Lettre d'information

Une peinture d’Edouard Planchais sur le sabordage de la flotte de Toulon

Édouard Planchais (1909-1995), Huile sur toile, 1946, Inv. D 2022.4.1
©Musée national de la Marine, Toulon

 

Le 27 novembre 1942, la Marine française, placée sous l’administration de Vichy depuis l’armistice de juin 1940, décide de saborder sa flotte dans la rade de Toulon. L’amiral de Laborde refuse en effet que le précieux arsenal tombe aux mains des Allemands, mais également dans celles des Alliés. Avec le franchissement de la ligne de démarcation deux semaines auparavant, les troupes de la Wehrmacht approchent, ce qui décide l’officier à donner l’ordre du sabordage. Résultat, et en seulement quelques minutes, 90 navires sont détruits par leurs équipages. Seulement 5 sous-marins échappent à l’opération, dont 3 d'entre eux gagnent l'Afrique du nord pour se mettre au service des Alliés et continuer le combat.
 

Cette toile, exposée au musée national de la Marine de Toulon, présente des marins français à la fois acteurs et spectateurs de l’événement qui s’est déroulée le 27 novembre 1942 à Toulon.
 

Dans le décor assombri du sabordage, Édouard Planchais dépeint les équipages sur les quais de l’arsenal toulonnais. Au milieu des fumées noires s’élevant des navires endommagés, le marin se retrouve seul avec lui-même et s’interroge sur l’issue de cet acte extrême.

Le tableau est composé de 7 hommes à qui le peintre octroie des sentiments bien différents, visibles à leur langage corporel. Au premier plan, le poing serré du premier marin nous montre une colère intérieure dont les causes peuvent être multiples. À sa droite, un autre nous tourne le dos, le regard plongé en direction des navires détruits. Il pourrait être chacun d’entre nous : son visage invisible laisse au visiteur l’occasion d’y déposer ses propres émotions face au sabordage. Quant aux autres, l’un est pris par la peine, un autre croule sous le poids de l’histoire, et les restants fixent l’évènement, hagards ou convaincus d’avoir accompli leur devoir.

L’œuvre de Planchais représente la quintessence des interrogations qui planent sur le sabordage de la flotte dans l’après-guerre immédiat. Ainsi, il rappelle que face à cet évènement majeur de la Seconde Guerre mondiale, il n’existe pas une vérité qui résumerait la pensée globale des marins français en 1942, mais plutôt une pluralité de vérités, de sentiments, qui correspondent à chaque marin ayant vécu le sabordage.

Né à Rennes en 1909, Édouard Planchais, excellent dessinateur, commence sa carrière comme professeur pour les apprentis mécaniciens de Lorient. Puis il entre aux Constructions navales de Cherbourg comme dessinateur industriel. Il se passionne pour l’art et l’histoire maritime et décide de changer de vie. Il se rend à Paris pour intégrer l’Académie de la Grande Chaumière afin d’y parfaire son apprentissage. La puissance de son dessin et la maitrise de ses compositions sont rapidement saluées par ses homologues et il obtient une médaille au Salon de la Marine en 1946 avec Le Sabordage de la flotte à Toulon.

 

Pour en savoir plus :