Lettre d'information

Une tenue mixte (rayée et civile) d’un résistant déporté

La tenue mixte (rayée et civile) et le numéro matricule d’un résistant déporté, Arsène DOUMEAU. © Mémorial des Déportés de la Mayenne

 

A partir de 1933, l’Allemagne nazie met en place un système concentrationnaire. Conçus pour se débarrasser des opposants au régime, des camps sont construits où les internés sont contraints au travail forcé. 

Dans les camps de concentration, les déportés portaient des tenues rayées mais également des tenues dites civiles. Sur ces dernières, des inscriptions (comme ici KL (= Konzentrationslager = camp de concentration) ou des « morceaux » de tissu rayé étaient insérés, pour éviter les évasions. Le numéro matricule et le triangle (selon la « catégorie » des déportés: politique, droit commun, homosexuel, apatride, tsigane…) y étaient cousus. L’état des vêtements était variable et dans certains camps, des déportés étaient vêtus de loques.

Déporté dans les camps nazis de Mauthausen, Buchenwald, Dora puis Bergen-Belsen d’avril 1943 à avril 1945, Arsène Doumeau, résistant mayennais, ramena un pantalon rayé, un pull et un manteau. Sur ce pantalon figure sur le côté gauche son numéro matricule : n°31813. Amoureux des mathématiques (qu'il enseignait par ailleurs), Arsène Doumeau se raccrochait pendant sa captivité à l'aspect symétrique de son matricule et au chiffre 13, porte chance d'après lui. Sous-alimenté pendant toute la période de sa déportation, son apparente bonne mine à son retour en 1945 est la conséquence de sa suralimentation à la libération. Après la guerre, Arsène Doumeau s’est engagé pour la mémoire de la déportation.

 

A-DOUMEAU-au-retour-deportation

Photographie d’Arsène DOUMEAU à son retour de déportation en 1945. © Mémorial des Déportés de la Mayenne

 

A la suite de son décès en 1995, c’est sa fille Jocelyne qui s’attacha à transmettre la mémoire. Présidente de la délégation mayennaise de l’Association des Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation et de l’Association pour le Mémorial de la Déportation, elle a œuvré avec toute une équipe de bénévoles pour l’ouverture d’un lieu de mémoire : le Mémorial des Déportés de la Mayenne, ouvert en 2012. Celui-ci, qui fête ses 10 ans d’existence cette année, rend hommage aux 540 déportés du département. S’articulant autour de deux espaces (Mémoire et vigilance), ce lieu pédagogique s’adresse aux générations présentes et futures, par le biais d’expositions permanentes et temporaires, de conférences, d’ateliers, de lectures, d’ouvrages que l’association met en place avec la volonté et l’ambition d’apporter une contribution à la transmission de la mémoire et à la lutte contre les fanatismes et extrémismes actuels. La tenue et le numéro matricule d’Arsène Doumeau, présentés ici, y sont exposés.

 

Pour en savoir plus :