Lettre d'information

Protection et prévention

La protection

Les vulnérabilités nouvelles apparues depuis les années 1990 ont conduit à mettre au centre de la stratégie de sécurité nationale, la protection de la population et du territoire.

La protection de la nation face à des crises de grande ampleur nécessite en premier lieu un contrôle et une surveillance accrue des espaces nationaux qui doivent être adaptés à l’explosion des échanges et des communications qui accompagne la mondialisation (contrôle des flux de personnes et de biens, sauvegarde maritime, surveillance aérienne…).

Cette stratégie repose également sur une prise en compte de l’évolution des menaces et des risques qu’ils soient intentionnels (actes de terrorisme, attaques informatiques majeures, menace de frappe par de nouvelles armes…) ou non intentionnels (crises sanitaires majeures, catastrophes naturelles d’intensité nouvelle, catastrophes technologiques…).

Il est important dans ce cadre de renforcer la résilience de la nation au travers notamment d’une amélioration du dispositif de communication, d’information et d’alerte de la population (modernisation du dispositif d’alerte des populations, professionnalisation de la communication de crise, partenariats avec les médias…).

Il est apparu nécessaire dans ce contexte de rechercher une amélioration de la gestion des crises sur le territoire national. Une réorganisation de l’État a ainsi été conduite pour garantir la meilleure coordination possible entre, d’une part, le dispositif de sécurité intérieure et de sécurité civile et, d’autre part, les forces armées (utilisées en appui dans un cadre d’emploi défini par l’autorité politique). Ainsi la direction politique et stratégique de réponse aux crises majeures relève du président de la République et du Premier ministre. Le ministre de l’intérieur assure au niveau opérationnel la conduite interministérielle de la crise sur le territoire où la gestion des crises relève de la compétence des Préfets, plus particulièrement des préfets de zone (échelon de déconcentration de premier rang en matière de préparation et de gestion des crises).

La prévention

La prévention peut se définir comme l'ensemble de mesures prises pour éviter un risque (sanitaire, social, économique, environnemental...) prévisible qui pourrait entraîner un dommage pour l'individu ou la collectivité. Ainsi la France doit-elle se doter de moyens adaptés pour identifier les risques et éviter qu’ils ne se transforment en menaces, aussi bien sur le territoire national que hors de ses frontières.

Au niveau national

La mise en oeuvre s’effectue :

  • par le développement de normes assurant une bonne protection contre les risques naturels et technologiques ;
  • par une capacité d’anticipation fondée sur une connaissance précise des risques et des menaces.

Au niveau international

Cette prévention est mise en oeuvre par :

  • le renforcement et l’harmonisation de normes nationales et internationales concernant la lutte contre les trafics, le désarmement et la consolidation de la paix ;
  • le développement d’un arsenal juridique pour lutter contre la prolifération, mieux contrôler les technologies sensibles et maîtriser les armements ;
  • des moyens de capacités d’analyses et de prévisions à partager et à discuter avec nos alliés, nos partenaires et notamment avec ceux de l’Union européenne ;
  • la stratégie de consolidation de la paix dont la finalité est de consolider une autorité étatique légitime en mesure d’exercer sa souveraineté sur un territoire ;
  • le positionnement de forces militaires dans les pays avec lesquels nous entretenons des liens privilégiés ou dans certaines zones maritimes.