Lettre d'information

Un timbre « France libre » pour les établissements français dans l’Inde

Collection Maurice Bleicher

 

 

Dès le 20 juin 1940, Louis Bonvin, gouverneur des établissements français dans l’Inde (EFI), manifeste sa volonté de continuer la lutte aux côtés des alliés britanniques. Le 7 septembre 1940, les 5 établissements français (Pondichéry, Chandernagor, Mahé, Karikal et Yanaon) se rallient officiellement à la cause du général de Gaulle.

 

Les timbres sont, comme les monnaies, « la frappe et la résonnance particulière d’un Etat » (Laurent Douzou) et les symboles qu’ils mettent en avant sont tout sauf anodins. En février 1941, sur instruction de la France Libre, 31 timbres et un bloc-feuillet des émissions précédentes des Établissements français dans l'Inde sont donc surchargés en typographie ou au tampon des mots "FRANCE LIBRE", dont ce timbre "Exposition internationale de Paris" d'une valeur de 1 fanon et 12 caches émis en 1937.

De manière plus étonnante, cette apposition sert également à alimenter les caisses de la France libre auprès de particuliers : deux tiers des timbres (environ 15 000 séries) sont en effet envoyés à Londres pour être vendus à des philatélistes.

 

Jusqu'en 1943, d'autres séries de timbres préexistants recevront une surcharge « France libre » ou "France toujours" accompagnée d’une croix de Lorraine.

En 1942, les établissements français de l’Inde recevront une série de 14 timbres imprimés à Londres et représentant une fleur de Lotus avec la légende "France libre" et la croix de Lorraine. Ils seront utilisés pour l'affranchissement du courrier jusqu'au début des années 50.