Lettre d'information

La nécropole nationale de Rancourt

Nécropole nationale de Rancourt. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici  necropole_Rancourt

 

La nécropole nationale de Rancourt regroupe les dépouilles de soldats morts pour la France lors des batailles de la Somme. Créée à la fin de la guerre, elle fut aménagée de 1921 à 1988 afin de rassembler les corps exhumés de cimetières provisoires qui jalonnaient l’ancien front, de tombes isolées et de carrés militaires communaux ainsi que des corps découverts sur le champ de bataille. Plus de 8 500 Français y reposent, dont 3 200 répartis en quatre ossuaires. On y trouve également les tombes de trois victimes civiles et d’un soldat français tué au cours de la Seconde Guerre mondiale.

 

Parmi les soldats français, repose notamment la dépouille du capitaine Jean d'Ussel (Tombe 3899). Inspecteur adjoint des Eaux et Forêts dans les Pyrénées, cet ingénieur forestier, fils aîné du comte Philibert d'Ussel, a exécuté d’importants travaux de reboisement et de défense contre les inondations. Officier au 263e RI, il meurt à la tête de ses hommes le 28 août 1914 à Sailly-Saillisel à l’âge de 40 ans.

À proximité de ce site, se trouve un cimetière militaire allemand rassemblant 10 422 corps dont 7 492 en ossuaires et un cimetière britannique comprenant 83 corps. Une telle proximité fait de ce site mémoriel un lieu de rassemblement particulièrement symbolique pour les trois anciens belligérants lors des commémorations de la bataille de la Somme.

Adossée à cette nécropole, se trouve une chapelle votive dédiée au souvenir des combattants tombés dans le secteur de Rancourt – Bouchavesnes et Silly-Saillissel. Ce bâtiment, inauguré en 1923, est dû à l'initiative de Madame Du Bos, mère de Jean Du Bos, lieutenant au 94e RI tombé le 26 septembre 1916 à l'assaut de Rancourt. Administrée aujourd'hui par le Souvenir Français, cette chapelle témoigne de l'expression symbolique de l'affliction qui touche de très nombreux parents endeuillés par la perte d'un être cher.

Les batailles de la Somme - 1914-1918

Les premiers engagements dans la Somme eurent lieu lors de la "course à la mer", manœuvre au cours de laquelle chacun des belligérants tenta de dépasser par le nord l’armée ennemie. Ce fut un échec : le front se figea et les Allemands s'installèrent solidement sur l'axe Bapaume-Péronne. Dès lors, la guerre de tranchée se déchaîna de Beaumont-Hamel à Beuvraignes, accentuée par la guerre de mines. A partir de juillet 1915, la gestion de ce secteur fut transférée aux forces britanniques qui relevèrent les Français dont la 10e armée pris en main la défense du sud vers Chaulnes, tandis que le 6e armée occupa les deux rives de la Somme.

L’offensive la plus importante, majoritairement portée par les Britanniques, eut lieu en 1916, lorsque le général Joffre décida d’attaquer dans un secteur "calme", à la jonction des armées françaises et britanniques.

Le plan initial de "coup de butoir" fut bouleversé par les opérations de Verdun qui réduisirent de moitié les effectifs français prévus pour cette offensive. Le haut-commandement décida donc de conduire une opération franco-britannique, appuyée par une forte artillerie. Le général anglais Haig aligne de nombreux bataillons d’infanterie, qui n’avaient que peu d’expérience avec l’objectif de réaliser une percée d’envergure. Le 24 juin 1916, la préparation d’artillerie commença, mais les mauvaises conditions climatiques firent reporter l’assaut au 1er juillet.

Les pertes humaines des premières journées furent très importantes et rapidement l’offensive s’enlisa dans une guerre d’usure où les Britanniques, faute de succès majeurs, payèrent un lourd tribut. Cependant, les Allemands furent contraints de retirer du matériel d’artillerie de la région de Verdun ; l’un des objectifs de l’opération franco-anglaise fut donc atteint.

La progression française, certainement en raison de la plus grande expérience des unités engagées, était plus sensible que celle des soldats britanniques et du Commonwealth. Disposant de nouveaux renforts, les Français tentèrent de développer leurs actions au nord de la Somme, mais les progrès ne correspondirent pas à leurs attentes.

Tout au long de l'automne 1916, Français, Britanniques et forces de l'Empire essayèrent de "grignoter" les positions allemandes sans réussir une percée décisive. Les assauts successifs contre les villages de Bouchavesnes où s'illustra notamment la 6e brigade de chasseurs commandée par l'ancien ministre de la guerre, Adolphe Messimy, de Sailly-Saillissel et de Rancourt illustrent cet acharnement et cet enlisement définitif de l'offensive de la Somme. C'est au cours des premières heures de cette nouvelle phase de cette opération alliée, que disparu, à la tête de ses hommes, le lieutenant Jean Du Bos.

Devant des pertes sans cesse plus croissantes et des conditions météorologiques désastreuses, les commandants en chefs des armées alliées décidèrent alors de suspendre l’offensive générale tout en maintenant une forte pression sur l’ennemi en lançant à intervalles réguliers des attaques partielles et en utilisant, pour la première fois, les chars. Le 18 novembre 1916, l’offensive cessa définitivement. Au 1er décembre, dans ce secteur, les Français furent relevés par les Britanniques.

Si en consultant une carte, l’avancée des troupes alliées semble fulgurante, elles n’ont en réalité progressé que de 5 kilomètres au cours de la bataille. Le coût humain est extrêmement élevé. Au terme de l’offensive, les Allemands ont sans doute perdu 650 000 hommes, les Français presque 200 000. Quant aux Anglais, la Somme demeure le plus grand désastre militaire du XXe siècle, ils ont sacrifié 420 000 hommes.

La présence de la nécropole de Rancourt témoigne de la violence des combats, en particulier au cours des trois derniers mois au cours desquels les troupes françaises tentèrent de prendre le village du même nom pour continuer leur marche vers l’est.

  • Nécropole nationale de Rancourt. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de Rancourt. © ECPAD

  • Nécropole nationale de Rancourt. © ECPAD

  • Nécropole nationale de Rancourt. © ECPAD

  • Nécropole nationale de Rancourt. © ECPAD

  • Nécropole nationale de Rancourt. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de Rancourt. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de Rancourt. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de Rancourt. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de Rancourt. © ECPAD

  • Nécropole nationale de Rancourt. © Guillaume Pichard

  • Biplans d'observation BE 2C stationnant sur le terrain d'aviation de Cachy, près d'Amiens. Ce modèle d'avion est construit par la Royal Aircraft Factory. © ECPAD

  • Montée des troupes anglaises vers la ligne de front. © ECPAD

  • Soldats français se protégeant dans des abris individuels. © ECPAD

    Ces niches servent d'abris contre les bombardements et se trouvent le long de l'axe Hardécourt-aux-Bois à Cléry-sur-Somme. Cette route est vitale pour le ravitaillement des premières lignes. Ainsi, l'artillerie allemande tente quotidiennement de rendre inutilisable celle-ci par des bombardements intensifs. Les soldats territoriaux doivent alors reboucher chaque trou d'obus qui entrave la circulation.

  • Troupes françaises et britanniques au repos devant la ville de Saint-Quentin (Aisne), mai 1917. © ECPAD

  • Vue générale sur la chapelle de Rancourt. © Historial de la Grande Guerre - Péronne (Somme)/Yazid Medmoun

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    Rancourt
    Au nord de Péronne . D 44

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année

    En résumé

    Eléments remarquables

    Chapelle votive dédiée au souvenir des combattants, à proximité immédiate de la nécropole

    En savoir Plus

    En savoir plus

    Musée Somme 1916 à Albert

    Comité départemental du tourisme de la Somme

    21, rue Ernest Cauvin - 80000 Amiens

    Tél : 03 22 71 22 71

    Accéder au site internet