Lettre d'information

Un poste émetteur‐récepteur MK‐V

© Centre Régional « Résistance & Liberté »

 

Datant de 1942 et de fabrication britannique, ce poste équipait l’un des groupes du réseau de renseignements SR‐Air Villon dont le périmètre d’action se situait dans la région de Montpellier‐Nîmes. Ce réseau recherchait des informations sur les forces armées allemandes et les transmettaient aux alliés qui pouvaient ainsi conduire des attaques sur les cibles militaires identifiées. Les messages étaient préalablement cryptés et envoyés en morse.

 

L'opérateur de ce poste était Gérard Hubière. Formé avant-guerre à l'électricité et à la radiotélégraphie à la base-école de Cachan, dépendant de l’armée de l’air, il avait intégré le réseau SR-Air Villon en qualité de technicien‐radio en août 1943.

 

Emblématiques de la Résistance, les communications clandestines avec Londres ou Alger étaient extrêmement risquées et, lors de ses émissions, Gérard Hubière devait suivre de nombreuses précautions : émettre dans un temps limité, changer de fréquence au bout de quelques minutes, changer fréquemment de lieux... Il disposait pour cela de trois « planques », réparties dans la ville de Montpellier où il agissait.

Lors de ses déplacements, le poste émetteur était camouflé dans une valise et Gérard Hubière utilisait une fausse identité, des papiers établis au nom d'Henri Grimal.

Malgré l’arrestation de son chef, Pierre Pontal, le 4 juin 1944, Gérard Hubière réussit à échapper à la répression.