Lettre d'information

La nécropole nationale de Lidrezing

La nécropole nationale de Lidrezing. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_necropole_Lidrezing

 

Se situant au sud de Conthil en direction de Dieuze, la nécropole nationale de Lidrezing regroupe les dépouilles de soldats morts pour la France lors de la bataille de Morhange en août 1914. Créé à l’issue de ces combats par l’armée allemande, ce cimetière militaire est réaménagé en 1924, puis en 1988. Aujourd’hui, celui-ci rassemble les corps de 548 Français dont la majorité (432 au total) repose dans deux ossuaires.

 

L’offensive de Lorraine en août 1914

En 1914, l’Alsace et une partie de la Lorraine sont annexées par l’Allemagne suite à la défaite de 1870. Le 1er août 1914, les troupes allemandes déploient par la Belgique "neutre" un large mouvement de débordement pour envelopper l’armée française.

Pour sa part, appliquant le plan XVII, le général français Joffre choisit de forcer les lignes ennemies en Alsace et en Lorraine afin de reprendre les départements perdus. Ce mouvement comprend une dimension psychologique et politique importante. En effet, il s'agit de libérer cette province perdue du joug de l'ennemi.

Conformément à ce plan, les 1ère et 2e armées françaises se déploient respectivement en Alsace et en Lorraine. Ce secteur est tenu par la VIe armée qui, placée sous les ordres du prince Ruprecht de Bavière, dispose d’une nette supériorité. Ayant anticipé le mouvement offensif français, l’ennemi a organisé l’ensemble de ce front, notamment les secteurs de Morhange et de Sarrebourg. Des tranchées bétonnées avec des réseaux de fil de fer et des mitrailleuses y ont ainsi été creusées. Maître du terrain, l’ennemi bénéficie aussi d’importants moyens en artillerie lourde de campagne. En Lorraine, le 14 août 1914, la 2e armée française du général de Castelnau franchit la frontière et avance en direction de Morhange. Progressant rapidement, les Français atteignent, le 18 août, la ville de Dieuze. Le 19 août, ils entrent en contact avec la VIe armée.

La bataille de Morhange 19-20 août 1914

Le 17 et 18 août 1914, une partie du 69e régiment d’infanterie (RI) cantonne à Réchicourt et à Bezange-la-Petite. Dans l’après-midi du 19, il reçoit l’ordre d’atteindre le front de Morhange-Baronville. Les Français progressent le long de la Beauvoie et gagnent Solzeling. Le 3e bataillon du 79e RI atteint la ferme du Haut-le-Koeking. A Lidrezing, les combats qui se déroulent, la nuit, sont d’une rare violence.

Des unités se dirigent vers Wuisse et doivent investir la cote 343, située à 1 200 m au sud de Lidrezing, pour attaquer et enlever Conthil aux Allemands. Juste avant l’assaut, une instruction de dernière minute somme les troupes de battre en retraite, face à la progression allemande sur la forêt de Koecking.

L’offensive est lancée sur la cote 343, les pertes sont très élevées et l’infanterie allemande progresse. Les troupes françaises se replient dans le bois de la Géline. Au soir du 20 août, l'offensive française est brisée.

Harassés, les Français reculent vers le Grand-Couronné de Nancy où vient de se jouer le sort de la Lorraine française. Le 21 août, ayant reçu l’ordre de rejoindre Morville-les-Vics, ils sont bombardés d’obus. Ils arrivent néanmoins à franchir la Seille à Moyen-Vic avant qu’un détachement du génie allemand ne fasse sauter le pont.

Le succès de l’armée allemande est sans équivoque. Du côté français, c'est l'étonnement et la désillusion. Les pertes humaines sont importantes. Conçue et prônée à la veille de la guerre, la doctrine de l'offensive à outrance s'est avérée inadaptée aux réalités de la campagne de l'été 1914.

Toutefois, la victoire allemande n’est pas totale. Non seulement l’offensive française a retenu en Lorraine des troupes ennemies qui auraient dû être engagées à l’ouest pour la marche vers Paris mais en plus les Français se sont repliés en bon ordre. Ils n’ont perdu que peu de territoire tout en conservant Nancy. Le front se fige. Le général Joffre ordonne aux troupes de se replier sur la Marne où elles vont trouver les ressources, morales et physiques pour reprendre l'offensive. La bataille de la Marne devient la première victoire française de la Grande Guerre. A la fin 1914, le front se stabilise le long de la Moselle et de la Meurthe-et-Moselle, qui perd, aux yeux des belligérants, tout intérêt stratégique.

 

  • La nécropole nationale de Lidrezing. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Lidrezing. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Lidrezing. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Lidrezing. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Lidrezing. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Lidrezing. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Lidrezing. © ECPAD

  • Bataille de Biedesdort-Dieuze, 20 août 1914. © Archives départementales de la Moselle

  • Scène de combats à Mohrange. Gravure tirée du journal Le Panorama de guerre. © DR

  • Soldats français capturés par l'armée allemande lors de la bataille de Mohrange. © DR

  • Monument élevé à la mémoire des morts de la bataille de Morhange au cimetière de Riche. © Archives municipales de Nancy

  • Tombe collective à Morhange (Moselle) où ont été inhumés, par les Allemands, les corps de 400 soldats français et 300 soldats allemands morts au cours des combats de Mohrange. © CIL/Collection Jean-Marie Picquart

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    Lidrezing
    Au sud de Morhange

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année