Lettre d'information

Les mémoriaux français en Suisse

Segment du panorama représentant l'internement de l'armée Bourbaki en Suisse, Édouard Castres, 1881-1885. Musée de Lucerne.
Segment du panorama représentant l'internement de l'armée Bourbaki en Suisse, Édouard Castres, 1881-1885. Musée de Lucerne.

 

La France et la Suisse ont une longue histoire militaire commune, mais les deux pays se sont plus particulièrement rapprochés à l’occasion de la guerre de 1870 et de la Première Guerre mondiale.

Corps 1

Hiver 1870-1871, l’armée de l’Est commandée par le général Bourbaki se dirige vers la ville de Belfort. L’objectif est de lever le siège établi par l’armée prussienne mais, mal entrainés et mal équipés, les Français échouent et sont obligés de se replier. Poursuivis par les Prussiens et sous un froid glacial, ils décident d’entrer en Suisse, Etat neutre, afin d’échapper à l’ennemi. Les suisses acceptent à condition que les soldats français déposent leurs armes à la frontière. Durant 6 semaines, ils sont accueillis et soignés par les populations locales avant de rejoindre la France. Fondée quelques années auparavant, la Croix-Rouge a pu réaliser ici l’une de ses premières grandes actions. Malgré le bon accueil reçu et l’importance des efforts consentis, beaucoup de soldats français mourront d’épuisement et de maladie peu de temps après le passage de la frontière. Pour rendre hommage à ces hommes et rappeler cet épisode tragique, des mémoriaux ont été érigés en différents endroits en Suisse.

Au cours de la Grande Guerre, des volontaires suisses se sont battus aux côtés des soldats français dans les tranchées. Afin d’honorer leur engagement, ils ont reçu la mention « mort pour la France ». En Suisse, de nombreux monuments rappellent leur mémoire, dont celui actuellement en restauration à Genève et qui comporte 883 noms.

Un inventaire numérique permet de valoriser ces mémoriaux de l'armée et de guerre en Suisse, qu’ils commémorent les soldats décédés, les batailles des anciens Confédérés ou la présence de troupes étrangères. La base de données fait connaître au public cette variété de lieux de mémoire, les rend visibles et accessibles. Elle contribue en outre à la conservation de cet élément du patrimoine culturel de la Suisse et fait ressortir la diversité régionale des cultures mémorielles. L’inventaire permet enfin d’accéder à un ensemble de données qui peuvent servir de base à d’autres études plus approfondies.

 

Accédez à l’inventaire sur le site de la confédération suisse

 

Restant dans cette thématique, les collégiens de l’Ecole française internationale de Berne (EFIB), membre du réseau de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE), ont réalisé un documentaire vidéo. Ce projet pédagogique s’inscrit dans le contexte de la commémoration des 150 ans de l’internement en Suisse, à titre humanitaire, de l’Armée de l’Est commandée par le général Bourbaki en 1871. Les élèves ont conduit une réflexion historique autour des notions de paysage-frontière et de mémoires croisées et se sont livrés à une expérimentation littéraire et artistique autour du paysage. Tout au long de l’année scolaire 2021-2022, les élèves et enseignants de l’EFIB reviendront, à travers leur participation au Lab’mémoriel, sur ce projet en présentant leur approche de travail, comment ils ont abordé cette thématique de « mémoire partagée » et ce qu’ils en retiennent.

 

Découvrez le livre de Dominique Wacker-Cao sur les mémoriaux Bourbaki en Suisse