Lettre d'information

La nécropole nationale de la Ferté Saint-Aubin

La nécropole nationale de la Ferté Saint-Aubin. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_necropole_Ferte_Saint_Aubin

 

Située au hameau de Bellefontaine, la nécropole nationale de la Ferté Saint-Aubin regroupe 75 tombes de résistants, victimes, en 1944, de la répression nazie en Sologne. Créé en 1946, ce cimetière rassemble ainsi les restes mortels de 23 maquisards exécutés dans les bois de la Ferté Saint-Aubin, le 10 juin 1944. Par ailleurs, dans la mesure où certains corps ont été restitués aux familles ou ont été déclarés disparus, 52 tombes In Memoriam conservent le souvenir de ces combattants de l’Ombre.

Au sein de cette nécropole a été érigé un monument commémoratif qui rappelle le souvenir du combat de ces soldats de l’Ombre, victimes de la répression allemande en Sologne.

Le 6 juin 1944, les troupes anglo-américaines débarquent en Normandie. Sur l’ensemble du territoire national, les résistants se rassemblent. Quittant Paris, des étudiants des grandes écoles, membres du réseau Thermopyles, veulent gagner le maquis du Centre, disséminé dans le Loiret, en Corrèze ou encore dans les Deux-Sèvres. Après s’être investis dans la réalisation et la diffusion de journaux clandestins, ils sont décidés à prendre part à la lutte ouverte contre l’occupant. Pour beaucoup, la route fut difficile. Certains axes sont détruits par les bombardements alliés. D’autres sont empruntés par les troupes allemandes qui refluent vers la Normandie. Les gares et les voies ferrées sont particulièrement prises pour cibles. Tous ces jeunes gagnent La Ferté - Saint-Aubin, ultime étape avant de rejoindre le maquis.

Les fusillés de la ferme du By, 10 juin 1944

Arrivée le 9 juin au soir, une cinquantaine de ces jeunes atteint la ferme du By. Avant de poursuivre leur route, ils peuvent s’y reposer. Si une trentaine d’entre eux y passe la nuit, les autres sont envoyés pour des raisons de sécurité aux châteaux du Cerfbois à Marcilly-en-Villette, et des Grands-Bois à Ménestreau-en-Villette. Certains se réfugient dans les bois de la Bohardières et à Ligny le Ribault.

Dénoncés, les résistants de la ferme du By sont appréhendés par la Gestapo, renforcée par trois auxiliaires français. Dix-sept sont fusillés tandis que treize autres sont déportés. Un seul parvient à s’échapper.

A midi, le Château du Cerfbois est investi. Seize jeunes sont arrêtés. Douze sont passés par les armes tandis que quatre autres parviennent à s’échapper. Poursuivant sa traque, la Gestapo atteint le château des Grands-Bois. Ses occupants parviennent à s’enfuir mais ils se perdent dans les bois. Un à un, ils sont arrêtés. Seuls, deux y réchappent. Le propriétaire du château et les douze étudiants sont déportés vers Dachau dont huit y trouveront la mort. Seuls les étudiants cachés à Ligny-le-Ribault réussissent à échapper à l’étau de la Gestapo. En représailles, six habitants sont déportés en Allemagne.

Aujourd’hui, un monument en forme de Croix de Lorraine, érigé en bordure de la route de Vienne-en-Val, conserve leur souvenir. Un autre monument, situé dans la clairière du Cerfbois, rappelle, sur les lieux mêmes, cette tragédie. Chaque année, un hommage solennel leur est rendu. Parmi les victimes de ces fusillades, douze reposent actuellement dans le cimetière communal de Marcilly-en-Villette et dix-huit ont été inhumés au sein de la nécropole nationale de la Ferté - Saint-Aubin. Les autres ont été inhumés dans leur caveau familial. L’ensemble de ces fusillés ont reçu, à titre posthume, la Légion d'honneur, la médaille de la Résistance et la Croix de guerre 39-45.

Les fusillés du bois de Chevaux, 26 août 1944

Le 14 août 1944, à la suite d’un violent accrochage avec les troupes d’occupation, le maquis de Lorris doit abandonner son campement dans la forêt d’Orléans. Le 16, alors que les éléments de l’avant-garde américaine atteignent Orléans, les maquisards du Colonel O’Neill se rassemblent au gué Girault, entre Vitry et Châteauneuf-sur-Loire, afin de prendre part aux combats de libération du Loiret.

Le 25 août, après de durs combats sur les rives du Loiret, le Colonel O’Neill envoie un petit groupe pour recevoir la reddition de l’unité allemande retranchée à Marcilly-en-Villette. En effet, selon leurs informations, l’ennemi est prêt à se rendre. Sans arme et munis seulement d’un drapeau blanc, quatre résistants conduits par le lieutenant Bernard de Percin se présentent à l’officier allemand. Finalement, ces cinq hommes sont arrêtés.

Le lendemain, ils sont transférés à la Ferté - Saint-Aubin afin d’y être interrogés. Ils sont ensuite emmenés dans le bois de Chevaux où ils sont fusillés. Laissés à l’abandon, leurs corps sont découverts par une bergère, puis inhumés provisoirement dans une clairière voisine. Inhumés au sein de la nécropole nationale, ces cinq hommes s’appelaient Bernard de Percin, Louis Bareille, Lucien Bennetot, Maurice Legesne et Gilbert Rousset.

 

  • La nécropole nationale de la Ferté Saint-Aubin. © ECPAD

  • La nécropole nationale de la Ferté Saint-Aubin. © ECPAD

  • La nécropole nationale de la Ferté Saint-Aubin. © ECPAD

  • La nécropole nationale de la Ferté Saint-Aubin. © ECPAD

  • La nécropole nationale de la Ferté Saint-Aubin. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de la Ferté Saint-Aubin. © Guillaume Pichard

  • La ferme du By, lieu de rassemblement des lycéens et étudiant parisiens avant qu'ils rejoignent le maquis. © ACSPF-La Ferté-Saint-Aubin

  • Résistants français à la ferme du By, quelques jours avant le 10 juin 1944. © ACSPF-La Ferté-Saint-Aubin

  • Défilé des troupes des Forces Françaises de l'Intérieur conduite par le colonel O'Neil à Orléans, rue de la République. © Archives départementales d'Orléans/Robinard

  • Rassemblement des Orléanais sur la place du Martroi après la Libération de la ville. © Archives départementales d'Orléans

  • Arrivée de l'armée américaine à Orléans. Des soldats américains sur un tank partagent une  cigarette avec un résistant. © Archives départementales d'Orléans/Brachet

  • Première cérémonie organisée à la ferme du By, le 15 octobre 1944, pour honorer les victimes du 10 juin 1944. © ACSPF-La Ferté-Saint-Aubin

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    La Ferté - Saint-Aubin
    Au sud d’Orléans, N 20, D 18

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année

    En résumé

    Eléments remarquables

    Monument commémoratif

    En savoir Plus

    En savoir plus

    Comité départemental du tourisme du Loiret

    8, rue d’Escures

    45000 Orléans

    Tél. 02 38 78 04 04

    Accéder au site internet