Les "rubans de la mémoire" - Un hommage aux sportifs morts pour la France

Chapeau

Le 21 mai 2016, le président de la république inaugurait un monument en hommage aux sportifs morts pour la France au stade de France. Un hommage d’autant plus prégnant que l’œuvre a été réalisée par Jean-Pierre Rives.

François Hollande dépose une gerbe de fleurs devant le monument en hommage aux sportifs morts pour la France lors de son inauguration au Stade de France. © Service de communication de l'Élysée
Texte

JEAN-PIERRE RIVES ET LES "RUBANS DE LA MÉMOIRE"

C’est quelques heures avant la finale de la coupe de France de football, le 21 mai dernier, que s’est déroulée la cérémonie présidée par le chef de l’État, au cours de laquelle était dévoilé le monument dédié aux sportifs morts pour la France.

Très sobre, le monument situé devant l’enceinte du Stade de France est composé d’une sculpture, posée sur un socle, de Jean-Pierre Rives, personnalité incontestée du monde du sport qui s’est depuis plusieurs décennies imposé comme un sculpteur reconnu dans le milieu de l’art contemporain. Très impliqué dans ce projet et fortement attaché à l’idée de transmission, Jean-Pierre Rives a tenu à faire don de son œuvre "Rubans de la mémoire" au ministère de la défense. Il a aussi dessiné le dernier maillot du XV de France, en y faisant imprimer un "ruban de la mémoire" et en y faisant broder, à l’intérieur, un texte personnel :

"Les rubans de la mémoire sont le centre de nos origines, et le départ de toutes les espérances. Chaque individu a une expérience unique qui s’inscrit dans une communauté.

L’histoire même de ces communautés est la mémoire d’une nation".

Son œuvre traduit à la fois le combat et la transmission. Le combat, car la sculpture qu’il pratique, en travaillant en torsion des poutrelles métalliques, est fondamentalement une lutte contre la matière. La transmission, car son œuvre prend un relief particulier en cette période de célébration du souvenir de la Grande Guerre, au cours de laquelle de grands champions se sont illustrés et la pratique du sport s’est démocratisée.

COMMENT OUBLIER LA GUERRE ?

Les premières semaines du conflit ne laissent aucune place aux loisirs. Mais rapidement, la guerre s’enlise. En première ligne, au fond des tranchées, les conditions de vie sont épouvantables et mettent à rude épreuve les nerfs et la force morale des combattants. À l’arrière, les occasions de se distraire sont rares. L’armée française est composée essentiellement de paysans et d’ouvriers de l’industrie qui n’ont pour la plupart jamais pratiqué de sport. Moyen de distraction, le sport est aussi un moment d’oubli de la guerre et de ses atrocités . beaucoup vont alors le découvrir au contact de nos alliés.

En effet, l'internationalisation du conflit favorise le brassage des populations et les échanges culturels. Venant des cinq continents, des centaines de milliers d’hommes se retrouvent en France sur le front occidental qui devient alors un carrefour culturel inédit. Or, chez nos alliés anglo-saxons, le sport s’est déjà largement développé.

Pour les poilus, les occasions de s'amuser sont rares. À quelques kilomètres des lignes allemandes, il faut occuper de longs moments d'inaction, entretenir le moral des troupes et maintenir leur état physique. Les archives montrent les poilus se livrer à des divertissements iconoclastes pour l’époque. Ils découvrent les joies du ballon, rond ou ovale. Spontanément, ils organisent des matchs de football ou de rugby au cours desquels les plus expérimentés initient leurs camarades. La démocratisation du jeu fonctionne alors à plein régime. Les rencontres interrégimentaires passionnent les hommes pendant leur repos. En football, soldats anglais et français s'opposent lors de compétitions mixtes comme la Coupe des Alliés et le Challenge de l’Entente Cordiale. Quant au rugby, le 8 avril 1917, au stade vélodrome municipal de Vincennes, 60 000 spectateurs assistent enthousiastes au Haka des Néo-Zélandais qui rencontrent alors leurs frères d’armes français. Dans les semaines qui suivent ce match mémorable, plusieurs de ces joueurs vont trouver la mort ou seront blessés lors de la terrible bataille du Chemin des Dames.

DES VERTUS DU SPORT AU PATRIOTISME

Ces rencontres font parfois l’objet de fêtes caritatives où se presse une population locale curieuse. Pour faire la preuve de son patriotisme, le public vient nombreux. C'est le début du sport spectacle. Parallèlement, le sport se militarise. On lui prête des vertus guerrières qui n’échappent pas aux officiers. Plus ludique que les répétitives manœuvres, la pratique sportive permet de développer les qualités du combattant que sont l’énergie et la volonté, la vitesse et l'endurance. Au cantonnement, des terrains et du temps sont alloués pour la pratique du football.

Des ballons sont distribués réglementairement aux soldats . toutes les conditions sont réunies pour favoriser la diffusion massive du football dans l’armée française.

Portés aux nues par la presse, les grands sportifs français engagés sous les drapeaux vont aussi largement participer à l'enracinement durable du sport. Parce qu'ils incarnent un idéal de force et de courage, les sportifs sont présentés comme des modèles de soldats . même si beaucoup d'entre eux vont payer de leur vie leur participation à la guerre comme l’athlète Jean Bouin ou l’aviateur Roland Garros. Au total, ce sont plus de 430 champions qui tombent au champ d’honneur. Parmi eux, le joueur de football Charles Simon mort au combat à Ecurie, le 15 juin 1915. La Coupe de France de football sera créée, le 15 janvier 1917, pour lui rendre hommage.

LA DÉMOCRATISATION DU SPORT DANS LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE

Une fois la paix retrouvée, le sport se diffuse dans toute la société française. L’apprentissage et la pratique massive du football par les poilus vont accélérer la diffusion de ce sport au sein des classes populaires. De quelques milliers de pratiquants en 1914, on passe à plusieurs millions au sortir de la guerre. Pour répondre à cet afflux massif d’amateurs, le sport doit s’organiser : la Fédération française de Football est créée le 7 avril 1919, la Fédération française de Rugby le 12 octobre 1920, et la Fédération française d’Athlétisme le 20 novembre 1920.

Mieux encore, le sport s'étend aux femmes : le 30 septembre 1917, se dispute le premier match de football féminin en France, qui oppose deux équipes de l'association parisienne Fémina Sport. L'autre héritier de cette éclosion est le handisport. Les corps meurtris des blessés de guerre renaissent et se rééduquent dans la pratique sportive.

En quelques années de guerre, les Français sont passés d’une perception élitiste de l’éducation physique à une pratique généralisée du sport. La Grande Guerre a été un catalyseur de la pratique sportive. Elle a contribué à développer le sport, sa pratique et sa popularité. En sortant des tranchées, le sport est entré dans la modernité.


Auteur
La rédaction

Articles de la revue