Lettre d'information

La nécropole nationale de Senones

La Poterosse

Nécropole nationale de Senones. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_Senones

 

Créée en 1920 et aménagée jusqu'en 1935, la nécropole nationale de Senones regroupe les corps de 818 Allemands, 795 Français dont 372 reposent dans deux ossuaires, onze Roumains, six Roumains et six Russes décédés en Haute-Alsace. Après la Grande Guerre, sont rassemblés les restes mortels de combattants inhumés dans différents cimetières provisoires du secteur de Senones, du Ménil, de Moyenmoutier, de la Petite-Raon, de La Forain.

En 1914-1918, la ville de Senones est située sur la ligne du feu. Les bombardements sont nombreux et engendrent de nombreuses destructions et des pertes importantes parmi les civiles.

En 1914-1918, la ville de Senones est située sur la ligne du feu. Les bombardements sont nombreux et engendrent de nombreuses destructions et des pertes importantes parmi les civiles. À ce titre, en 1920, Senones est décorée de la Croix de Guerre 1914-1918.

 Les combats de la Roche Mère Henry, 1914-1915

 Dès les premières semaines du conflit, le front n’est pas fixé dans le secteur de Moyenmoutier et Senones. Même si les Allemands ont conquis le massif de la Roche Mère Henry et Senones, ils restent contenus par les Français. Point stratégique permettant de dominer le secteur de Senones, La Roche Mère Henry est, pour les Français, un objectif essentiel dans le contrôle de la région. Le 31 octobre 1914, ils lancent une offensive contre les fortifications ennemies construites sur ce massif. Au terme de cette opération, les Français s'établissent en contrebas et poursuivent leur effort. Le 10 décembre, une nouvelle offensive leur permet de détruire des blockhaus allemands. À partir de cette date, la guerre de mines s'intensifie. Le secteur très atteint, fut surnommé dès le début 1915 le "Pelé".

 Les combats de la Fontenelle, 1914-1918

 Au début des opérations de l'été 1914, de violents combats se déroulent dans la région de Saint-Dié. Le 24 août, les Allemands marchent sur la Trouée de Charmes, point de jonction entre la 1e et la 2e armée française. Ce passage, seule plaine entre le Grand Couronné et les contreforts des Vosges, permet à l’ennemi de prendre les Français à revers, puis de marcher sur la Meuse et d’enlever Verdun. Tenu en échec sur le col de la Chipotte, l'ennemi cherche à s'emparer du hameau de La Fontenelle. Située à 627 m d’altitude, cette position constitue un excellent observatoire. Après que le front se soit figé sur les hauteurs des Vosges, ce site devient alors l'un des lieux les plus disputés de cette zone.

Après de violents combats, les Français occupent le sommet de la cote 627, où se trouve aujourd'hui une nécropole. Au cours de l'hiver 1914-1915, des assauts toujours plus meurtriers sont lancés. Malgré un appui-feu de plus en plus intense, ces actions ne parviennent pas aux objectifs visés et se limitent à la conquête de quelques mètres de tranchées ou d'un abri.

 En juin 1915, les Allemands déclenchent une vaste offensive qui leur permet de s'emparer du sommet. Les 8 et 23 juillet, deux violentes contre-attaques, engageant des moyens toujours plus puissants, permettent aux Français de reconquérir l’ensemble de la colline et de faire 1 500 prisonniers. La guerre de mines perd progressivement en intensité même si des hommes continuent de mourir lors d'actions ponctuelles. En novembre 1918, ce secteur est libéré définitivement en novembre par les Américains.

  • Nécropole nationale de Senones. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de Senones. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de Senones. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de Senones. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de Senones. © Guillaume Pichard

  • Combats dans les Vosges. © MINARM/SGA/DMCA/Joëlle Rosello

  • Panorama sur la colline de Kalberg, février 1917. © ECPAD

  • Poste de commandement Villa Gabrielle installé au Bois de Moyenmoutier, ravin de Malfosse, mars 1917. © Collections BDIC

  • Batterie de 155 court à Saint Jean d'Ormont, mars 1917. © ECPAD

  • Soldats français se restaurant dans une tranchée située dans le bois Pointu, Seppois le Haut, mars 1917. © ECPAD

  • Soldats français porteurs de masque contre les gaz, Bois de Senones, Mère Henry, janvier 1918. © Collections BDIC

  • Tombe du général Serret à Moosch. © ECPAD

  • Patrouilleurs vêtus de blanc dans le secteur des Coichots. Les soldats morts en ce lieu sont inhumés à Senones. © ECPAD

  • Ruines de l'église de Seppois-le-Bas. © ECPAD

  • Soldat français manoeuvrant un Chauchat dans le secteur du Bannholz. © ECPAD

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    Senones
    À 70 km au sud-est de Nancy, sur la RN 42

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année

    En résumé

    Eléments remarquables

    Croix monumentale, 1914-1918