Lettre d'information

La peluche du général Koenig

Lion en peluche offert par les Britanniques au général Koenig après la bataille de Bir-Hakeim
© musée de l’Ordre de la Libération

 

Du 26 mai au 11 juin 1942, à Bir Hakeim, la 1ère BFL (brigade française libre) tient tête pour la première fois aux soldats Allemands de l’Afrika Korps commandés par le général Rommel. Engagés aux côtés de la Grande-Bretagne, les Français doivent tenir une position afin de permettre à leurs Alliés de se replier. A la tête des 3700 hommes présents se trouve le général Koenig qui, refusant de se rendre, tient bon et inflige même d’importantes pertes matérielles à l’ennemi. Dans la nuit du 10 au 11 juin, la 1ère BFL sort de la position entourée de mines et rejoint les Anglais qui les attendent quelques kilomètres plus loin. 

Ce fait d’armes prend valeur de symbole pour la France libre. En freinant l’avancée allemande, les Français ont permis aux Britanniques de battre en retraite et de se reconstituer. Quelques mois plus tard, les Alliés remportent une victoire sur les forces de l’Axe à El Alamein.

Cette peluche appartenait à l'un des plus brillants chefs militaires de la France libre, le général Koenig.

Pourquoi un lion ? Avec humour, les Britanniques ont offert à Koenig, dont le nom signifie « le roi » en allemand, une peluche du roi des animaux pour son exploit de Bir-Hakeim. Clin d’œil également au surnom de l’adversaire tenu en échec par Koenig et ses hommes : le général allemand Rommel, surnommé « le Renard du désert ».

 

Pour en savoir plus :