Lettre d'information

Un timbre pour commémorer le ralliement de Saint-Pierre-et-Miquelon à la France Libre

© Collection Maurice Bleicher

 

Le 22 juin 1940, la France signe un armistice humiliant avec l’Allemagne nazie et, le 10 juillet 1940, le maréchal Pétain devient chef de « l’État français », suspendant de fait les institutions de la IIIème République. De l’autre côté de l’Atlantique, à Saint-Pierre-et-Miquelon, les habitants manifestent rapidement leur hostilité au nouveau régime. Sans tarder, des personnes quittent l’archipel pour rejoindre la France libre.

Territoire stratégique de par son emplacement à l’entrée du fleuve Saint-Laurent, l’île dispose également d’un émetteur radio. Ce dernier constitue un risque, puisqu’il pourrait éventuellement renseigner les U-boots allemands sur l’emplacement des convois alliés.

Le général de Gaulle consulte les britanniques sur l’opportunité de rallier par la force cette partie de l’Empire et sa population. Mais le ministère des affaires étrangères britannique s’y oppose tant que les américains et les canadiens n’ont pas donné leur accord.

De Gaulle prend alors une décision délicate : passer à l’action malgré les injonctions anglaises. Le 24 décembre 1941, sur son ordre et sous le commandement de l’amiral Muselier, trois corvettes Aconit, Alysse et Mimosa escortées par le sous-marin Surcouf arrivent dans le port de Saint-Pierre et prennent possession de l’archipel au nom de la France libre. L’accueil enthousiaste de la population vaut plébiscite et les représentants de Vichy, complètement pris au dépourvu, sont rapidement débordés. L’archipel se rallie sans qu’aucun coup de feu ne soit tiré.  

L’objet présenté ici témoigne de cet événement.

Témoignage du ralliement de l’archipel, la surcharge France libre – FNFL est en effet rapidement apposée sur les timbres de Saint-Pierre et Miquelon. Le 29 décembre, le nouvel administrateur adresse ainsi au quartier général de la France Libre, à Londres, le télégramme suivant: « Avons surchargé en rouge 1 500 séries en vente jusqu’au 5 janvier, en noir 500 séries Noël 1941 France Libre F.N.F.L. (stop) Surchargeons tout stock timbres soit 800 000 francs France Libre (stop) Prévoir envoi nouveaux timbres. » La quasi-totalité de ces timbres ont un usage uniquement philatélique. La plupart des variétés sont en effet confectionnées sur ordre afin de faire rentrer des fonds dans les caisses de Saint-Pierre-et-Miquelon pour compenser la perte de revenus des pêcheurs due à la guerre.

En 1942, une nouvelle série de 14 timbres France libre Saint-Pierre-et-Miquelon d'une valeur faciale de 5 centimes à 20 francs, imprimée à Londres et représentant un voilier, est mise en service. Le timbre ici présenté est issu de cette série. Il nous permet de faire le lien entre l’année commémorative qui s’achève et celle à venir, entre le 80ème anniversaire de 1941 et celui de 1942.

 

Retrouvez un article sur le ralliement de Saint-Pierre-et-Miquelon à la France Libre

Consultez notre page dédiée au 80ème anniversaire de l’année 1941