croix-Rouge et des habitants. Jacques Roth, ancien pensionnaire, aujourd'hui écrivain, en est l'auteur :

"Le château de la Hille, vieux de cinq siècles, offrit aux heures les plus noires du XXème, un havre de paix à une centaine d'enfants juifs, réfugiés provenant d'Allemagne et fuyant la terreur et la haine raciale qui, par vagues successives, recouvrirent la Hollande, la Belgique et une large partie de la France. Arrivés au château en 1941, ils y vécurent entourés de la bienveillance des habitants du pays et sous les bons soins d'un groupe de jeunes suisses de la Croix-Rouge Suisse, Secours aux enfants : Maurice et Eléonore Dubois, Rösli Näf, Eugen Lyrer et Emma Ott. Leur trop bref répit prit fin avec les rafles d'août 1942, quand la quarantaine des plus de seize ans furent arrêtés par des gendarmes et conduits au Camp du Vernet d'Ariège, première étape sur le chemin des Camps de la mort auxquels ils étaient destinés. Alerté, Monsieur Dubois, directeur de l'oeuvre, se rendit sur le champ à Vichy où il parvint à forcer la porte du plus haut responsable de la police de l'Etat et réussit à arracher "ses enfants", ainsi que les adultes qui les accompagnaient, à la déportation. Les "Hillois" purent regagner leur château. Mais le sentiment de sécurité, lui, ne revint pas. Dès novembre 1942, avec l'arrivée des troupes allemandes sur tout le territoire, sentant de nouveau la menace, les grands commencèrent à se disperser. Vingt-cinq d'entre eux tentèrent de gagner la Suisse. Vingt réussirent, cinq furent arrêtés. Une dizaine cherchèrent le salut au delà des Pyrénées plus proches, cinq ne passèrent pas. D'autres furent recueillis par les fermiers du pays. Quelques unes des jeunes filles trouvèrent un abri dans un couvent. D'aucuns rejoignirent le maquis, l'un d'eux tomba sous les balles ennemies. Des dix "Hillois" déportés à Auschwitz, un seul survécut. Au cours de son histoire, le château n'a été le lieu d'aucun fait d'armes, mais dans ce dernier épisode il fut témoin d'une victoire de l'humain sur la barbarie. Les anciens de la Hille lui disent merci, ainsi qu'aux habitants de Montégut Plantaurel et de ses environs."

 

Mairie de Montégut-Plantaurel

09120 Montégut-Plantaurel

Tél. : 05 61 05 35 83

e-mail : mairie.montegut-plantaurel@wanadoo.fr

 

Office du tourisme de Varilhes

3 avenue Louis-Siret

09120 VARILHES

Tél.: 05.61.60.55.54

Fax : 05.61.60.55.54

e-mail : office-tourisme.varilhes@wanadoo.fr

 

Office du tourisme de la commune Varilhes

  • Départ d'une promenade. Source : membres.lycos.fr/arbrebaz/EnfantsJuifs/Enfants1.htm

  • Stèle à la mémoire des enfants réfugiés. Source : www.ariege.comDes enfants dans la tourmente 1941-1944

  • Monument aux Droits de l'Homme. Source : www.citaenet.com

  • Le Château de la Hille, 1941. Source photo : United States Holocaust Memorial Museum