Lettre d'information

La politique en faveur des vétérans allemands après 1955

Remise des premiers insignes de vétérans par la ministre allemande de la défense, Ursula von der Leyen, sur la base aérienne de Fassberg, 15 juin 2019. © Reservistenverband/Sören Peters

Si la politique de réparation et de reconnaissance à l’égard des anciens combattants s’est brusquement interrompue au lendemain de la Seconde Guerre mondiale en Allemagne, elle se déploie à nouveau, ces dernières années, en direction des soldats engagés en opérations extérieures.

Corps 1

La tradition allemande d’honorer et de célébrer les anciens combattants s’est éteinte à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le Heldengedenktag, le jour dit "des héros", qui honorait officiellement les membres de la Wehrmacht, fut supprimé après la capitulation sans condition de l’Allemagne en 1945. Il fut remplacé par le Volkstrauertag, la journée de deuil national consacrée à la mémoire des victimes de la guerre et de la tyrannie de toutes les nations. En 1946, le Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge, l’association pour l’entretien des sépultures militaires allemandes, commence à ériger et entretenir des monuments aux morts et cimetières militaires. À la fin du conflit, les invalides de guerre bénéficient d’un accompagnement médical et professionnel pour favoriser leur intégration sociale. La Wehrmacht dissoute, l’Allemagne n’a plus d’armée, et ce jusqu’à la création de la Bundeswehr le 12 novembre 1955. Les associations d’anciens combattants sont encore interdites. Par la suite, la nouvelle République fédérale d’Allemagne n’a pas vu émerger immédiatement de nouvelle tradition d’anciens combattants. Contrairement à d’autres États, aucune politique spécifique aux anciens combattants n’y était menée.

Vers une culture des anciens combattants en opérations ?

L’attitude de la société allemande envers les anciens combattants évolue progressivement avec le début des opérations extérieures de la Bundeswehr dans les années 1990. À ce jour, environ 350 000 militaires ont été déployés en Afghanistan, au Proche-Orient, dans les Balkans et en Afrique. Plus de 100 y ont perdu la vie, beaucoup sont revenus blessés ou traumatisés.

Ce sont essentiellement ces femmes et ces hommes revenant d’opérations extérieures qui veulent alors voir émerger une culture des anciens combattants et une meilleure prise en compte de leurs problématiques. En août 2010, ils fondent une association de défense de leurs droits, le Bund Deutscher Veteranen, la confédération des anciens combattants allemands, ensuite rebaptisée Bund Deutscher EinsatzVeteranen e.V., confédération des anciens combattants en opérations. Pour cette association, tout militaire de la Bundeswehr ayant participé à des opérations extérieures est considéré comme ancien combattant. Elle leur offre, dans la mesure de ses possibilités, un appui concret.

La politique réagit à cette évolution. Sans d’abord parler d’une politique en faveur des anciens combattants au sens strict, des changements législatifs majeurs ont été réalisés afin d’assurer la prise en charge du personnel militaire de la Bundeswehr blessé en opération extérieure. Les définitions établies notamment dans la loi sur les pensions des anciens militaires et de leurs ayants droit et dans la loi sur le maintien au sein des armées des militaires blessés en opération ont apporté de substantielles améliorations. En revanche, les premières tentatives visant à donner naissance à une culture des anciens combattants n’aboutissent pas, par manque d’une définition acceptée par toutes les parties prenantes.

 

Insigne de vétéran

Insigne de vétéran.

 

"Accroître la reconnaissance sociétale"

Ce n’est que le 23 novembre 2018 que la ministre fédérale de la Défense de l’époque, Ursula von der Leyen, définit le terme de vétéran de la Bundeswehr. Est considéré comme vétéran de la Bundeswehr le ou la militaire en service actif ou qui l’a quitté avec les honneurs, c’est-à-dire qui n’a pas été déchu de son grade. Loin de vouloir accentuer des différences, cette définition volontairement large cherche plutôt à souligner les points communs pouvant faire communauté.

Parallèlement à cette définition, la ministre avait également demandé que soient élaborées des propositions sur la forme de l’hommage à rendre aux près de dix millions de vétérans de la Bundeswehr. L’objectif de toutes les mesures de politique en faveur des anciens combattants consiste surtout à accroître la reconnaissance sociétale et l’appréciation des accomplissements de ces vétérans. Elles visent également à améliorer l’encadrement et l’assistance apportés par la Bundeswehr à ses anciens combattants. L’accent doit alors être mis sur les besoins concrets de ceux qui s’engagent ou se sont engagés dans la Bundeswehr.

Il était tout d’abord nécessaire de créer un cadre permettant un travail systématique en faveur des anciens combattants. Le chef d’état-major adjoint de la Bundeswehr a pris à ce titre la fonction de délégué de la Bundeswehr aux affaires des anciens combattants. Afin de centraliser l’expertise, un cercle de personnes engagées dans le domaine des anciens combattants a été constitué en vue de l’assister. Le ministère fédéral de la Défense a élaboré et mis en oeuvre des lignes directrices, un document vivant qui décrit les principes du travail de la Bundeswehr pour les anciens combattants. Par ailleurs, le 15 juin 2019, la ministre a décerné en public et pour la première fois des insignes d’ancien combattant dans le cadre de la journée portes ouvertes de la Bundeswehr. À ce jour, plus de 65 000 militaires, actifs et anciens combattants, ont reçu l’insigne d’ancien combattant.

 

Remise des premiers insignes

Remise des premiers insignes de vétérans par la ministre allemande de la défense, Ursula von der Leyen, sur la base aérienne de Fassberg, 15 juin 2019. © Reservistenverband/Sören Peters

 

Des efforts déployés en faveur des blessés

Actuellement, le ministère s’efforce dans ses travaux d’engager et de développer des mesures concrètes servant l’objectif recherché, à savoir la promotion de la reconnaissance et de l’estime des anciens combattants ainsi que l’amélioration de l’encadrement et de l’assistance. Grâce au soutien d’un grand nombre d’associations de défense des anciens combattants, des propositions ont été élaborées, sont en cours d’examen ou déjà partiellement réalisées. Les propositions faites dans ce cadre englobent des réflexions d’ordre fondamental et structurel sur la question de l’organisation du travail en faveur des anciens combattants à l’avenir, de l’introduction d’une journée des anciens combattants ou la mise à profit de la journée portes ouvertes de la Bundeswehr et d’autres manifestations médiatisées, mais également des projets particuliers comme les Invictus Games 2023 à Düsseldorf, une manifestation d’une grande visibilité, l’amélioration continue de la situation des militaires souffrant de blessures physiques ou psychiques ou encore des initiatives d’édition de timbres spéciaux. L’organisation des Invictus Games par notre pays est ainsi une excellente occasion d’améliorer concrètement la perception sociale et de promouvoir la reconnaissance et l’estime envers les vétérans.

Par ailleurs, les politiques en faveur des anciens combattants sont appelées à se concentrer sur ceux qui ont subi des blessures physiques ou psychiques dans l’exercice de leurs fonctions. Des améliorations considérables ont été obtenues ces dernières années dans la prise en charge des personnels militaires. Toutefois, il nous faut rester attentifs et combler les lacunes manifestes. Un projet de concept est ainsi en train d’être élaboré sous le titre de Veteranenheim, foyer des anciens combattants. Il inclut une proposition visant à donner une plus grande visibilité aux accomplissements de la Bundeswehr, en se concentrant sur le conseil aux militaires blessés physiquement ou psychiquement, et aux anciens combattants.

Il existe, au-delà de ce projet, un grand nombre de champs d’action dont le ministère fédéral de la Défense souhaite se saisir à l’avenir, toujours en coopération avec les associations qui s’engagent pour nos anciens combattants.

 

Colonel Peter Haupt - Chef de bureau III 4 au sein de la direction générale Organisation et environnement des forces armées du ministère fédéral de la Défense de la République Fédérale d’Allemagne,
bureau chargé des réservistes et des anciens combattants, ministère de la Défense de la République fédérale d’Allemagne
Texte traduit de l’allemand