Lettre d'information

La nécropole nationale de Fleury-les-Aubrais

La nécropole nationale de Fleury-les-Aubrais. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_necropole_Fleury les Aubrais

 

Créée en 1951, la nécropole nationale de Fleury-les-Aubrais regroupe 3 540 corps de soldats morts pour la France lors des deux conflits mondiaux mais aussi deux combattants français dont l’identité est inconnue, décédés respectivement en Indochine (1946-1954) et en Afrique du Nord (1954-1962). 3 402 de ces hommes ont été inhumés en tombes individuelles, tandis que 138 reposent dans un ossuaire.

Aménagé jusqu’en 1965, ce cimetière réunit les restes mortels des soldats décédés dans les anciennes structures sanitaires de Bourges (Cher) et du Loiret qui ont été ouvertes en 1914-1918. De même, les corps des soldats inhumés initialement dans les cimetières militaires communaux de l’Eure, l’Eure-et-Loir, le Loiret, le Loir-et-Cher, le Cher, la Nièvre, la Seine-et-Marne et l’Oise y ont été aussi rassemblés.

 

1914-1918, la Première Guerre mondiale

Au cours de ce conflit, le Loiret, éloigné de la ligne de front, permet d'accueillir des blessés français et étrangers. Soignés dans des hôpitaux temporaires, implantés dans ce département mais aussi à Bourges, certains succombent des suites de leurs blessures ou de maladies. Inhumés dans des cimetières provisoires rattachés à ces structures sanitaires, les dépouilles ont été rassemblées au sein de la nécropole de Fleury-les-Aubrais.

A proximité de Bourges, la base d’aviation d’Avord devient, au cours du conflit, l’un des plus grands centres de formation militaire pour l’aviation. Au total, près de 1 000 élèves pilotes dont les "As" français tels Fonck ou Guynemer et 3 000 mécaniciens y furent formés. Au cours de ces stages, avant même de rejoindre le front, certains y trouvent la mort, avant même de rejoindre le front. Leurs corps sont enterrés aujourd’hui à Fleury-les-Aubrais. Parmi eux repose le caporal Eugène Larmet (tombe 65). Victime d’un accident, il décède à l'hôpital n°100 de Bourges, à l’âge de vingt ans¸ le 6 décembre 1918.

Au titre de ce conflit, la nécropole de Fleury-les-Aubrais rassemble 637 Français et un Polonais.

 

1939-1945, la Seconde Guerre mondiale

Pour la Seconde Guerre mondiale, 2 850 soldats français pour la plupart tués lors de la campagne de France (mai-juin 1940), trois Polonais, deux Tchécoslovaques et un Belge reposent dans ce cimetière national.

Parmi eux, repose notamment Marcel Beau (tombe 69). Né en 1908 à Tunis, ce pilote disparaît, le 12 mai 1940, lors d’un combat aérien à l'issue duquel son avion s’écrase à Ouzouer-le-Marché (Loir-et-Cher). Cité à titre posthume, son nom a été donné à l’ancienne base aérienne 279 de Châteaudun en 1990.

Parmi ces nombreux soldats français tombés au cours de la campagne de France en 1940 et inhumés dans cette nécropole, reposent des combattants issus des troupes coloniales, victimes de la barbarie nazie. En effet, au sein de l’ossuaire, ont été déposés les restes mortels de 44 tirailleurs exécutés, à Clamecy (Nièvre), en juin 1940.

Au terme de brefs combats, la ville de Clamecy est occupée, par l’armée allemande le 16 juin 1940. Dans cette cité de Bourgogne, la situation est, depuis quelques jours, des plus assez confuse. Nombre de civils ou soldats isolés s’y réfugient, rendant le quotidien difficile. Les militaires sont alors capturés et internés dans trois camps. Le 18 juin, prenant prétexte d’une altercation entre un tirailleur sénégalais et un officier allemand, l’occupant entraîne 44 prisonniers africains vers le petit bois de la Pépinière. Quarante-trois y sont abattus. Un seul parvient à s’échapper. Quelques jours plus tard, il est rattrapé puis exécuté. Dès le 11 novembre 1940, les résistants honorent la mémoire de ces soldats français africains morts pour la France, en plantant clandestinement les drapeaux des forces alliées dans la fosse où ils ont été hâtivement enterrés. Depuis lors, à Clamecy, un monument rappelle leur mémoire. Aujourd’hui, les corps de ces victimes reposent dans l’ossuaire de Fleury-les-Aubrais. Parmi ces 44 victimes dont l’identité a été récemment découverte, on dénombre onze Algériens, six Guinéens, cinq Ivoiriens, quatre Marocains et deux Sénégalais.

 

 

  • La nécropole nationale de Fleury-les-Aubrais. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Fleury-les-Aubrais. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Fleury-les-Aubrais. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Fleury-les-Aubrais. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Fleury-les-Aubrais. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Fleury-les-Aubrais. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Fleury-les-Aubrais. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Fleury-les-Aubrais. © Guillaume Pichard

  • Avion légendaire de la Première Guerre mondiale, le SPAD est conçu pour conduire des missions de chasse et d’interception. © Collection particulière - FBN-DR

  • Drapeau du 2e Groupe d’aviation. Le drapeau du 2e Groupe est porté par Georges Guynemer. Né en 1894, il remporte 54 victoires homologuées et est abattu le 11 septembre 1917 à Poelkapelle (Belgique). © Collection particulière - FBN-DR

  • Camp de prisonniers français réservé aux troupes coloniales, mai 1940. © ECPAD/Fonds allemand

  • Prisonniers de guerre nord-africains. © ECPAD/collection Capron/Yonel Capron

  • Exode de réfugiés civils fuyant les combats sur Dunkerque, juin 1940. © ECPAD/collection Massberg/Jean-Paul Lavergne

  • Défilé des troupes allemandes dans Paris, 16 juin 1940. © ECPAD/Fonds allemand

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    Fleury-les-Aubrais
    Au nord d’Orléans, D 97

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année

    En savoir Plus

    En savoir plus

    Comité départemental du tourisme du Loiret

    8, rue d’Escures

    45000 Orléans

    Tél. 02 38 78 04 04

    Accéder au site internet