Lettre d'information

Un élément de bordé de pont du voilier le « Corbeau des mers »

©OBC/Musée de la Résistance en Bretagne

 

Le 17 juin 1940, l’armée allemande pénètre en Bretagne par Fougères. Le 18, elle est à Rennes, le lendemain à Brest. Pour la première fois depuis son rattachement à la France, la Bretagne est entièrement occupée par une armée étrangère. Sur l’île de Sein, qui reste encore un îlot provisoire de liberté avant l’arrivée des troupes allemandes, on se rassemble autour des postes de TSF pour écouter les appels lancés depuis Londres, le 18 juin et les jours suivants, par le général de Gaulle.

Refusant de se résigner, 135 marins Sénans décident alors de rallier les côtes anglaises pour reprendre le combat. Six bateaux quittent l’île entre le 19 et le 26 juin pour rejoindre ce qui deviendra la France libre. Le « Corbeau des mers » est le dernier à prendre la mer, dans la nuit du 26 juin, avec 20 marins à son bord.

L’objet présenté ici est un élément de ce bateau et rend hommage à ceux
qui se sont engagés aux côtés de la France libre à la suite de l’Appel du 18 juin

Bateau de pêche de 11,43m de long et 3,75m de large, ce voilier date de 1931.  Il est acheté et exploité par un patron pêcheur sur l’Île de Sein qui le baptise « Corbeau des mers », nom usuel du cormoran. Il est principalement utilisé pour la pêche à la langouste en mer d’Iroise, mais c’est pour une toute autre raison qu’il entre dans l’Histoire dans les premiers jours de l’été 1940.

Réunissant au début de juillet 1940 à Londres les 400 premiers volontaires français l’ayant rejoint, dont les 135 Sénans, le général de Gaulle prononce ces mots restés célèbres « l’île de Sein est donc le quart de la France ! ». Il nommera l’île « Compagnon de la Libération » le 1er janvier 1946 et viendra lui remettre la Croix de la Libération le 30 août avec la citation suivante : « Devant l'invasion ennemie, s’est refusée à abandonner le champ de bataille qui était le sien : la mer. A envoyé tous ses enfants au combat sous le pavillon de la France libre devenant ainsi l’exemple et le symbole de la Bretagne tout entière. »

Le plus jeune parmi ces 128 Français libres de l’île de Sein avait 14 ans et le plus vieux 54 ans. 22 d’entre eux ne sont pas rentrés.

 

Pour en savoir plus :

  • La flotille des Langoustiers de l'île de Sein avant guerre. Le "Corbeau des mers" est le deuxième en partant de la droite.
    © OBC/Musée de la Résistance en Bretagne
  • Le "Corbeau des mers" aujourd'hui.
    © 47° Nautik