Lettre d'information

La nécropole nationale de Rethel

La nécropole nationale de Rethel. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_Rethel

 

La nécropole nationale de Rethel regroupe les corps de 3 452 soldats français, britanniques, roumains et russes morts pendant la Première Guerre mondiale. Créée en 1923, cette nécropole est aménagée en 1966 pour regrouper les corps exhumés du cimetière municipal et des cimetières militaires situés au sud de l'Aisne. Au total, reposent 3 117 soldats français, dont 1 202 dans deux ossuaires.

110 Britanniques, 12 Roumains et 213 Russes morts pendant la Première Guerre mondiale reposent à leurs côtés. 3 soldats français morts pour la France pendant les combats de mai 1940 y sont également inhumés dont Charles de Funès de Galzara, le frère du célèbre comédien français.

 

Les combats de Rethel, août 1914

Pour soutenir le mouvement en Alsace-Lorraine, le général Joffre engage les 3e et 4e armées dans les Ardennes en vue de contenir l'ennemi. Cette bataille se déroule au centre et à l'est du massif forestier des Ardennes où les communications entre les armées sont particulièrement difficiles. En raison de cet isolement, le haut-commandement français ne peut avoir une vision intégrale des opérations. Après plusieurs jours de combats des plus meurtriers, la bataille des Frontières est perdue.

En raison de cet échec et de celui d'Alsace-Lorraine, le général Joffre donne l’ordre aux soldats français de se replier sur Verdun, Stenay et Sedan. Au cours de ce mouvement rétrograde, ils sont engagés dans de rudes combats d’arrêt pour interdire notamment l’accès de l’Aisne. Entre le 27 et le 30 août, entre Signy-l'Abbaye et Rethel, la division marocaine lutte ainsi pied à pied pour repousser les assauts successifs de la IIIe armée allemande. Au 28 août, la division marocaine déplore la perte de plus de 3 000 hommes. Le 30, l'ennemi atteint Rethel. Ecrasés par le par le feu de l’artillerie allemande, les Français s’accrochent aux hauteurs de Bertoncourt, de Novy, de Faux. Mais au soir du 30, Rethel tombe. Ne pouvant tenir davantage leurs positions et les points de franchissement, les Français se replient, en bon ordre, derrière l’Aisne, puis sur la Marne. À partir de cette nouvelle ligne de résistance, ils reçoivent l'ordre de ne plus reculer plus et repoussent les allemands jusqu’aux bords de l’Aisne où le front se fige dans les tranchées.

Les batailles sur la Meuse et l’Argonne, 26 septembre - 11 novembre 1918

Au début de l'année 1918, le front de l’Argonne connaît un moment de répit. Mais en juillet, au terme d'une puissante action, les troupes allemandes percent le front de Champagne et menacent Paris. Le général Foch, commandant en chef des forces alliées, réplique et lance une contre-offensive générale d'Ypres à Verdun en vue de repousser l'ennemi dans les Ardennes.

Le 26 septembre, avançant derrière leur barrage roulant, les Américains, soutenus par l’armée française, s’élancent en Argonne où ils progressent rapidement. Mais ce mouvement est stoppé sur la crête de Montfaucon. Les 29 et 30, les Allemands s’accrochent à leurs positions entre Saint-Juvin et Brieulles. Le 4 octobre, les Américains relancent leur mouvement et parviennent, au prix de lourdes pertes, à enlever les hauteurs de Cunel. Les Français progressent dans la forêt de l’Argonne et en vallée de l’Aire. Français et Américains font leur jonction à Grandpré puis lancent ensemble une nouvelle action vers Vouziers. Le 15, les Français atteignent la rive droite de l’Aisne entre Termes et Olizy. Le 18, de violents combats se déroulent autour de Vouziers, Chestres, Vandy et Terron-sur-Aisne. Là, s'illustrent notamment les 21e et 22e régiments tchécoslovaques. Le 1er novembre, la 1ère armée américaine enlève les dernières positions allemandes autour de Buzancy. Quelques jours avant l’Armistice du 15 novembre, la 4e armée française franchit la Meuse et libère, pour sa part, Sedan.

Les Zivil arbeiter bataillon (ZAB) inhumés au sein de la nécropole de Rethel

Le 31 août 1914, les Allemands s'emparent de Rethel, qui après avoir été évacuée ne compte plus qu’une centaine d'habitants. Au cours de la Première Guerre mondiale, le département des Ardennes est le seul département à être entièrement occupé. L'ennemi y impose des règles strictes. Les noms de rues sont modifiés. À Vouziers, la rue Gambetta devient ainsi la Wilhelmstrasse (rue de Guillaume). L’heure allemande est aussi imposée.

Faute de volontaires, et après une émeute déclenchée à cause d’une pénurie de pain en mars 1916 à Lille, les Allemands requièrent les populations urbaines comme main d’œuvre pour des travaux agricoles. Près de 22 000 personnes, femmes et hommes, sont déportées dans des départements de l’Aisne, de la Meuse ou des Ardennes. A l’automne, certains peuvent regagner Lille. En octobre 1916, les civils belges sont aussi requis de manière autoritaire. Ils sont affectés dans des bataillons de travailleurs civils (zivil arbeiter bataillonen (ZAB) en Allemagne ou en France à l’arrière front. Près de 120 000 Belges sont mis au travail forcé. En 1916, les ZAB regroupent les personnes ayant refusé de travailler pour l’occupant. Parmi les personnes inhumées dans ce cimetière, les Russes appartiennent également à ces groupes de travailleurs.

 

  • La nécropole nationale de Rethel. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Rethel. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Rethel. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Rethel. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Rethel. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Rethel. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Rethel. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Rethel. © Guillaume Pichard

  • Soldats de la division d’infanterie marocaine traverse Gons-le-Grandville, 24 août 1914. © Collections BDIC

  • Ruines de l'église de Rethel incendiée le 31 août 1914. © Collections BDIC

  • Le nouveau chemin de fer à Montmédy, octobre 1914. © Collection particulière - FBN - DR

  • Vue du dirigeable français Alsace après son atterrissage involontaire. © Collections BDIC

  • Soldats français attendant de franchir la frontière belge, novembre 1918. © Collections BDIC

  • Soldats français dégageant un barrage fait par les Allemands sur l’Aisne afin d'inonder la région de Rethe, novembre 1918. © Collections BDIC

  • Aviateurs allemands décorés par l'’empereur allemand, Guillaume II lors d'une revue à Donchery, novembre 1918. © Collections BDIC

  • Cimetière allemand à Rethel. © Collection particulière - FBN - DR

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    Rethel
    Au nord de Rethel, sur la D 946

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année

    En savoir Plus

    En savoir plus

    Comité Départemental du Tourisme de l'Aisne

    26, avenue Charles de Gaulle

    02007 Laon Cedex

    Tél. : 03 23 27 76 76

    Contact