Lettre d'information

La nécropole nationale de Conthil

La nécropole nationale de Conthil. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_necropole_Conthil

 

La nécropole nationale de Conthil regroupe les dépouilles de soldats morts pour la France lors de la bataille de Morhange en août 1914. Aménagé au terme de ces combats meurtriers en 1914, le cimetière a été rénové en 1988 et rassemble les corps de 39 Français. Seule la dépouille du capitaine Georges de Fabry, commandant la 1ère compagnie du 37e régiment d’infanterie (RI), repose dans une sépulture individuelle. Les autres combattants, principalement de jeunes soldats des classes 1910 à 1913 affectés au 37e RI, ont été inhumés dans une tombe collective.

La nécropole de Conthil est typique des cimetières militaires du début de la Première Guerre mondiale, et du traitement de la mort par les autorités militaires françaises. En effet, à cette époque, les officiers sont généralement enterrés en tombes individuelles, alors que les hommes de troupe sont inhumés en fosse collective. Le recours aux tombes individuelles se généralise progressivement, appuyé par la loi du 29 décembre 1915 qui accorde à l'ensemble des soldats morts pour la France le droit à être inhumés en sépulture individuelle. Après la guerre, un monument dédié à la mémoire du 37e RI de Nancy, a été érigé.

L’offensive de Lorraine en août 1914

En 1914, l’Alsace et une partie de la Lorraine sont annexées par l’Allemagne suite à la défaite de 1870. Le 1er août 1914, les troupes allemandes déploient par la Belgique "neutre" un large mouvement de débordement pour envelopper l’armée française.

Pour sa part, appliquant le plan XVII, le général français Joffre choisit de forcer les lignes ennemies en Alsace et en Lorraine afin de reprendre les départements perdus. Ce mouvement comprend une dimension psychologique et politique importante. En effet, il s'agit de libérer cette province perdue du joug de l'ennemi.

En Lorraine, le 14 août 1914, la 2e armée française franchit la frontière et avance en direction de Morhange. Progressant rapidement, les Français atteignent, le 18 août, la ville de Dieuze. Le 19 août, ils entrent en contact avec la VIe armée du prince Ruprecht de Bavière. Ayant anticipé cette attaque, l’ennemi est maître du terrain et dispose d’importants moyens en artillerie lourde de campagne. Par ailleurs, dès le 1er août, les secteurs de Morhange et Sarrebourg sont structurés par des tranchées bétonnées avec des réseaux de fil de fer et des mitrailleuses. Placés en embuscade, les Allemands harcèlent les Français de la 11e division, appelée "Division de fer". Cibles de choix, ils sont cloués sur place et rapidement débordés. Luttant au corps à corps pour tenir la position, les soldats français sont forcés de se replier précipitamment, abandonnant sur le champ de bataille, près de 7 000 morts et 10 000 blessés.

La bataille de Morhange 19-20 août 1914

Le 19 août, les Français prennent position dans le village de Metzing. Deux compagnies du 37e RI y organisent le système de défense tandis que d’autres éléments interviennent sur d'autres secteurs où ils subissent les feux de l’artillerie. Les fantassins allemands tirent des casernes de Morhange, tuant, à la tête de leurs hommes plusieurs officiers français. Cependant, en milieu de journée sur les hauteurs de Riche, les soldats allemands se replient. En fin de journée, la 1ère compagnie pénètre dans Conthil pendant que la 3e occupe la cote 270.

L’ennemi contre-attaque en direction du village mais progresse lentement. A chaque maison, à chaque coin de rue, les Français s’accrochent et se retranchent, sur ordre du capitaine de Fabry dans une maison appelée Le château à la sortie du village. Très vite, l'ennemi bien supérieur en nombre pénètre dans cette bâtisse où il ne reste plus que quelques rares survivants. Le capitaine de Fabry se trouve parmi les morts. Durant ces combats, le 37e RI perd 800 hommes dont 27 officiers. Au soir du 20 août, le mouvement offensif de l’armée française est brisé. Harassés, les Français reculent alors vers le Grand-Couronné de Nancy où vient de se décider, le sort de la Lorraine française Le succès de l’armée allemande est sans équivoque. Du côté français, c'est l'étonnement et la désillusion. Les pertes humaines sont importantes. Conçue et prônée à la veille de la guerre, la doctrine de l'offensive à outrance s'est avérée inadaptée aux réalités de la campagne de l'été 1914.

Toutefois, la victoire allemande n’est pas totale. Non seulement l’offensive française a retenu en Lorraine des troupes ennemies qui auraient dû être engagées à l’ouest pour la marche vers Paris mais en plus les Français se sont repliés en bon ordre. Ils n’ont perdu que peu de territoire tout en conservant Nancy. Le front se fige. Le général Joffre ordonne aux troupes de se replier sur la Marne où elles vont trouver les ressources morales et physiques pour reprendre l'offensive. La bataille de la Marne devient la première victoire française de la Grande Guerre. A la fin 1914, le front se stabilise le long de la Moselle et de la Meurthe-et-Moselle et perd, aux yeux des belligérants, tout intérêt stratégique.

 

  • La nécropole nationale de Conthil. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Conthil. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Conthil. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Conthil. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Conthil. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Conthil. © ECPAD

  • Caserne Landremont du 37e RI, Nancy. © Archives municipales de Nancy

  • Départ de Nancy du 37e RI, le 31 juillet 1914 à 9h du soir. © Archives municipales de Nancy

  • Soldats du 37e régiment d’infanterie, automne 1914. © Archives municipales de Nancy

  • Fantassins français en position dans un champ. Vétus d'un pantalon rouge garance et capote bleue, les soldats français restent particulièrement exposés aux tirs des mitrailleuses ennemies. © Collection particulière - FBN - DR

  • Bataille de Biedesdort-Dieuze Lorraine, 20 août 1914. © Archives départementales de la Moselle

  • Scène de combats à Mohrange. Gravure tirée du journal Le Panorama de guerre. © Collection particulière FBN - DR

  • Maison en ruine à Conthil (Moselle) après la bataille de Morhange. C'est dans cette villa qu'a été tué le 20 août 1914 le brigadier Charles Bellieni. Né à Nancy le 3 janvier 1888, ce combattant est le fils du photographe Henri Bellieni, inventeur des jumelles Bellieni (1857-1938). © CIL - Coll. Jean-Marie Picquart

  • Monument commémoratif dédié aux soldats du 4e bataillon de chasseurs à pied et du 37e régiment d’infanterie tombés lors de la bataille de Morhange les 19 et 20 août 1914. © Archives municipales de Nancy

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    Conthil
    Au sud de Morhange, D 79

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année

    En résumé

    Eléments remarquables

    Monument aux morts du 37e RI, 1914