Lettre d'information

La nécropole nationale de La Valette

Nécropole nationale de La Valette. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_Abreschviller

 

La nécropole nationale de La Valette regroupe les dépouilles de 455 soldats français dont 372 sont inhumés en deux ossuaires, décédés lors de la bataille de Sarrebourg en août 1914. Elle est mitoyenne d’un cimetière allemand de 274 corps dont 70 en sépulture individuelle et 204 en ossuaire. Ces soldats allemands appartenaient à des unités militaires dont les garnisons étaient en Bade, de Bavière, du Wurtemberg, de Lorraine et d'Alsace et de Rhénanie.

Créée en 1914 à l’issue de la bataille de Sarrebourg, elle est aménagée en 1925, par le regroupement de corps exhumés dans les environs notamment à Vasperviller, Voyer, Nitting, Landange, Bébing... À proximité, sur le chemin forestier entre les forêts de Biberkirch et de Voyer, une sépulture isolée conserve le souvenir d’un officier, le sous-lieutenant Petermann du 149e régiment d’infanterie (RI). Ce jeune Saint-Cyrien décédé le 21 août 1914 avait sur lui une lettre où il indiquait sa volonté de reposer sur le lieu où il est tombé.

 

Les combats autour d’Abreschviller, 19-20 août 1914

Annexée à l'empire allemand depuis mai 1871, Sarrebourg est, en août 1914, l'un des principaux objectifs de la 1re armée conduite par le général Dubail. Le 18 août 1914, le 8e corps d'armée (CA) s'empare de la ville. Toutefois, ce succès est provisoire car les Français en particulier les hommes du 95eRI et du 85e essuient au nord le feu de l'artillerie lourde allemande. Pour les Français, arrêtés par l'ennemi dissimulé dans des tranchées il est impossible de progresser. De violents combats se déroulent à Reding. Les pertes sont importantes comme le 95e RI qui perd la moitié de son effectif.

Le village d’Abreschviller est lui aussi impliqué dans les combats. Dès le 16 août, les troupes françaises prennent position sur les hauteurs de La Valette jusqu’à la crête de Saint-Léon et Walscheid où elles sont confrontées aux Allemands.

Le matin du 19 août, les assauts reprennent. L’ennemi a reçu des renforts. Une section d’artillerie vient en soutient des troupes françaises et ouvre un feu de 800 m sur les ouvrages ennemis. Sur le côté droit, la 2e brigade coloniale (BC) appuie le 6e RIC complétée par deux batteries du 6e régiment d’artillerie (RA) sur les crêtes La Valette – Saint-Léon. La confrontation armée permet un bref recul de l’ennemi, mais les pertes sont importantes. La position devient intenable et les soldats français reçoivent l’ordre d’un repli sur la crête de Saint-Léon, puis dans un second temps se regroupe vers Lettenbach et Alberschweileroù un poste de secours est installé.

Le 20 août, le 6e RIC a pour mission de défendre avec un bataillon de chasseurs les crêtes au sud du col de Saint-Léon où a lieu en fin de journée une ruée allemande. L’artillerie française postée sur la crête est en butte aux tirs de l’artillerie allemande. Le col, le village et les pentes sont repris par les troupes françaises au prix de lourdes pertes, soit trois officiers tués, six blessés, cinq disparus et 500 hommes hors de combat. Le 5e RIC a contribué à stopper sans aucun soutien pendant sept heures, les violentes attaques d’un corps d’armée ennemi, avec l’appui de bataillons de chasseurs.

Dans la nuit du 20 au 21 août 1914, le bourg de Biberkirch est attaqué par l’ennemi malgré une lutte du 149e RI soutenu par le 31e bataillon de chasseurs à Eigenthal. Il est ensuite occupé par les Allemands. Les unités reconstituées se portent sur Lettenbach et le ravin d’Eigenthal.

Les deux unités se rejoignent au petit matin dans le secteur de Lavalette – Eigenthal pour appuyer les actions du 13e corps d’armée. L’attaque est trop forte et le 149e RI doit se replier à la lisière du Bois de Voyer et les autres unités sur Abreschviller pour se regrouper avant une nouvelle offensive. A l’Est, une compagnie du 149e RI et une section du 105e RI, tandis que les autres se rassemblent au lieu-dit « Deux-Croix » pour encadrer la route de Saint-Quirin.

Le village d’Abreschviller est évacué et le 149e RI couvre le repli. C’est dans ces combats que décède le lieutenant Peterman. Ses camarades soldats du 149eRI, Marcel Boiteux, Paul Debot, Joseph Petitjean, Jean-Baptiste Voinot ou encore Louis Chapuis, entre autre reposent aujourd’hui dans ce cimetière. 

Le bilan des soldats français décédés lors de ces offensives est important : 455 décédés, 287 blessés et 224 disparus.

 

  • Nécropole nationale de La Valette. © ECPAD

  • Nécropole nationale de La Valette. © ECPAD

  • Nécropole nationale de La Valette. © ECPAD

  • Nécropole nationale de La Valette. © ECPAD

  • Nécropole nationale de La Valette. © ECPAD

  • Soldats français déployés dans un champ, été 1914. © Collection particulière - FBN - DR

  • Église de Schneckenbuch après la bataille de Sarrebourg du 18 au 20 août 1914. © Archives municipales de Sarrebourg - 4 Fi 484 

  • La Garde au drapeau. © Collection particulière - FBN - DR

  • Carte de propagande montrant un officier français recueillant une alsacienne après les premiers combats de l'été 1914. © Collection particulière - FBN - DR

  • Tranchée allemande creusée sur le Mont-Donon, 1915. © Collections BDIC

  • Vue générale d'Abreschviller. 1917. © Archives départementales de la Moselle 8 Fi 3_10

  • Tombe provisoire d'un soldat tombé lors des combats d'Abresckviller. © Archives départementales de la Moselle 8 Fi 3_10

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    Abreschviller
    Au sud de Sarrebourg, D 44

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année