L'esprit de défense

Chapeau

Le général adjoint engagements (GAE) Christophe de Gouttes assiste le général commandant la zone de défense et de sécurité Sud-Ouest dans ses fonctions. Particularité de cette zone qui épouse les limites de la région Nouvelle-Aquitaine, il en assure aussi le commandement de la zone Terre.

Rallye citoyen du camp de Souge, avril 2017. © P. Vadier / Armée de l'Air
Texte

En quoi le GAE est-il impliqué dans l’enseignement de défense et la transmission de la mémoire des conflits contemporains à la jeunesse au niveau zonal ?

Il est un acteur essentiel des actions menées dans le cadre du trinôme académique de Gironde. Une des missions majeures du trinôme académique est de favoriser les échanges entre les communautés éducative et militaire, afin de développer l’esprit de défense auprès des plus jeunes. Comme référent Défense du trinôme de Bordeaux, je veille à entretenir le lien entre militaires et enseignants, par des échanges d’information, de réflexion et de formation.

L’armée peut mettre à disposition des moyens permettant de conduire les activités tournées vers la jeunesse : rencontres éducation-défense, présentations des enjeux et des métiers de la défense, participations aux cérémonies nationales, témoignages dans les établissements scolaires et universitaires, expositions et journées défense-citoyenneté thématiques, visites d’unités militaires, participations aux concours armées-jeunesse et opérations nationales dans le cadre du parcours citoyen : Journée défense et citoyenneté, opération parrainage, Journée nationale du réserviste (JNR), etc. Mon rôle est de mobiliser ces moyens. Et notamment au profit des rallyes citoyens qui consistent en des épreuves sportives et intellectuelles autour des valeurs de citoyenneté, d’engagement et de solidarité. Ces rallyes connaissent un succès croissant : cette année, 1630 filles et garçons, entre 15 et 17 ans, issus de 88 lycées et 91 collèges, y ont participé sur l’ensemble de la zone Sud-Ouest. Par son organisation, cette activité est créatrice de partenariats, d’échanges et de cohésion autour d’un projet, tout en renforçant les échanges entre les jeunes, les enseignants et les militaires.

Pourriez-vous nous parler du rallye citoyen du camp de Souge qui s’est tenu au mois d’avril ?

Le rallye citoyen de Souge est le précurseur de cette activité dans l’académie de Bordeaux. Créée il y a dix ans, l’activité s’est progressivement généralisée dans toute la zone de défense. Le site de Souge, sur la commune de Martignas-sur-Jalle, est le lieu d’implantation du 13e régiment de dragons parachutistes. Il a aussi une forte dimension mémorielle puisqu’il accueille le Mémorial des fusillés de Souge (259 exécutions ont eu lieu).

Le rallye citoyen est organisé par le trinôme académique de Gironde. À cause de son succès, nous avons maintenant un rallye "Lycée" et un rallye "Collège" et nous sommes obligés de limiter le nombre d’établissements participants. Nous engageons 14 lycées et 14 collèges du département, soit un peu plus de 280 scolaires. Les partenaires des rallyes sont variés : les armées, la gendarmerie, la police, l’éducation nationale, l’IHEDN, la sécurité civile, le service national, etc. Est également représentée l’association des maires de Gironde, témoignant du lien avec la sphère civile, ainsi que l’association du souvenir des fusillés de Souge. Ainsi le passé est relié au présent pour préparer le futur : la boucle est bouclée !

En quoi est-il important que la communauté militaire se mobilise pour transmettre l’histoire et la mémoire de notre pays aux jeunes générations ?

Lorsqu’on regarde notre histoire, on peut très facilement y trouver des motifs de fierté et des circonstances où les Français se sont engagés en masse pour de belles causes. Ce sont les armes dont nos jeunes concitoyens ont besoin pour affronter l’avenir. C’est aussi le défi que nous voulons relever avec l’Éducation nationale à travers l’hommage à ceux qui se sont engagés pour que vive et survive notre Nation. La défense et la sécurité de notre pays ne reposent pas sur des murailles mais sur la volonté des citoyens.

La communauté militaire, grâce aux trinômes académiques et au rôle de facilitateur de l’IHEDN, a su trouver une juste place au côté de la communauté éducative. Aujourd’hui, "Armée-Nation" et "Armée-Jeunesse" sont des expressions qui ont une traduction concrète.


Auteur
La rédaction

En savoir plus

Site de l'association du Souvenir des fusillés de Souge : www.fusilles-souge.asso.fr

Articles de la revue