Lettre d'information

Une médaille commémorative du siège de Belfort

Source : collection Maurice Bleicher

 

Le 3 novembre 1870, les troupes allemandes du général von Werder investissent les pourtours de Belfort et entament le siège de la ville, se heurtant à une vive résistance de la garnison française, alors commandée par le colonel Denfert-Rochereau. Courant décembre, la ville est régulièrement bombardée par l’artillerie prussienne.

La médaille proposée cette semaine permet d’évoquer le souvenir de cet épisode de la guerre franco-allemande de 1870-1871.

Encerclée, durement affectée par les bombardements (plus de 700 maisons et immeubles abîmés ou détruits), la ville et ses défenseurs résistent pendant plus de 100 jours à la pression ennemie, le colonel Denfert-Rochereau n’évacuant la forteresse que le 18 février, sur un ordre exprès du gouvernement de la Défense nationale alors dirigé par Adolphe Thiers.

La défense victorieuse de Belfort permet de négocier le maintien de l’arrondissement au sein de la France, pourtant amputée de l’Alsace. Dès 1875, Le sculpteur Bartholdi, lui-même vétéran de la guerre franco-prussienne, entame la sculpture monumentale du lion de Belfort qui, inaugurée en 1880, symbolise l’énergie des défenseurs. En 1896, un décret du président de la République Félix Faure autorise par ailleurs la ville à faire figurer dans ses armoiries la Croix de la Légion d’Honneur afin de perpétuer le souvenir de cette résistance héroïque.

Créée le 21 mai 1910 par le conseil municipal de Belfort, cette médaille uniface en métal argenté, gravée par Bartholdi, est surmontée d'une couronne murale et représente le Lion de Belfort. Elle porte la légende "Aux défenseurs de Belfort" et les dates "1870-1871", ces dernières encadrant les armes de la ville qui reposent sur une grenade enflammée. Elle est suspendue à un ruban vert liseré de noir et encadré des couleurs tricolores. Elle a été décernée par la mairie de Belfort aux combattants ayant participé au siège.

 

 

Pour en savoir plus :