Lettre d'information

27 mai, journée nationale de la Résistance

Corps 1

27-mai-jnr

Source : © Famille Corbin

Dès l'été 1940, des mouvements de résistance à l'occupation nazie en France font leur apparition de manière progressive et dispersée. Le général de Gaulle qui, le 18 juin, lance sur les ondes de la BBC son fameux appel, est rejoint en Angleterre par une poignée de civils et de militaires qui forment le premier noyau de la "France libre". Plusieurs territoires coloniaux d'Afrique, d'Asie et d'Océanie se rallient à leur tour avant la fin de l’été.

Dans les années suivantes, sur le territoire français métropolitain partiellement puis entièrement occupé par l'armée allemande (novembre 1942), les mouvements de résistance voient leurs effectifs croitre considérablement (en raison de la dureté de l'occupation allemande, du rejet de la politique de Vichy, de la rupture du pacte germano-soviétique, du refus du Service du travail obligatoire...). Ils demeurent toutefois très isolés, leur action souffrant cruellement d'un manque de coordination. De son côté, la France libre a besoin d'une reconnaissance officielle des mouvements de résistance afin d'asseoir sa légitimité vis à vis des Alliés.

Dans ce contexte, Jean Moulin, préfet de la IIIème République révoqué par le régime de Vichy, reçoit du Général de Gaulle, au début de l'année 1942, la mission de rallier et d'unir sous une même autorité les principaux mouvements de résistance, afin de créer une véritable armée secrète œuvrant sur le territoire occupé par l'ennemi.

La première réunion du Conseil national de la Résistance (CNR) se déroule le 27 mai 1943, réunissant dans un même lieu Jean Moulin, représentant le général de Gaulle, les représentants des huit principaux mouvements de résistance français ("Ceux de la Libération", "Ceux de la Résistance", "Combat", "Libération-Nord", "Libération-Sud", "l'Organisation civile et militaire", "Franc-Tireur" et "le Front national de la Résistance") ainsi que ceux des principaux partis politiques et syndicats existant avant la guerre. Ensemble, ils décident de coordonner l'action de la Résistance et de préparer, dans la perspective de la libération du territoire national, la refondation de la République.

*****

Le 19 juillet 2013, l'Assemblée nationale a adopté, à l'unanimité, une proposition de loi émanant du Sénat instaurant le 27 mai comme Journée nationale de la Résistance. Cette journée, dont la date est choisie en référence à la première réunion du Conseil national de la Résistance (CNR), le 27 mai 1943, fournit l'occasion d'une réflexion sur les valeurs de la Résistance et celles portées par le programme du CNR. Elle est une journée à vocation pédagogique et incite les enseignants à aborder cette question en classe.

À Paris, une cérémonie a lieu rue du Four, devant le lieu où s’est tenue la première réunion du CNR.

 

Pour en savoir plus :

 

Retrouvez ici le message aux associations de Madame la ministre déléguée auprès de la ministre des armées

 

Accédez à un ensemble de ressources pour documenter la journée nationale de la Résistance

 

Des articles scientifiques et des pistes d'exploitation pédagogiques

  • Une riche sitographie proposée par le réseau Canopé sur le même thème du Concours national de la Résistance et de la Déportation

 

 

Des biographies et des témoignages

 

 

Des musées et des lieux de mémoire

Des hauts-lieux de la mémoire nationale:

Une sélection de musées:

 

 

Des documents iconographiques

  • Une vidéo de l’INA, tirée des Actualités cinématographiques françaises du 1er juin 1945 et illustrant, rue du Four à Paris, la cérémonie officielle pour l'inauguration d'une plaque à la mémoire des fondateurs du CNR par le président du Gouvernement Provisoire de la République Française, le général de Gaulle.
  • Des photographies
  • Boris Vildé, fondateur du réseau du musée de l'Homme, fusillé au Mont-Valérien le 23 février 1942

    Collection particulière
  • Jeunes maquisards de Gacé (Orne), manipulant un fusil-mitrailleur pris à l'ennemi

    SHD
  • Marie-Madeleine Fourcade, cheffe du réseau Alliance, l'un des plus importants de France

    Collection Méric
  • Un résistant français se préparant au combat, 1944

    Collection particulière
  • Pierre Brossolette, membre du BCRA, parachuté en France pour unifier les mouvements de résistance de la zone nord. Arrêté et torturé par la Gestapo, il se donne la mort le 22 mars 1944 après avoir donné un nom à ses tortionnaires, le sien. Ses cendres ont été transférées au Panthéon le 27 mai 2015

    Collection particulière
  • Résistants devant leur poste-radio

    SHD
  • Berty Albrecht, responsable du mouvement Combat. Arrêtée par la Gestapo le 27 mai 1943, elle est transférée dans la prison de Fresne où elle se donne la mort.

    Collection particulière
  • Instruction de jeunes maquisards sur le maniement des armes

  • Lettre du général de Gaulle adressée à Jean Moulin, 22 octobre 1942.

    Fondation Charles de Gaulle
  • Jeune résistante corse, 1943

    Collection particulière
  • Journaux des trois principaux mouvements de résistance qui seront à la base de la constitution des MUR

    SHD
  • Combats de rue lors de la libération de Marseille, 1944

    ECPAD
  • Août 1944, des Parisiens transportent les sacs de sable nécessaires à la construction des barricades

    ECPAD
  • Août 1944, des Parisiens érigent des barricades à paris

    ECPAD
  • Défilé de résistants lors de la libération de Toulouse, août 1944

    Collection particulière
  • FFI à Belfort, lors de la reconquête de la ville par la 2ème DIM

    ECPAD
  • Plaque apposée au 48 rue du four (Paris 6ème)

    SGA/DPMA