Lettre d'information

Un taxi Renault

Type AG1 modèle 1909

© Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux / Y. Marques

 

Août 1914, la guerre éclate en Europe et les troupes allemandes pénètrent en Belgique progressant rapidement dans le nord de la France et se dirigeant vers la capitale. En ce début du XXe siècle, la motorisation gagne les transports publics et les fiacres sont progressivement remplacés par des automobiles. Les compagnies de taxis se tournent alors vers des engins peu puissants et peu onéreux. Un des modèles les plus courants est le Renault modèle AG, dans sa version 8 CV, modèle déposé en 1905.
 

L’objet présenté rend hommage à l’abnégation et à la détermination des armées françaises au cours de la première bataille de la Marne
 

Les 6 et 7 septembre 1914, sur ordre du général Gallieni nouveau gouverneur militaire de la ville de Paris, environ 600 taxis parisiens sont réquisitionnés pour envoyer des renforts à la VIe armée. Cette opération permet d’acheminer rapidement 5 000 soldats environ. Les hommes, des fantassins des 103e et 104e régiments d’infanterie, sont embarqués à 4 ou 5 par véhicule à Villemonble et Gagny pour être débarqués près de la zone des combats à Nanteuil-le-Haudouin et Silly-le-Long.

Dans le même temps, le général Joffre commandant des armées françaises, ordonne la contre-attaque générale le long d’un front de 300 kilomètres allant de Paris à Verdun. Les Allemands surpris battent en retraite, c’est la victoire de la Marne !

Même si les effectifs transportés en taxi restent modestes à l’échelle de la bataille - l’essentiel des troupes rejoignant le front par le chemin de fer - les taxis deviennent rapidement un symbole de la combativité française et de la victoire de la Marne.

Taxi Renault de type AG modèle 1909, 1er quart du XXe siècle – 2011.16.1

 

Pour en savoir plus :