Lettre d'information

La nécropole nationale Le Marxberg

La nécropole nationale Le Marxberg. © Guillaume Pichard

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_Sarrebourg Marxberg

 

La nécropole du Marxberg regroupe principalement les dépouilles de soldats morts pour la France lors la bataille de Sarrebourg en août 1914 ou décédés dans les hôpitaux de la ville. Créée durant la Première Guerre mondiale par l’armée allemande, elle est aménagée de 1925 à 1930 pour rassembler les corps exhumés d'autres cimetières de Sarrebourg ou de la région. En septembre 1945, les corps de militaires français décédés lors de l'occupation de Rhénanie sont rapatriés. Aujourd'hui, cette nécropole rassemble 1 608 corps dont 1 119 Français reposant en tombes individuelles. Deux ossuaires rassemblent, pour l’un, les restes mortels de 315 soldats et, pour l’autre, de 257. Au titre de la Deuxième Guerre mondiale, 266 Français, 77 Polonais, 69 Yougoslaves, deux Bulgares et un Tchèque reposent dans ce cimetière. Au sein de celui-ci, un monument honore le souvenir des soldats de l’armée polonaise tombés en juin 1940 : "La ville de Sarrebourg et les anciens combattants polonais en France, à la mémoire de l'armée polonaise qui s'est battue sur la terre lorraine pour notre liberté en juin 1940 – "Za wolnosc Nasza i Wasza Pour notre liberté et la vôtre".

Parmi les combattants, repose notamment le corps du capitaine Roland de Durand de Prémorel (Carré 14/18, tombe n° 36). Officier au 85e régiment d'infanterie, il meurt le 19 août 1914 à Reding où une stèle commémorative a été apposée face à la gare.

 

La bataille de Sarrebourg, août 1914

Ville annexée à l'empire allemand depuis mai 1871, la ville de Francfort est, en août 1914, l'un des principaux objectifs de la Ire armée conduite par le général Dubail. Le 18 août 1914, le 8e corps d'armée (CA) s'empare de la ville. Toutefois, ce succès est provisoire car les Français en particulier les hommes du 95e régiment d'infanterie (RI) et du 85e essuient au nord le feu violent de l'artillerie lourde allemande. Pour les Français, arrêtés par l'ennemi retranché dans des tranchées, il est impossible de progresser. De violents combats se déroulent à Reding Les pertes consenties sont importantes comme le 95e RI qui perd la moitié de son effectif.

Le 20, les Français s'élancent à nouveau mais ils sont à nouveau stoppés. La ville est partiellement détruite. Sous la pression ennemie et au regard des pertes, le général français de Maud'huy ordonne le repli général. Les combats autour de Sarrebourg montrent que l'armée française déploie, au cours de l'été 1914, une approche inadaptée de la guerre moderne, induisant des pertes élevées et conduisant suivant à des erreurs majeures.

La bataille de France, juin 1940

Le 3 septembre 1939, la guerre est déclarée contre l'Allemagne. En raison des risques encourus par les civils, une partie du territoire de la Moselle est évacuée. Fuyant les combats éventuels, les Mosellans gagnent les départements du centre et de l'Ouest de la France. Le 10 mai 1940, les Allemands envahissent les Pays-Bas, la Belgique, le Grand-duché de Luxembourg et la France, mais, très vite, les combats tournent en faveur des forces ennemies. Le 17 juin, elles pénètrent dans Metz, déclarée ville ouverte, où le préfet de Moselle est arrêté. Le 22, la France défaite signe l'armistice avec l'Allemagne nazie.

L'engagement des Polonais en France – Mai-Juin 1940

Après la défaite de la Pologne en septembre 1939, le gouvernement polonais se réfugie en France où plusieurs unités militaires se sont reconstituées et combattent, lors de la campagne de France, au sein de l'armée française. Après la défaite, certains rejoignent les rangs de la résistance française ou gagnent l'Angleterre, avant de livrer, en 1944, des combats livrés pour la libération du sol français.

 

  • La nécropole nationale Le Marxberg. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale Le Marxberg. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale Le Marxberg. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale Le Marxberg. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale Le Marxberg. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale Le Marxberg. © Guillaume Pichard

  • La caserne neuve après la bataille de Sarrebourg, le 20 août 1914. © Archives municipales de Sarrebourg - 4Fi 492

  • Brouderdorff près de Sarrebourg, après la bataille de Sarrebourg, le 20 août 1914. © Archives municipales de Sarrebourg - 4Fi 470

  • Église de Schneckenbuch après la bataille de Sarrebourg du 18 au 20 août 1914. © Archives municipales de Sarrebourg - 4Fi 484

  • Calvaire de Buhl après la bataille de Sarrebourg le 20 août 1914. © Archives municipales de Sarrebourg - 4Fi 407

  • Ruines du manège de la caserne du 11e Ulhans. © Archives municipales de Sarrebourg - 4Fi 494

  • Cimetière militaire de Sarrebourg. © Archives municipales de Sarrebourg - 4Fi 503

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    Sarrebourg
    À la sortie ouest de Sarrebourg, N 4

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année

    En résumé

    Eléments remarquables

    Plaque commémorative "Aux grenadiers polonais de 1940".