Lettre d'information

Un rare insigne de prisonniers de guerre évadés des camps allemands par l’URSS en 1941

©Collection Maurice Bleicher

Au lendemain de l’armistice signé avec l’Allemagne nazie, le 22 juin 1940, près de deux millions de soldats français partent en captivité, rejoignant progressivement des camps de prisonniers.

Entre juillet 1940 et juin 1941, 218 de ces militaires français internés en Allemagne orientale s’évadent de leurs Oflags et Stalags en direction de l’Union soviétique.

Arrêtés à leur arrivée sur le territoire soviétique, ils sont emprisonnés à Moscou, dans la sinistre prison de la Loubianka, avant d’être transférés début mars 1941 à Kozielsk, un camp situé au sud-ouest de la capitale.

Le dimanche 22 juin 1941, la Wehrmacht envahit l'U.R.S.S. Tout va alors progressivement changer pour ces hommes,

Après bien des tractations dans lesquelles le capitaine Billotte et l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Moscou jouent un rôle déterminant, ils sont libérés. 185 Français, cinq Belges et deux Polonais choisissent de rejoindre la Grande-Bretagne. Embarqués le 30 août 1941 à Arkhangelsk à bord de l’Empress of Canada, ils arrivent le 8 septembre à Glasgow. Conduits en train jusqu’à la gare d’Euston, à Londres, les Français et un des Polonais souscrivent, le 10 septembre, un engagement dans les Forces françaises libres.

Le 7 octobre, ils sont décorés de la croix de guerre et de la médaille des évadés par le général de Gaulle.

Certains deviendront des combattants de l'ombre, d'autres seront aux premiers rangs des combats à Bir-Hakeim, Paris, Strasbourg et, consécration finale, parmi les premiers à atteindre le "nid d'aigle " d’Hitler à Berchtesgaden, en Allemagne. Plus de vingt vont mourir pour la France, et sept deviendront Compagnons de la Libération.

Leur épopée a été racontée par l’un d’eux, Jean-Louis Crémieux-Brilhac (Prisonniers de la liberté. L’odyssée de 218 évadés par l’URSS).

 

L’insigne présenté leur fut remis par le chef d'état-major de la France libre au cours d'une cérémonie au camp de Old Dean.

Dessiné durant les dernières semaines de leur captivité en URSS et réalisé à Londres, il représente un prisonnier qui, ne pensant qu'à la France, a rompu ses chaînes et offre son glaive intact à la croix de Lorraine après une très longue route. Celle-ci est représentée par la fuite des deux lignes encadrant le blanc du fond tricolore, ainsi que par le caractère très allongé de la silhouette.

 

Pour en savoir plus

Consultez notre page dédiée au 80ème anniversaire de l’année 1941