Lettre d'information

Le bouton de lancement du sous-marin Le Redoutable

© La Cité de la Mer

Cette semaine, le bouton grâce auquel le général De Gaulle a lancé le 1er sous-marin nucléaire français lanceur d’engins : Le Redoutable

En ce jour du 29 mars 1967, il y a foule à Cherbourg. On attend la visite du général de Gaulle, qui, en appuyant sur un bouton vert (objet ci-dessus), va ordonner la mise à l’eau du Redoutable. Un honneur pour Cherbourg et pour la direction des constructions et armes navales (DCAN) qui ont relevé un pari audacieux, celui de construire le fleuron de la nouvelle politique de dissuasion d’après-guerre : le premier sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE). Bien sûr, le ministre des Armées, Pierre Messmer, est également présent.

« La Marine se trouve maintenant et sans doute pour la première fois de son histoire au premier plan de la puissance guerrière de la France et ce sera dans l’avenir, tous les jours un peu plus vrai. » déclare le Général de Gaulle en 1965. 

Le 29 mars 1967, depuis la cale III, le navire de 8 000 tonnes et 128 m de long, glisse doucement dans le port de Cherbourg. Le lancement est une réussite. Pendant de longs mois Le Redoutable retourne au chantier. En effet, les ouvriers doivent désormais le préparer pour sa première patrouille. Celle-ci débute le 28 janvier 1972. Le sous-marin embarque alors 135 personnes à son bord et 16 missiles nucléaires. Il devient le premier de la série des sous- marins composant la force océanique stratégique (FOST).

Désarmé en 1991 après 20 ans de service, c'est en 1996 qu'est actée sa reconversion. Il rejoint le 4 juillet 2000 La Gare Maritime Transatlantique de Cherbourg pour une 2e carrière touristique.

 

Pour en savoir plus :