Lettre d'information

Deux insignes pour un même combat

©Collection Maurice Bleicher

Dès 1940, résistance extérieure et résistance intérieure se développent parallèlement, manifestant un refus commun de la défaite, de l’occupation du territoire national et de l’ordre nazi.

 

Les deux insignes présentés témoignent de cette double filiation de la Résistance française :

 

L’insigne de boutonnière porté par les anciens membres du mouvement Combat renvoie à l’un des trois grands mouvements de résistance qui, en 1943, intègreront le Conseil National de la Résistance (CNR) et fusionneront pour donner naissance aux Mouvements Unis de la Résistance (MUR).

Les activités de Combat s’étendent à partir de 1941 sur l’ensemble du territoire national et sont indissociables de deux personnalités, certes très différentes mais intimement liées, qui sont à l’origine de sa création : Henri Frenay, ancien capitaine de l’armée française, et Berty Albrecht, militante féministe et anti-fasciste dont une cérémonie au Mont-Valérien ce 14 septembre vient d’honorer la mémoire.

La symbolique de l’insigne, fabriqué après la Libération à Paris par la maison Drago, est particulièrement explicite : le bonnet phrygien représente la République ; la croix de Lorraine, la Résistance et le coq, la France. Les couleurs affectées à ces trois symboles rappellent par ailleurs celles du drapeau national.

 

Le deuxième insigne est celui des Forces navales françaises libres. Le 27 juillet 1940, l’ordre général n°8 crée un emblème de poitrine destiné aux FNFL. La maquette dessinée, l’insigne est frappé en Grande-Bretagne. Il représente une croix de Lorraine tréflée rouge, lisérée de blanc sur un losange bleu et accompagnée de la légende France Libre.

Le capitaine de frégate Honoré d’Estienne d’Orves, qui rejoint le général de Gaulle et la France libre dès le 27 septembre 1940 en est un des premiers titulaires. Parachuté en France pour y coordonner le réseau de résistance Nemrod et assurer une liaison avec Londres, arrêté par les Allemands et fusillé au Mont-Valérien le 29 août 1941, il est l’autre héros de la Résistance honoré lors de la cérémonie du 14 septembre 2021

 

Pour en savoir plus

Consultez notre page dédiée à la cérémonie en l’hommage de Berty Albrecht et d’Honoré d’Estienne d’Orves au Mont-Valérien le 14 septembre 2021