Lettre d'information

Une carte du Comité Français de Libération Nationale

Créé à Alger le 3 juin 1943, le Comité Français de Libération Nationale (CFLN) résulte de la fusion entre le comité national français de Londres, dirigé par le général de Gaulle, et le commandement en chef français civil et militaire d’Alger, dirigé par le général Giraud.

L’objet présenté ici témoigne de la création du CFLN
 

Carte-de-service-recto

© Collection Maurice Bleicher

Le comité a pour vocation de diriger la lutte militaire et son commandement est partagé entre les deux hommes évoqués précédemment. Ils se mettent d'accord sur un texte qui définit le rôle de la nouvelle entité :
"Il est le pouvoir central français. Il dirige l'effort français dans la guerre sous toutes ses formes et en tous lieux. En conséquence, il exerce la souveraineté française sur tous les territoires placés hors du pouvoir de l'ennemi ; il assure la gestion et la défense de tous les intérêts français dans le monde."
 

Carte-de-service-verso_0

© Collection Maurice Bleicher

En juillet 1943, Giraud abandonne à de Gaulle la présidence civile du CFLN. A partir de ce moment-là, les partis politiques y sont admis, ainsi que la Résistance intérieure.
L’œuvre du CFLN prépare la reconstruction de la France et mène des actions très diverses. C’est par exemple lui qui, par l’ordonnance du 21 avril 1944, accorde le droit de vote aux femmes.

Le 3 juin de la même année, c’est-à-dire 3 jours avant le débarquement de Normandie, le CFLN se transforme en Gouvernement Provisoire de la République Française (GPRF).