Le 5ème régiment d'infanterie, "Navarre"

 

Le 5e régiment d'infanterie est un des plus anciens et des plus illustres de l'armée française.

 

Vers 1480

Naissance des bandes de Guyenne qui, réunissant Basques et Gascons au service du roi de France, se distinguent à Marignan sous les ordres du chevalier Bayard.

 

1569

La formation du régiment des Gardes du Roi de Navarre, dont le premier chef de corps est le futur Henri IV. Le régiment se bat contre les catholiques lors des guerres de religion. Les victoires d'Arques et d'Ivry lui ouvrent les portes de Paris.

 

XVIIe et XVIIIe siècles

Le régiment de Navarre participe à toutes les guerres européennes : guerre de Trente Ans (1618-1648), guerre de Succession d'Espagne (1701-1714), guerre de Succession d'Autriche (1740-1748), guerre de Sept Ans (1756-1763)

 

Tambour et Porte Drapeau de Navarre 1745. Source : Collection Association Navarre.

 

 

1791

Les régiments perdent leur nom au profit d'un simple numéro. Le numéro 5 échoit à Navarre qui devient une demi brigade d'infanterie puis 5e régiment d'infanterie de ligne.

 

1792-1815

Le régiment participe aux batailles de la Révolution et de l'Empire notamment en Dalmatie (ex-Yougoslavie), en Espagne et en France. Lorsque Napoléon rentre de l'île d'Elbe, c'est le 5e qui est désigné pour l'arrêter. En fait, au col de Laffrey, l'empereur est acclamé par ceux qu'il a toujours menés à la gloire et qui lui resteront fidèles jusqu'à Waterloo. Le régiment est alors dissous.

 

1820-1871

Le 5e de ligne renaît de ses cendres et se bat en Espagne et en Belgique. Il contribue à la prise d'Anvers. Il prend part à la conquête de l'Algérie, à l'expédition de Syrie et à la guerre contre la Prusse. A Sedan, il est battu mais sauve son drapeau. La paix revenue, il devient 5e régiment d'infanterie.

 

Le drapeau du 5e régiment d'infanterie. Source : photo Association Navarre




1914-1918

En garnison à Paris depuis 1875, installé à la caserne de la Pépinière, la Première Guerre mondiale donne au 5e l'occasion de montrer une énergie et un courage dignes du vieux Navarre. Dès 1914, au Godat, il mérite une citation à l'ordre du corps d'Armée. Trois chefs de corps y sont tués en une semaine. En 1916, le régiment s'illustre à Verdun. En 1917, il est présent au Chemin des Dames. En 1918, sur l'Ourcq, l'Aisne et la Lys, il se couvre de gloire, méritant trois citations à l'ordre de l'Armée.

 

1939-1945

Quittant sa ville de garnison, Courbevoie, le régiment vient se battre glorieusement sur l'Aisne, à Vieux-les Asfelds. Il est cité à l'odre de l'Armée. Il reste, à l'Armistice, l'un des rares régiments à ne pas être dissous. Lors de l'invasion de la zone libre, le régiment sauve son drapeau et se reforme dans la résistance. Reconstitué régiment d'infanterie, il se bat dans les Vosges au sein de la 1ère armée française et s'associe aux opérations de réduction des poches de l'Atlantique. En 1945, le régiment est envoyé en garnison en Allemagne puis en Afrique du Nord en vue d'y maintenir l'ordre. Depuis 1964, et jusqu'à sa dissolution, le 5e a tenu garnison au camp de Frileuse, à Beynes.

 

Insigne de Navarre (1944-1945). Source : Collection Association Navarre

 

Insigne de Navarre, à partir de 1950. Source : Collection Association Navarre

 

 

Insigne de Navarre, à partir de 1980.Source : Collection Association Navarre

 

 

 

Les Hommes célèbres de Navarre

 



Le 5e régiment d'infanterie s'enorgueillit d'avoir fourni à la France les six maréchaux suivants :

 

  • Blaise de Monluc (1500-1577) fut soldat à 16 ans, servit sous les ordres de Bayard puis s'illustra dans l'infanterie avec le grade de colonel-général. Fait maréchal de France par Henry III, il laisse le souvenir d'un écrivain remarquable et d'un "soudard sans moralité".

 

  • Jean de Lavardin (1551-1614) compagnon d'enfance du futur Henri IV, il sert tour à tour ce prince et la Ligue. Rallié au nouveau monarque, il est promu maréchal de France en 1595. Il finit sa vie comme ambassadeur en Angleterre.

 

  • Pons de Thémines (1553-1627)combattit de bonne heure contre les Calvinistes puis contre la Ligue pour le compte du roi de France. Nommé maréchal de France en 1616, il meurt onze ans plus tard, devenu lieutenant-général de Guyenne et de Bretagne.

 

  • Jean d'Estrées (1624-1707) obtint la charge de colonel du régiment de Navarre à 23 ans. Fait prisonnier des Espagnols au siège de Valenciennes(1656), il reprend du service après onze ans de captivité en tant que lieutenant-général des armées navales, chargé de défendre les intérêts français en Amérique. Il devient maréchal de France en 1681 et vice-roi d'Amérique cinq ans plus tard.

 

 

                                            

Le maréchal d'Estrées. Source : Collection Association Navarre           François René de Chateaubriant. Source : Collection Association Navarre

 

 


Jean de Lattre de Tassigny (1889-1953) et Pierre-Marie Koenig (1898-1970) ont également servi au 5e, l'un comme chef de bataillon de 1930 à 1934, l'autre de 1929 à 1931, avant d'être élevés chacun à la dignité de maréchal à titre posthume.

 

En outre, le régiment a compté dans ses rangs 4 écrivains de renom :

 

- Agrippa d'Aubiné (1552-1630),

- François René de Chateaubriant,

- Pierre Drieu la Rochelle,

- Le colonel André Brouillard, plus connu sous le pseudonyme de Pierre Nord (1900-1980).

 

Enfin, le régiment a donné un des héros les plus célèbres de la Résistance, Pierre Brossolette, capitaine au 5e RI en 1940.

 

Pierre Brossolete. Source : Collection Association Navarre

 

 

 

Site de l'Association Amicale des Anciens du 5° Régiment d'Infanterie. Navare sans peur

Source : MINDEF/SGA/DMPA