Lettre d'information

La nécropole nationale franco-italienne de Saint-Mandrier-sur-Mer

La nécropole nationale franco-italienne de Saint-Mandrier-sur-Mer. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_necropole_Saint-Mandrier

 

Située sur la route du Sémaphore, la nécropole de Saint-Mandrier est créée en 1670 par Colbert. Dépendant de l’ancien hôpital de la Marine, il est pris en charge par le Ministère des Anciens Combattants, le 8 décembre 1948.

À l’intérieur de la partie française, reposent des soldats et marins tués au cours ou des suites de la Première Guerre mondiale, notamment sur le front d’Orient : 1024 Français, 22 combattants Serbes, 18 Grecs, 16 Russes, et 1 Bulgare reposent en tombes individuelles. Les restes mortels de 777 combattants français ont été rassemblés dans un ossuaire. En 1961, la partie sud-est a été cédée au gouvernement italien. Celui-ci a déposé, dans un columbarium, les restes de 975 soldats décédés dans le sud de la France au cours de la Seconde Guerre mondiale.

L’armée d’Orient : 1915-1918

Créée le 3 octobre 1915 avec des troupes franco-britanniques retirées des Dardanelles (Turquie), l’armée d’Orient a été placée sous le commandement du général Sarrail. Malgré les réserves du roi Constantin, celle-ci débarque à Salonique (Grèce) en vue d’aider l’armée serbe en cours de réorganisation sur l’île de Corfou après avoir été vaincue par les armées autrichiennes, allemandes et bulgares.

En raison de l’invasion des Bulgares à Uskub (26 octobre 1915), puis à Monastir, les Français entrent en Macédoine serbe. Incapables d’appuyer la retraite des Serbes vers l’Albanie, ils se replient par le Vardar et pénètrent en territoire grec. De leurs côtés, les forces armées des empires centraux cessent de progresser à l’approche de la frontière grecque car elles espèrent que Constantin Ier (souverain de la Grèce) leur apporte son soutien.

Retranchée à Salonique, l’armée d’Orient reçoit des renforts durant des mois malgré les attaques incessantes des sous-marins allemands. En Méditerranée, nombre de bâtiments alliés sont ainsi torpillés : transports de troupes, navire-hôpital, bateaux de ligne. Ces renforts sont français mais aussi anglais, italiens et russes. En mai 1916, 115 000 combattants serbes, reformés à Corfou et à Bizerte, débarquent à Salonique, commandés par le prince Alexandre de Serbie.

Le 9 août 1916, les Alliés mènent une offensive au lac Doïran tandis qu’une contre-attaque bulgare se développe le 17 vers Florina. Depuis le 11 août 1916, la direction des opérations est remaniée : le commandement des armées alliées (C.A.A.), récemment créé, est confié au général Sarrail, tandis que celui de l’Armée française d’Orient (A.F.O.) est confié au général Cordonnier.

Le 18 juin 1918, le général Franchet d’Espèrey devient chef des armées alliées opérant sur le front d’Orient. Il dispose d’environ 600 000 hommes. Le 14 septembre, à partir de huit heures, l’artillerie française écrase les positions ennemies durant vingt heures. L’avancée est fulgurante. Le 23, les armées alliées atteignent Prilep. Puis, c’est ensuite au tour d’Uskub, en Macédoine, de tomber, séparant ainsi les forces bulgares de la 11e armée allemande. La déroute est totale chez l’adversaire dont l’effondrement se précipite. Le 29, les Serbes entrent à Velès. Le même jour, le ministre Liapchev et le général Lioukov, envoyés du gouvernement bulgare de Sofia, signent à Salonique la reddition de leur armée, capitulation ratifiée le 5 octobre. Les Français occupent Sofia.

La rupture du front de Macédoine dès septembre 1918 précipite la défaite des Empires centraux, en provoquant la capitulation en chaîne de la Bulgarie (29 septembre), de la Turquie (30 octobre) et de l’Autriche-Hongrie (3 et 13 novembre). Au 11 novembre, l'armée d'Orient est étirée sur un front de 1 200 km, de la Thrace aux frontières nord de la Serbie en passant par la Roumanie. Appuyée vers l'ouest par les Serbes qui remontent le Danube par les Portes de Fer, l’armée du Danube  vers la général berthelot,  atteint Bucarest le 1er décembre.

À la fin de la campagne, du 18 au 25 décembre, une partie de l'armée d'Orient est redéployée à Odessa et Sébastopol. En Bessarabie comme en Crimée, les contacts avec les Bolcheviks dégénèrent souvent en échauffourées. Ce n'est qu'en 1919 qu'elle est rapatriée et démobilisée.

Les autres monuments érigés à l’intérieur de la nécropole

Une pyramide, haute de 8 mètres, ornée de deux sphinx, est érigée en septembre 1810. Elle renferme la dépouille mortelle du vice-amiral Latouche-Treville, commandant en chef des Forces Navales de la Méditerranée, décédé en rade de Toulon le 17 août 1804.

Un tombeau renfermant la dépouille mortelle de Marie-Nicolas Ravier, capitaine de l’armée d’Orient, "mort pour la France" le 8 octobre 1917 et portant l’inscription : "En reconnaissance des soins donnés à son fils Marie-Nicolas. Ravier de Dounemari a légué, le 8 janvier 1919, la moitié de sa fortune à l’Hôpital de Saint-Mandrier".

Un monument est érigé à la mémoire des officiers du Service de Santé de la Marine, du personnel soignant et des religieuses, décédées à l’Hôpital Maritime de Saint-Mandrier.

 

  • La nécropole nationale franco-italienne de Saint-Mandrier-sur-Mer. © ECPAD

  • La nécropole nationale franco-italienne de Saint-Mandrier-sur-Mer. © ECPAD

  • La nécropole nationale franco-italienne de Saint-Mandrier-sur-Mer. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale franco-italienne de Saint-Mandrier-sur-Mer. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale franco-italienne de Saint-Mandrier-sur-Mer. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale franco-italienne de Saint-Mandrier-sur-Mer. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale franco-italienne de Saint-Mandrier-sur-Mer. © Guillaume Pichard

  • Vue générale de l'hôpital maritime de Saint-Mandrier. © Archives départementales du Var

  • Porte principale de l'Arsenal de Saint-Mandrier. © Archives départementales du Var

  • Allée centrale du jardin de l'Hôpital de Saint-Mandrier. © Archives départementales du Var

  • Bâtiment Saint-Flavien de l'hôpital de Saint-Mandrier. © Archives départementales du Var

  • Arrivée de la navette Tornade, bateau vapeur de l'État affecté au service de l'hôpital maritime de Saint-Mandrier. © Archives départementales du Var

  • Affiche de la journée varoise organisée le 4 février 1917. © Archives départementales du Var

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    Saint-Mandrier-sur-Mer
    Au sud de Toulon

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année

    En résumé

    Eléments remarquables

    Pyramide-tombeau de l’amiral La Touche Tréville, mort le 17 août 1804 à Toulon - Monument aux morts du service de santé 1670-1935 - Tombe et plaque des 4 victimes militaires de l’accident aérien du 14 octobre 1964

    En savoir Plus

    En savoir plus

    Agence de développement touristique Var tourisme

    1, boulevard Foch

    83003 Draguignan Cedex

    Tél. 04 94 50 55 50

    Accéder au site internet