Lettre d'information

La laïcité

La France se caractérise aujourd'hui par une diversité culturelle plus grande que par le passé. La laïcité garantit à tous les citoyens, quelles que soient leurs convictions philosophiques ou religieuses, de vivre ensemble dans la liberté de conscience, la liberté de pratiquer une religion ou de n’en pratiquer aucune, l’égalité des droits et des devoirs, la fraternité républicaine.

La loi de séparation des Églises et de l’État du 9 décembre 1905 fonde ce principe qui s’articule autour de ses deux premiers articles : "la République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public" (art.1) ; "la République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte" (art.2). La laïcité repose sur le double principe de la liberté de conscience et de la neutralité de l’État.

Cela signifie qu’il n’y a pas de religion officielle en France, que les personnes peuvent appartenir à la religion de leur choix, selon le principe de la liberté religieuse. Les personnes ont aussi le droit de ne pas avoir de religion ou d’en changer. La laïcité protège le libre exercice du culte dans le respect de l’ordre public.

Il convient cependant de distinguer la liberté de croire et celle d’expression des croyances. La liberté de croire ne peut en rien être limitée. La liberté de pensée dont découle la liberté de conscience comporte celle de critique de toute idée, opinion ou croyance, sous les seules limitations légales de la liberté d’expression.

Par ailleurs, la laïcité est doublement émancipatrice. D’une part, elle émancipe l’État de toute tutelle religieuse. La laïcité est fondée sur le même principe que la démocratie puisque les deux récusent en France qu’un fondement surnaturel puisse ou doive légitimer l’ordre politique, fondé sur la seule souveraineté du peuple des citoyens. D’autre part, la laïcité émancipe également les religions de toute tutelle étatique, garantissant ainsi aux croyants et aux non-croyants le même droit à la liberté d’expression de leurs convictions.

La laïcité sépare le politique du religieux pour rassembler tous les membres de la société dans la garantie partagée des mêmes droits. Nul ne peut invoquer ses convictions pour se soustraire au droit.