Georges Picquart

1854 - 1914
Eugène Carrière, portrait du "Héros de l'Affaire Dreyfus".©Musée Eugène Carrière

 

Georges Picquart naît à Geudertheim, en Alsace, en 1854. Brillant élève au lycée Impérial de Strasbourg, il voit sa scolarité interrompue par la guerre contre la Prusse, en 1870. Suite à l’annexion de l’Alsace-Moselle, sa famille se replie à Versailles. Le traumatisme de la défaite et du déracinement joue sans doute dans sa décision d’embrasser une carrière militaire qui débute sous les meilleurs auspices : sorti 5e de sa promotion de l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr, son parcours est sans faille. Brillant officier attaché aux valeurs républicaines, Picquart franchit au pas de course les différents grades. D’une grande culture, polyglotte - il parle couramment six langues – il fréquente assidûment salons, musées et salles de spectacles. Mélomane, il se lie d’amitié avec Gustav Mahler et n’hésite pas à traverser l’Europe pour assister aux concerts que dirige le compositeur et chef d'orchestre autrichien. Après plusieurs campagnes en Algérie et au Tonkin, il intègre en 1893 l’état-major du général Galliffet comme sous-chef de bureau. C’est à ce titre qu’il participe, sans y tenir un rôle central, à l’enquête sur le capitaine Dreyfus, accusé d’espionnage au profit de l’Allemagne. Alfred Dreyfus est jugé à huis clos par un conseil de guerre qui le condamne fin 1894 à la dégradation et à la déportation à perpétuité en Guyane.

 En juillet 1895, en remplacement du colonel Sandherr,  Georges Picquart devient chargé des affaires de contre-espionnage à la direction du Deuxième bureau (dit Section de Statistiques).  Autrement dit, il prend la tête du Service des renseignements. Parallèlement, il enseigne la topographie à l’École supérieure de guerre. Économe en mots, respectueux de l’ordre militaire, il est animé de la volonté de moderniser l’armée dans un souci d’efficacité technique. Le 6 avril 1896, le plus jeune dans ce grade, il est nommé lieutenant-colonel. Il jouit de la confiance de ses chefs, ses feuilles de notation louent son caractère « aimable et sympathique », son jugement « très droit », son éducation « parfaite », son instruction « très étendue » et son intelligence « supérieure ». Il représente incontestablement l’avenir de l’armée française.

Tout bascule un an plus tard.

En mars 1896, Picquart découvre dans une liasse de documents provenant de l’ambassade d’Allemagne la pièce qui allait relancer l’affaire Dreyfus. Cette feuille de papier – le fameux « petit bleu » - confrontée au « bordereau » injustement attribué à Dreyfus lors de son procès, apporte pour Picquart la preuve irréfutable de l’innocence du déporté de l’île du Diable. Sa conviction faite, Picquart entreprend avec une détermination absolue de faire triompher la vérité. Ce sens du devoir de vérité, cette conception de la justice qu’il place au-dessus de toute autre considération – et au-dessus d’un incertain intérêt supérieur de l’armée – sont des traits déterminants de la personnalité de Picquart. En reprenant l’enquête de son prédécesseur, Picquart est rapidement convaincu de l’innocence du capitaine Dreyfus et de la culpabilité du commandant Ferdinand Esterhazy. Ses conclusions n’allant pas dans le sens de la version officielle de l’affaire, la carrière de Picquart connaît un coup d’arrêt brutal : démis de ses fonctions à la tête du renseignement en octobre 1896, Picquart est envoyé pour une durée indéterminée en mission d’inspection en France puis en Algérie et en Tunisie, dans un secteur si exposé que, le 2 avril 1897, Picquart, qui se sent menacé, rédige son testament.

Mais Georges Picquart est un homme obstiné dans sa quête de vérité : les vexations dont il est victime renforcent sa détermination à faire triompher la justice. Il s’engage de plus en plus aux côtés des dreyfusards, ce qui lui vaut à son tour d’être mis en accusation. Il faut dire que le général Mercier, ministre de la Guerre, est un farouche anti-dreyfusard. Quand on sait que le Président de la République, Félix Faure, est également hostile à toute révision du procès de Dreyfus, on peut se faire une idée plus précise de la ténacité de Picquart. Celle-ci lui vaut d’être mis en réforme, c’est-à-dire renvoyé - de l’armée en février 1898, puis d’être arrêté et emprisonné onze mois durant, du 13 juillet 1898 au 9 juin 1899 pour avoir transmis à un homme politique, Auguste Scheurer-Kestner, les preuves dont il disposait pour innocenter Dreyfus.

Héros pour les dreyfusards, traître pour leurs adversaires, Picquart est un des acteurs majeurs du procès de Rennes de 1899 qui se conclue par la grâce et l’amnistie de Dreyfus. Pour autant, Picquart, qui ne vit plus désormais que de sa pension de réforme, n’abandonne pas son combat pour la vérité : ce verdict qui ménage l’honneur de l’armée, sans rétablir le sien, lui fait horreur. Picquart l’intransigeant s’oppose de toute son âme à ceux qu’il affuble du terme d’« épongistes » car ils entendent oublier le passé. Durant sa traversée du désert, son seul horizon est la réhabilitation pleine et entière. Dreyfus doit être rejugé pour que son innocence soit enfin reconnue : cela seul pourra effacer l’injustice faite au capitaine dégradé mais aussi réparer l’atteinte portée à l’honneur et à la carrière du lieutenant-colonel réformé. Dans sa quête de vérité, Picquart aura donc lié son destin à celui de Dreyfus.

Le 12 juillet 1906, la Cour de cassation annule le jugement de Rennes, reconnaît l’innocence de Dreyfus et prononce son arrêt de réhabilitation. Picquart, de son côté, n’a pas à être réhabilité car il n’a pas été condamné. En revanche, sa carrière militaire a été stoppée net et il entend bien obtenir réparation. Le 13 juillet 1906, deux projets de loi de réintégration sont déposés, l’un pour Dreyfus, l’autre pour Picquart. Ils sont adoptés à une très large majorité, tant à l’Assemblée nationale qu’au Sénat. On y lit :

« La proclamation de l’innocence de Dreyfus démontre la légitimité des efforts que le lieutenant-colonel Picquart, au risque de briser définitivement sa carrière, tentait loyalement et courageusement dès 1896 pour faire triompher la vérité. Cet officier supérieur, mis en réforme le 26 février 1898, ne peut être réintégré que par la loi dans les cadres de l’activité. Nous vous demandons, en outre, d’effacer définitivement les effets de cette réforme, de lui conférer le grade de général de brigade auquel sont parvenus 64 officiers moins anciens que lui dans le grade de lieutenant-colonel ou d’une ancienneté égale et de faire remonter sa nomination au 10 juillet 1903, veille du jour auquel a été promu le plus ancien de ces officiers généraux. »

Justice a été rendue à Picquart. Son honneur est lavé. Sa carrière reprend sa marche en avant. Désormais général de brigade avec une ancienneté, rétroactive, de trois ans, Picquart est promu général de division le 23 octobre 1906. Au même moment, les élections voient la victoire des radicaux de Georges Clemenceau, celui-là même qui travaillait pour L’Aurore, le quotidien qui avait publié le « J’accuse… ! » de Zola. Le « premier flic de France » devient président du Conseil. Il connaît bien le général alsacien dont il a pu apprécier la force de caractère, l’indépendance d’esprit et le courage. À la surprise générale, et en premier lieu à celle de l’intéressé, il en fait son ministre de la Guerre.

Plus que tout autre, l’ancien proscrit sait bien que l’Affaire a laissé des traces et des divisions au sein de l’armée. Une fois au gouvernement, il s’efforce de la reconstruire plus démocratiquement. Le nouveau ministre multiplie les visites et les rencontres de terrain et se montre soucieux d’améliorer le sort des hommes de troupe en favorisant les progrès dans les domaines du logement, de l’alimentation, de l’hygiène, des modes de transport et des conditions d’emploi. Il entend montrer au pays que le gouvernement se soucie de ses soldats. Il perfectionne la formation des soldats et s’appuie sur Foch et Joffre pour moderniser les écoles militaires. Il œuvre à la réconciliation de l’armée avec elle-même et avec la nation. Son action apaise les affrontements politiques et affirme la République en son sein. Enfin, le fil rouge de son action en tant que ministre de la Guerre est la volonté de moderniser les matériels militaires, notamment dans le domaine de l’artillerie. Fin juillet 1909, à la chute du gouvernement Clemenceau, c’est presque avec soulagement que le général Picquart quitte ses fonctions ministérielles, en dépit d’un bilan plus qu’honnête.

Après quelques mois de liberté passés à voyager, Picquart retrouve un commandement en février 1910. Âgé de 56 ans, il devient – c’est une constante dans son cursus – le plus jeune commandant de corps d’armée en prenant la tête du 2e corps d’armée basé à Amiens.

Le 14 janvier 1914, comme tous les jours, Georges Picquart sort à cheval. Il est 7h30, il fait un froid à pierre fendre et le sol est dur, gelé depuis plusieurs jours. Il monte Voltigeur, un cheval notoirement agité. Le général est accompagné de son porte-fanion. Sur un chemin de terre, entre Dury et Saint-Fuscien, alors qu’il est au grand trot, Voltigeur fait une faute suivie d’une ruade. Son cavalier lâche les rênes, passe par-dessus le cheval et tombe sur la tête. Il se relève, reste très flegmatique en dépit d’une hémorragie importante, refuse de se reposer, remonte à cheval et reprend aussitôt la direction d’Amiens. Arrivé à son QG, il descend de sa monture et, comme toujours, ne la quitte pas sans lui avoir donné un morceau de sucre. Le jour-même et le lendemain, le général est à son poste, contre l’avis de son médecin et de ses proches. Mais son état se dégrade : la chute, violente, a engendré un œdème de la face qui s’aggrave et provoque des crises d’étouffement de plus en plus violentes. La dernière lui est fatale. Georges Picquart meurt au matin du 19 janvier 1914. Il n’avait pas 60 ans.

 

Le portrait de Georges Picquart par Eugène Carrière est reproduit avec l'aimable autorisation du Musée Eugène Carrière.