Lettre d'information

La sépulture d’un militaire français retrouvée en Indonésie

@dr

 

Dès le début de la Première Guerre mondiale, les opérations s’étendent au domaine maritime et aux possessions coloniales des belligérants.

L’Allemagne, qui dispose d’une base navale à Tsing Tao (Qingdao), menace les navires de ravitaillement alliés (britanniques, français et russes) et le commerce international dans le détroit de Malacca. Le 28 octobre 1914, le croiseur Emden parvient de surcroît à surprendre et couler un croiseur russe ainsi qu’un contre-torpilleur français, le Mousquet, dans la baie de Penang.

De nombreux marins français sont tués ou blessés. Parmi ces derniers, l’enseigne de vaisseau (EV) Jacques Carissan meurt pour la France le 30 octobre 1914 des suites de ses blessures. Il est inhumé dans le cimetière européen de Sabang au cours d’une cérémonie funéraire solennelle. Régulièrement entretenue par des marins lors des escales de leurs navires de guerre, la tombe est ensuite peu à peu oubliée.

Sa redécouverte est due au hasard. En effet, après le passage du tsunami de 2004, des militaires français, venus porter assistance à la population de Sabang remarquèrent cette sépulture avec un nom français. Un ressortissant français installé à Sabang, Olivier Tichit, proposa alors d’en assurer l’entretien.

En 2014, la direction des patrimoines, de la mémoire et des archives (DPMA) fut informée de l’existence de cette tombe et de son histoire par l’ambassade de France à Jakarta. Depuis cette date, elle met en place chaque année les crédits nécessaires pour l’entretien de la sépulture, dont elle est désormais responsable, à la pointe la plus occidentale de l’Indonésie.

 

Pour en savoir plus : un article de Lucie Pech bénéficiant du label de la mission du centenaire : https://lepetitjournal.com/jakarta/communaute/souvenir-hommage-aux-soldats-tombes-pour-la-france-sumatra-161242