Lettre d'information

La nécropole nationale d’Haubourdin

Nécropole nationale d’Haubourdin. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_Haubourdin

 

La nécropole nationale d’Haubourdin regroupe les dépouilles de soldats morts pour la France lors des combats du Nord et de la Bataille de Lille en mai-juin 1940. Créée à l’issue de ces affrontements, à côté du cimetière communal, cette nécropole est aménagée en 1941 puis agrandie entre 1952 et 1954 pour réunir les corps de soldats et de résistants exhumés d'autres cimetières de la région. Elle rassemble près de 2 000 corps dont 1 816 français reposent en tombe individuelle. Parmi ces combattants sont inhumées les dépouilles de deux généraux. Celle du général Dame, commandant de la 2e Division d’Infanterie Nord-Africaine (DINA) qui meurt pour la France, le 18 juillet 1940 lors de sa captivité dans la forteresse de Königstein et celle du général Mesny, commandant de la 5e DINA. Cet officier général est exécuté le 19 janvier 1945 en représailles de la mort du général allemand von Brodowsky, le 28 octobre 1944.

Les autres sépultures conservent le souvenir de 178 prisonniers de guerre ou civils soviétiques arrêtés sur le front de l’Est et déportés en France pour travailler dans les mines ou à la construction du Mur de l’Atlantique. Il y a aussi parmi eux quelques immigrés russes antifascistes engagés dans la Résistance au sein l’Union Antifasciste des Patriotes Russes ou du Comité Central des Prisonniers de Guerre Soviétiques.

 La nécropole rassemble aussi 199 tombes russes dont 21 soldats décédés en 1914-1918.

Enfin, en 1915, l’armée allemande aménage, à la gauche du cimetière communal, un cimetière militaire pour y inhumer ses soldats morts au combat ou dans les hôpitaux de l’arrière. Il rassemble 1 627 corps, dont 631 dans une fosse commune.

 

La bataille de Lille, 28-31 mai 1940

Le 10 mai 1940, les troupes allemandes pénètrent dans les Pays-Bas, la Belgique et les Ardennes. Deux jours plus tard, le front cède à Sedan. Malgré une âpre résistance, les troupes françaises, submergées par les chars et l'aviation ennemie, abandonnent leurs lignes. La force blindée du général Guderian fonce vers la Mer du Nord pour couper les armées alliées dont une partie avait été engagée en Belgique. Le 20, l’estuaire de la Somme est atteint. Situés au nord, le Corps Expéditionnaire Britannique, la 1re armée française et l’armée belge se trouvent pris au piège et se replient dans le plus grand désordre dans un mince corridor entre Lille et Dunkerque. Le 24 mai, 400 000 soldats sont encerclés. Arras tombe aux mains de l'ennemi.

Or, subitement, la progression est provisoirement arrêtée. Profitant de ce répit, les Alliés organisent une impressionnante entreprise de sauvetage. Du 28 mai au 4 juin, se déroule l'opération Dynamo au cours de laquelle tous les navires disponibles, civils et militaires,  sont réquisitionnés. Pour couvrir cette manœuvre, le général Weygand transforme chaque ville ou village du Nord en point de résistance. Les unités des 1re, 15e et 25e divisions d'infanterie motorisée (DIM), de la 4e division d'Infanterie (DI) et des 2e et 5e divisions d’infanterie nord-africaine (DINA) prennent position autour de Lille. Le commandant de la 25e DIM, le général Molinié coordonne depuis son poste de commandement d’Haubourdin la défense de la capitale flamande.

Décimés et épuisés après douze jours de combats ininterrompus, les Français luttent pied à pied dans les rues d’Haubourdin, de Loos, de Canteleu ou de Lambersart. Pendant quatre jours, sous les bombes de la Luftwaffe, ils repoussent tous les assauts. Le 28 mai, le 24e régiment de tirailleurs tunisiens (RTT) doit couvrir le repli de la 5e DINA vers le nord. Pour remplir cette mission, les tirailleurs doivent prendre le pont d’Haubourdin, seul point de passage sur la Lys à l’ouest de Lille. Au prix de pertes importantes, cet objectif est enlevé. Le soir, abandonnant le pont, les survivants du 24e RTT se replient. Renforcés par le 14e régiment de zouaves, ils parviennent même jusqu'au 31 mai à repousser les chars allemands. Le 1er juin, ne pouvant poursuivre le combat, le général Molinié se rend. Devant un tel acharnement, le commandant de la VIe armée allemande accorde les honneurs militaires aux défenseurs de Lille. En immobilisant face à eux sept divisions allemandes, ils ont permis de retarder la chute de la poche de Dunkerque, permettant ainsi le succès de l’opération Dynamo.

 

  • Nécropole nationale d’Haubourdin. © ECPAD

  • Nécropole nationale d’Haubourdin. © ECPAD

  • Nécropole nationale d’Haubourdin. © ECPAD

  • Nécropole nationale d’Haubourdin. © ECPAD

  • Nécropole nationale d’Haubourdin. © ECPAD

  • Nécropole nationale d’Haubourdin. © ECPAD

  • Nécropole nationale d’Haubourdin. © ECPAD

  • La reddition des troupes françaises à Lille, juin 1940. Les troupes allemandes rendent les honneurs militaires aux derniers défenseurs de Lille, le 1er juin 1940. © La Coupole

  • Les Français déposent leurs armes devant la gare. © La Coupole

  • Colonne de prisonniers français. © La Coupole

  • Sentinelles allemandes au croisement Heurtebise à Haubourdin. © ECPAD

  • Tombe d'une femme retrouvée le long du canal de l'île Jeanty. © ECPAD

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    Haubourdin
    À 5 km au sud de Lille

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année

    En résumé

    Eléments remarquables

    Tombe du général Dame, mort pour la France le 18 juillet 1940 - Tombe du général Mesny, mort pour la France le 19 janvier 1945

    En savoir Plus

    En savoir plus

    Comité départemental du tourisme du nord

    6, rue Gauthier de Châtillon

    59013 Lille Cedex

    Tél. : 03 20 57 59 59

    Accéder au site internet