L'enseignement de défense dans les programmes scolaires

L'enseignement de défense dans les programmes scolaires
L’enseignement de la défense dans les nouveaux programmes du lycée 2019-2020

L’enseignement à la défense et les nouveaux programmes d’histoire, géographie et d’enseignement moral et civique

 

La parution des nouveaux programmes d’enseignement en histoire-géographie et éducation morale et civique pour les classes de seconde et première des voies générales et technologiques,  ainsi que les enseignements de spécialité en histoire-géographie pour la première de la voie générale, ont conduit à une réflexion sur la place des enseignements de défense et la façon de les y insérer.

 

Ainsi sont nées les "entrées défense", une façon de proposer aux professeurs une réflexion générale sur de grands thèmes parfois transverses, les raisons pour lesquelles ces thèmes sont mis en valeur, la place dans les programmes et les pistes pédagogiques (les points d’ouverture possibles) à explorer. Ces mêmes entrées reviennent sur les écueils et les obstacles à éviter, en soulignant à dessein les notions qui seront maîtrisées à l’issue et propose des éléments bibliographiques ou des sites internet comme ressources supplémentaires.

 

Entreprises sous l’autorité de l’Inspection générale, coordonnées par le délégué à l’éducation de défense et rédigées par un groupe d’Inspecteurs d’académie – Inspecteurs pédagogiques régionaux, ces entrées ont été conçues pour développer les connaissances et compétences indispensables à l’émergence d’une culture de défense et nourrir la réflexion sur le concept de défense même, dont les aspects militaires ne sont qu’une facette.

 

Ces entrées défense peuvent être exploitées tout ou partie, selon le thème choisi et les choix pédagogiques des enseignants. Parce qu’elles s’appuient autant sur un rappel des débats historiographiques et académiques que sur la proposition de mise en œuvre, ces entrées confortent et renforcent l’enseignement à la défense. La parution des programmes de terminale assurera la continuité de cet enseignement, et ces entrées seront complétées au fur et à mesure.

 

 

En guise d’introduction générale

 

  • Deux textes de l'IGEN Tristan Lecoq:

Enseigner l’histoire de la guerre, enseigner la guerre dans l’histoire, enseigner la guerre au présent

Assurer la sécurité de la Nation. La question de l’organisation de la défense nationale

  • Un ensemble de ressources contextualisant et mettant en perspective l'organisation de la défense nationale 

 

 

 

En Enseignement Moral et Civique

 

En géographie

 

En histoire

L'enseignement moral et civique (EMC)

version du 1er mars  2016        La défense et la sécurité nationale dans l’EMC au cycle 4

 

Note de cadrage

 

Enseigner la défense et la sécurité nationale, c’est se concentrer sur trois cadres :

 

  1. le recul historique qui permet de replacer les questions de défense dans un temps plus long : de la défense des frontières à la défense sans frontières, de l’indépendance nationale à l’autonomie stratégique, de la défense nationale (Livre blanc de 1972 sur la défense nationale) à la défense (Livre blanc de 1994) et à la défense et la sécurité nationale (Livres blancs de 2008 et 2013).

 

  1. la France "… au milieu des peuples du Monde", dans le contexte des menaces intérieures et extérieures, de ses alliances et de ses engagements, des opérations et actions militaires que ses armées conduisent, en France et dans le Monde, d’un continuum de la sécurité intérieure et de la sécurité extérieure, dont la lutte contre le terrorisme est un marqueur majeur ;

 

  1. la défense comme politique publique, c’est-à-dire une autorité politique qui décide (place et rôle de la défense et de la sécurité nationale dans les institutions), des opérateurs qui exécutent  (l’ "outil militaire" : les Armées, leur organisation, les hommes et les femmes qui y servent), les moyens que la Nation y consacre, en analysant les dimensions terrestres, aériennes et maritimes, interministérielles, interalliées de la défense.

 

1. L’EMC : une nouvelle perspective d’enseignement

 

  • un enseignement qui n’est pas structuré par niveau mais qui est organisé autour de dimensions :
    • la sensibilité : soi et les autres ;
    • le droit et la règle : des principes pour vivre avec les autres ;
    • le jugement : penser par soi-même et avec les autres ;
    • l’engagement : agir individuellement et collectivement.
  • un enseignement qui ne vise pas l’acquisition de connaissances en tant que telles mais la transmission et le partage des valeurs de la République : les connaissances "s’intègrent dans une culture qui leur donne sens et cohérence et développe les dispositions à agir de façon morale et civique". L’EMC "privilégie la mise en activité des élèves" et valorise le travail en groupe ainsi que le recours à des travaux interdisciplinaires[1]. Il suppose la mise en œuvre de méthodes et démarches tels que le débat réglé, le dilemme moral, le conseil d’élèves, la méthode de la clarification des valeurs. (cf. EMC - Méthodes et pratiques pédagogiques)
  • l’approche thématique de l’enseignement de la défense et de la sécurité nationale jusqu’à présent mise en avant doit dès lors être questionnée afin de s’inscrire dans l’économie d’ensemble de l’EMC

 

2. La défense et la sécurité nationale ne sont plus enseignées en tant que telles mais sont présentes dans plusieurs "dimensions", de manière plus ou moins explicite.

 

La défense nationale est devenue la seule clé d’entrée spécifique dans les programmes d’EMC (elle n’est plus systématiquement associée à la sécurité nationale) et au sein du parcours citoyen, elle n’est qu’une entrée parmi d’autres.

 

  • des entrées inégalement visibles (1 thème complet et deux rubriques) dans deux des quatre dimensions abordées par l’EMC.
  • dans la dimension "le jugement : penser par soi-même et avec les autres"

                        thème "comprendre que deux valeurs de la République, la liberté et l’égalité, peuvent entrer en tension"

                                   "problèmes de la paix et de la guerre dans le monde et causes des conflits"

 

  • dans la dimension "l’engagement : agir individuellement et collectivement"

                        thème "expliquer le lien entre l’engagement et la responsabilité"

                                   "la sécurité des personnes et des biens : organisations et problèmes"

                        thème "connaître les grands principes qui régissent la Défense nationale"

                                   "la journée défense et citoyenneté"

                                   "les citoyens et la Défense nationale, les menaces sur la liberté des peuples et la démocratie, les engagements européens et internationaux de la France".

 

  • des entrées possibles mais moins explicites dans la dimension "culture de la sensibilité". L’un des trois "objectifs de formation" est d’amener l’élève à "se sentir membre d’une collectivité", ce qui s’ancre particulièrement au thème "connaître les principes, valeurs et symbole de la citoyenneté française et de la citoyenneté européenne". On pourra trouver des exemples se rattachant à l’enseignement de la défense pour travailler cette dimension : l’acquisition d’une culture de défense commune, l’étude du lien Armée/Nation, l’analyse de ce que représente l’esprit de défense dans une société en proie à des menaces extérieures et intérieures.

 

 

3. Des liens à construire avec les programmes d’histoire et de géographie mais aussi de lettres, par exemple, d’où un nécessaire enseignement en classe de troisième.

 

  • les heures de l’EMC sont assurées par les enseignants d’histoire et de géographie mais l’approche interdisciplinaire qui est mise en avant doit conduire à développer les liens avec les programmes disciplinaires (histoire, géographie, lettres…).
  • une difficulté nouvelle car les programmes n’ont pas été nécessairement construits dans cette optique
  • une conséquence : un enseignement que l’on réservera à la classe de troisième pour bénéficier de l’ensemble du programme de lettres mais surtout par souci de cohérence avec le programme d’histoire et de géographie.

 

4. Fiches spécifiques disponibles

 

 


[1] D’après les principes généraux du programme d’EMC, cycles 2, 3 et 4, BO spécial n°6 du 25 juin 2015

La défense, sujet national au brevet des collèges

Les collégiens sont invités, dans le cadre de l'épreuve d'histoire-géographie-enseignement moral et civique, à répondre sur les diverses obligations du service national après la loi de 1997, les missions du ministère de la défense, des armées et les responsabilités du président de la République en matière de défense, puis à présenter l'organisation de la Défense nationale dans le cadre de la Constitution et des lois la régissant ainsi que ses diverses missions.

 

Le ministère de l'Éducation nationale montre ainsi, une fois de plus, l'importance qu'il attache à l'obligation qui lui est faite par la loi de 1997 d'enseigner aux jeunes les bases de notre défense nationale. Cette culture de défense figure ainsi dans le "socle commun de connaissances et de compétences" que doivent maîtriser tous les élèves, au titre de trois compétences : la culture humaniste, la compétence civique et sociale, l'autonomie de la personne.

Les classes de défense et de sécurité globale

Par une convention cadre signée en commun le 8 mars 2011, les ministères en charge de la Défense et l’Éducation nationale ont convenu d’encourager le développement des "classes de défense et de sécurité globale".

 

♦ Cliquez sur le visuel de votre choix pour le consulter ♦

 

plaquette CDSG   vademecum CDSG   Couv-Mallette-DSNJ

 

S’appuyant  sur une convention particulière entre un collège et une unité militaire, ce dispositif, qui a déjà été testé à plusieurs reprises avec succès dans les académies de Nice et de Lille, est particulièrement adapté à des jeunes collégiens scolarisés dans des établissements classés "réseau ambition réussite (RAR) / Collège et lycées pour l’innovation, l’ambition et la réussite  (CLAIR)".

 

Une courte présentation vidéo (2mn 30s) est disponible sur internet.

 

Ce partenariat (non exclusif d’autres partenariats) comprend généralement :

  • une correspondance régulière sous forme électronique, qui se poursuit lorsque l’unité militaire est en opération ;
  • une visite annuelle de la classe au sein de l’unité militaire, au financement de laquelle le ministère de la défense peut contribuer en ce qui concerne les frais de transport, par l’intermédiaire de crédits mis en place au bureau des actions pédagogiques et de l’information de la direction de la mémoire du patrimoine et des archives du ministère (DPMA/BAPI) ;
  • le témoignage épisodique de personnels de l’unité militaire, invités au sein de la classe, en fonction de leur spécialité et du thème abordé, qui peut toucher finalement de nombreux aspects de la vie de l’unité.

 

 L’essentiel des relations se faisant par mails ou par des visites ponctuelles :

  • il mobilise peu de moyens militaires, que ce soit en personnel, en temps ou sur le plan budgétaire ;
  • il peut s’affranchir des contraintes de proximité géographiques et constituer une réponse au maintien d’un lien armées-nation avec  des "déserts militaires".

 

Il ne s’agit ni de faire du pré-recrutement pour les armées, ni de "militariser" l’enseignement : ce partenariat a uniquement vocation à constituer un "fil rouge" et un support permettant de donner du sens aux enseignements. En provoquant des émotions, ce partenariat suscite en effet une  motivation des élèves qui facilite les apprentissages.

 

Les activités de l’unité et les actions menées en commun  peuvent ainsi être utilisées pour développer des compétences du socle :

  • maîtrise de la langue française et de moyens d‘information et  de communication, au travers de l’échange de mails et la préparation de productions scolaires ;
  • autonomie et initiative, par la préparation des visites, le choix des sujets abordés, la mise au point des questions... ;
  • compétences sociales et civiques, par la mise en contact avec un cadre qui impose le respect par l’exemple, voire éléments de mathématiques (calcul d’une durée de traversée, ou des paramètres d’un ravitaillement en mer ou d’une projection), culture scientifique et technologique, par la présentation de certaines fonctionnalités des matériels utilisés.