Lettre d'information

La nécropole nationale d’Eygalayes

La nécropole nationale d’Eygalayes. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_necropole_Eygalayes

 

La nécropole nationale d’Eygalayes regroupe les tombes des maquisards morts pour la France lors des représailles contre le maquis Ventoux, le 22 février 1944. Ce cimetière créé à l’initiative de l’abbé Roux, dans les jours qui ont suivi la tragédie, est situé à quelques kilomètres du principal lieu d’exécution. Il a été réaménagé en 1949 et 1984. Cette nécropole rassemble 35 tombes de maquisards.  Vingt d’entre elles, in memoriam, conservent le souvenir de résistants dont les dépouilles ont été exhumées puis inhumées en d’autres endroits.

Au sein de cette nécropole est planté un tilleul du souvenir au pied duquel ont été dispersées, en 2008, les cendres de Maxime Fischer, avocat radié du barreau de Paris en tant que juif. Réfugié à Carpentras, il avait créé avec Philippe Beyne le maquis Ventoux en accueillant de nombreux réfractaires au Service du Travail Obligatoire. Chef respecté, ce résistant est décédé en 2008.

À l’automne 1943, le maquis Ventoux, l’un des grands maquis de Provence s’installe à Izon-la-Bruisse. Malgré les dangers permanents, les 90 maquisards, trop confiants sans doute, ne respectent pas les règles les plus élémentaires de la vie clandestine. Le nombre élevé de résistants rassemblés au même endroit et les déplacements réguliers vers le village de Séderon, tout proche, mettent en péril la sécurité du maquis.

La tragédie du maquis d’Izon-la-Bruisse

Le lundi 21 février 1944, bien que prévenu, par des résistants de Montbrun-les-Bains et de Barret-de-Lioure, du passage de véhicules allemands en direction du Col de Macuégne, l’état-major du maquis rassemblé à Séderon se fait surprendre. En fin d’après-midi, un détachement de la Feldgendarmerie et de la SS contrôle ce village. Un couvre-feu est immédiatement instauré. Le lendemain tous les hommes valides sont rassemblés. Le gendarme Gamonet reconnu comme soutien du maquis d’Izon est exécuté par la Gestapo. Au terme de cette opération, les autres otages sont libérés.

Minutieusement préparée, elle se prolonge le 22 février.  Une unité de la division Brandburg avec en son sein des Français engagés dans l’armée allemande est chargée de l’opération contre le Maquis d’Izon. La réussite de la manœuvre, repose sur l’effet de surprise grâce aux renseignements fournis par un espion français infiltré. Dès 4h30, 60 hommes dont 40 Français se positionnent aux abords d’Izon-la-Bruisse et d’Eygalayes.

Simultanément, à 7h00, les deux campements d’Izon-la-Bruisse (école et ferme Jullien) et le poste de garde à la ferme Monteau en bas à Eygalayes sont attaqués. Les résistants installés dans l’école sont capturés sans qu’ils aient le temps de réagir. Ceux de la ferme Jullien se défendent et beaucoup parviennent à s’enfuir. A la Ferme Monteau, quatre hommes tombent les armes à la main, un autre en réchappe. Le plan d’attaque allemand, semble avoir voulu éviter la section installée à La Forestière dont le système de surveillance est mieux organisé. Ces hommes sont les seuls à échapper au massacre non sans avoir tenté de secourir leurs compagnons de l’école. Les assaillants incendient la mairie, l’église et la ferme Jullien. À l’école, la sentinelle, Maurice Coutand, Gabriel Mistral, le chef de section, et un blessé, Maurice Mauméjean, sont abattus. Les autres compagnons sont exécutés à la Ferme Monteau après avoir été contraints de transporter le butin rassemblé jusqu’à Eygalayes.

La neutralisation du maquis du Ventoux se solde par 40 victimes. À la mort des 34 maquisards dans l’attaque et du gendarme Gamonet, s’ajoute celle de Bruno Razzoli, de l’état-major du maquis. Arrêté à Villefranche-le-Château, il est emmené à Orange pour y être torturé, avant d’être ramené pour être exécuté le 28 février, devant la bergerie de La Geneste à Izon-la-Bruisse. Les Allemands, quittent Séderon dans l’après-midi du 22 février. En traversant Barret-de-Lioure, trois jeunes croisant leur route et sont abattus sur place. Ce même jour, la Feldgendarmerie, arrête sur dénonciation, quatre jeunes maquisards près du Col du Négron. Ils sont tous des réfractaires au Service du Travail Obligatoire (STO) et inscrits au maquis d’Izon-la-Bruisse. Ils sont déportés en Allemagne. Deux ne reviendront pas, Louis de Bougrenet de la Tocnaye et Jean Sidéri.

 

  • La nécropole nationale d’Eygalayes. © ECPAD

  • La nécropole nationale d’Eygalayes. © ECPAD

  • La nécropole nationale d’Eygalayes. © ECPAD

  • La nécropole nationale d’Eygalayes. © ECPAD

  • La nécropole nationale d’Eygalayes. © ECPAD

  • La nécropole nationale d’Eygalayes. © ECPAD

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • Source : Mémoire Résistance HB

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    Eygalayes
    À l’est de Sisteron, D 170

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année

    En résumé

    Eléments remarquables

    Croix de Lorraine monumentale

    En savoir Plus

    En savoir plus

    Comité départemental du tourisme de la Drôme

    8, rue Baudin

    26005 Valence Cedex

    Tél. 04 75 82 19 26

    Accéder au site internet