Victor-Emmanuel II

1820 -1878
Portrait de Victor-Emmanuel. Source www.fuhsd.net

 

Roi de Sardaigne puis d'Italie Turin, 14 mars 1820 , Rome, 9 janvier 1878)

 

Victor-Emmanuel témoigne de la situation de la péninsule italienne au XIXe siècle. Fils de Charles-Albert et de la reine Thérèse, fille du grand duc de Toscane Ferdinand, il concentre l'autorité des deux principales maisons italiennes. Son mariage avec Adélaïde d'Autriche témoigne de l'influence des Habsbourg de Vienne depuis Charles Quint. Cette alliance le désert dans l'opinion italienne lorsque le 23 mars 1849, en pleine guerre contre l'Autriche, son père abdique en sa faveur.

Contraint de signer le traité de Milan, le 6 août 1849, Victor-Emmanuel reste fidèle aux engagements de son père et à la politique dynastique de former un état italien unifié et libre. Il conserve ainsi le statut constitutionnel du Piémont (proclamation de Moncalieri), contrairement aux exigences de l'Autriche, même s'il doit accepter l'occupation d'une partie du Piémont par les troupes impériales. Il se pose en champion de la liberté, ce qui lui vaudra le surnom de re galatuomo (roi gentilhomme). Il sait s'entourer en la personne du comte de Cavour notamment qu'il nomme Premier Ministre en 1852.

Sa politique extérieure vise à affirmer l'identité et la présence italiennes dans le concert des nations. Il envoie le général La Marmora en Crimée en 1855 et gagne ainsi un siège au congrès de Paris. L'entrevue de Plombières en juillet 1858 entre le Comte de Cavour et Napoléon III et l'accord militaire de janvier 1859 lui permettent de trouver un allié dans sa lutte contre Vienne et d'ouvrir la dynastie par le mariage de Clotilde avec le prince Jérôme, cousin germain de Napoléon III.

Lors des combats de la guerre de 1859, Victor-Emmanuel se distingue à la bataille de Palestro. Peu après la victoire de Solférino, il entre en libérateur à Milan et poursuit l'unification par les armes de l'Italie en dépit de la défection de Napoléon III qui signe à Villafranca un armistice avec l'Autriche. Les troupes sardes annexent ainsi Parme, Modène et les Romagnes au cours l'année 1860. En échange de l'accord français il doit céder Nice et la Savoie par le raité de Turin le 24 mars 1860.

Le royaume des Deux Siciles est soumis par l'expédition de Garibaldi, "l'expédition des Mille", soutenue en secret par le gouvernement Piémotais. L'unification de la péninsule achevée militairement, Victor-Emmanuel se fait reconnaître roi d'Italie par le Sénat (cent-vingt-neuf voix contre deux).

Roi constitutionnel à partir du 14 mars 1861 il mène une politique modérée, tempérant l'ardeur des partisans de Garibaldi, s'efforçant d'apaiser les conflits avec le Saint-Siège, tout en poursuivant l'oeuvre économique et diplomatique de Cavour.

 

Bénéficiant de la médiation de Napoléon III (entrevue de Biarritz en octobre 1865), il s'allie à la Prusse de Bismarck dans la guerre austro-prussienne de 1866, et incorpore la Vénétie à la suite des traités de Prague et de Vienne. La défaite française de 1870, difficile alliée, lui donne l'occasion d'occuper Rome militairement en 1870 et d'y faire son entrée le 2 juillet 1871.

La consolidation intérieure mais surtout l'affirmation territoriale du nouvel état occupe ses dernières années de règne. C'est ainsi qu'il inaugure une politique "offensive" d'occupation et de maîtrise des frontières. L'opposition à la France de la Troisième République se concrétisera dans les Alpes par la fortification du col de Tende en réaction au système Séré de Rivières.

  • Portrait de Garibaldi. Source www.fuhsd.net