La 1re division française libre (DFL)

La 1re DFL fut officiellement créée en juin 1942 mais les unités qui allaient la composer avaient déjà combattu depuis le début de la guerre pour certaines et, pour toutes, comprenaient des hommes qui n’avaient jamais cessé le combat depuis 1939, à l’image des phrases célèbres de l’appel du 18 juin du général de Gaulle auquel ils s’étaient ralliés avec enthousiasme.

 

Le 18 juin 1940 se trouvent en Grande-Bretagne plus de 18 000 soldats français. Il s’agit notamment de quelques soldats rescapés de Dunkerque (la plupart de ces derniers ont déjà rejoint la France) mais aussi et surtout, au camp de Trentham Park, le Corps expéditionnaire revenu de Norvège. Celui-ci, sous les ordres du général Béthouart, ancien camarade de promotion du général de Gaulle à Saint-Cyr, vient de remporter la glorieuse bataille de Narvik. Malheureusement, le général de Gaulle ne parviendra à rallier qu’un millier de volontaires. L’essentiel du Corps Expéditionnaire rentre en France y compris son chef qui néanmoins se « rattrapera » par la suite.

 

Le général Béthouard, commandant le Corps Expéditionnaire Français à Narvik. Source : SHD

 

 

 

 

L’essentiel des troupes ralliées est constitué par la moitié de la 13e Demi-Brigade de la Légion étrangère (13e DBLE) qui, sous les ordres du lieutenant-colonel Magrin-Vernerey, bientôt célèbre sous le nom de Monclar vient de se distinguer dans les combats de Narvik, côte à côte avec les troupes alpines contre leurs homologues allemands. Monclar, héros légendaire de la Légion étrangère est déjà 22 fois blessé, 24 fois cité. Reçu par le général de Gaulle, il lui déclare : « Mon général, nous venons nous mettre à vos ordres pour tirer les dernières cartouches ». Le général lui répond : « il ne s’agit pas du tout de cela. Il s’agit de refaire une armée et de remettre la France dans la guerre ». Monclar déclare ensuite à Kœnig alors capitaine qui l’avait accompagné : « Ce général est probablement un visionnaire mais il faut absolument le suivre. » C’est ainsi que la 13e DBLE renforcée notamment par 7 officiers, 30 sous-officiers et chasseurs alpins du 6e BCA (bataillon de chasseurs alpins) auquel viennent s’adjoindre quelques jeunes Bretons évadés de Brest va constituer l’ébauche de ce qui deviendra la 1re DFL. 

 

 

Le général Monclar. Source : Musée de l’Ordre de la Libération

 

 

Cette première troupe va être rejointe par plusieurs petites unités venant notamment du Moyen-Orient. L’ensemble de ces forces participe à la malheureuse expédition de Dakar mais contribue puissamment au ralliement de l'AEF, secondant l’initiative de pionniers tels que Félix Eboué, puis du Gabon.

 

 

Tir du Richelieu devant Dakar, septembre 1940. Source – DR

 

 

 

La 13e DBLE est ensuite envoyée en Afrique Orientale. Engagée en Erythrée, elle se distingue à la prise de Keren en février 1941. Cette victoire française, certes modeste à l’échelle de la guerre mondiale, montre bien que la poignée de braves de la France Libre force une victoire qui précède de quelques jours celle que Leclerc remporte à Koufra. La bataille d’Erythrée se poursuit en Somalie où les forces françaises se distinguent à la prise de Massaouah capturant 500 officiers et 11 000 marins et soldats italiens, le 9 avril 1941. C’est alors que les troupes françaises libres vont être engagées dans les durs combats de Syrie où une lutte fratricide va les opposer aux forces de Vichy. La 13e DBLE trouvera en face d’elle des camarades de combat issus de la légion, deux officiers Français Libres déjà combattants héroïques, Messmer et de Bollardière vont essayer d’empêcher la lutte fratricide entre légionnaires et y parviendront.

 

Bivouac du Bataillon de marche de l'Oubangui-Chari au camp de Qastina, en Syrie (mai 1941). Source : Général Henri Amiel – ECPAD

 

 

 

Cependant, des Français se battent contre d’autres Français. Aux protestations de Monclar, qui rappelle au général de Gaulle qu’il ne doit pas combattre des Français, celui-ci lui répond sèchement : « Les Français c’est moi, la France c’est moi ». Ces combats fratricides resteront dans la mémoire douloureuse des Français Libres et de leurs adversaires, prisonniers d’une conception tragique du devoir. Ils dureront du 8 juin au 12 juillet et feront 164 tués dont 11 officiers parmi les Français Libres et 650 blessés. 

 

 

Le général Kœnig avec ses officiers supérieurs à Bir Hakeim. Source : SHD

 

 

Les Forces Françaises Libres vont être ensuite engagées dans les combats du désert libyen. Sous les ordres du général Kœnig, la 1re BFL (environ 5 000 hommes répartis en 4 bataillons d’infanterie) comprend notamment la 13e DBLE, le Bataillon du Pacifique et une compagnie nord-africaine. Ces combats culmineront dans la bataille de Bir Hakeim où, du 26 mai au 11 juin 1942, la poignée de héros de la France Libre va, obéissant à l’ordre, retarder Rommel, victorieux des Anglais, contribuant de façon décisive à sauver l’armée anglaise en retraite. Dans la nuit du 10 au 11 juin, cette poignée de braves dans laquelle le général de Gaulle a vu l’orgueil de la France, va réussir à évacuer la position en amenant tous ses blessés.

 

 

Arrivée des Français libres dans les lignes anglaises après Bir Hakeim. Source : Imperial War Museum

 

 

Après Bir Hakeim, les Forces Françaises Libres, la 1re Brigade et les unités qui lui sont accolées sous le nom de « colonne volante », vont participer à la bataille d’El-Alamein à partir du 24 octobre 1942, contribuant ainsi à cette victoire qui devait inaugurer le renversement de la guerre avec le débarquement en Afrique du Nord et la gigantesque mêlée de Stalingrad. 

 

 

El Himeimat. Vue du champ de bataille. Source : Musée de l'ordre de la Libération

 

 

C’est dans ces combats au cours desquels la 1re Brigade Française Libre devait s’emparer de l’Himeimat que tomba le lieutenant-colonel Amilakvari, commandant la 1re DBLE. Ce prince géorgien, engagé dans la Légion, est un symbole qui mêle grandeur, servitude et esprit de sacrifice. Il tombe lors d’un décrochage pendant la bataille. Il suffit de citer le général Monclar : « Amilakvari, c’est la Légion. Sa vie militaire, son enthousiasme, ses faits et gestes se confondent avec elle. Chez lui, tout était grand, sa stature, son comportement dans la paix et dans la guerre, l’idéal et cette tension constante, voire un peu douloureuse qui voulaient que toujours il songeât, chose difficile, à se surpasser lui-même».

 

 

Amilakvari à El Tahag, le 10 août 1942. Source : Musée de l'ordre de la Libération

 

 

Après la victoire d’El-Alamein, le 10 novembre 1942, la « colonne volante » participe brillamment à la poursuite des Italiens et des Allemands. Elle parvient à Tripoli le 22 février 1943 et fait la liaison avec la colonne Leclerc le 13 mars 1943. La 1re DFL va participer à la très dure campagne de Tunisie, se distinguant particulièrement au sud du massif de Zaghouan dans les combats furieux où elle s’empare du village de Takrouna et perce la ligne de résistance allemande. Le bataillon mobile n° 5 s’illustre particulièrement dans ces combats. 

 

 

Artillerie lourde camouflée en position de tir, offensive de Zaghouan, Tunisie, mai 1943 . Source :  ECPAD France

 

 

La 1re Brigade de la DFL se bat très durement sur le djebel Garci. Malgré son courage, l’ennemi, qui s’est battu furieusement, capitule le 13 mai devant l’ensemble des forces alliées. Rappelons que la 1re DFL, la force L du général Leclerc et le détachement français (DAF) du général Juin ont grandement contribué à cette victoire, ressoudant dans les combats après tant de divisions, l’armée française enfin reconstituée.

 

 

 

 

Portrait du général Diégo Brosset. Source : SHD

 

 

La 1re DFL dont le général Diego Brosset, qui s’est brillamment distingué dans les combats de Tunisie, vient de prendre le commandement, va rejoindre le Corps Expéditionnaire Française (CEF). Cette troupe où se mêlent les soldats de l’armée d’Afrique, Algériens, Tunisiens, Marocains, troupes d’Afrique Noire, Français d’Afrique du Nord, Français de Métropole souvent évadés par l’Espagne avec un passage obligé dans les prisons franquistes, Français Libres de tous horizons, va être parmi celles qui ouvriront la route de Rome.

 

Mettant fin aux durs combats de l’hiver dans lesquels s’est déjà distinguée l’armée d’Afrique, notamment au Belvédère, le CEF va ainsi être un des fers de lance du plan Juin qui consiste à faire tomber les défenses allemandes de la plaine du Liri par une vaste manœuvre de débordement par la montagne.

 

Bataille du Belvédère, combat d'artillerie devant Acquafondata, janvier 1944. Source : Collection DMPA

 

 

Au jour J, le 11 mai 1944, le Garigliano est franchi sur des ponts de bateaux par la 1re DFL Ce ne sera que le lendemain que l’assaut aura un plein succès, le 1er Régiment de Fusilliers Marins, les chars américains et les tanks du 8e Régiment de Chasseurs d’Afrique dépassant le fossé antichar qui bloquait la veille la progression des blindés des groupements d’attaque.

 

Si la progression s’exécute ensuite régulièrement, les unités de la division étant engagées et enlevant les villages fortifiés transformés en points d’appui, les combats sont très durs face à un adversaire valeureux dont les troupes d’élite, de montagne et parachutistes, disputent le terrain avec acharnement. La victoire remportée ainsi au Garigliano est très coûteuse, toutes les unités du CEF rivalisant d’abnégation. Le sacrifice du sous-lieutenant Duport, inhumé plus tard dans la crypte du Mont Valérien représente pour l’éternité, le sacrifice de l’ensemble des unités françaises en Italie.

 

C’est la 1re DFL qui perce le 17 mai 1944 la «  Pontecorvo Linie », prolongement de la « ligne Gustav ». Elle mènera ensuite la poursuite jusqu’à Rome aux côtés de ses camarades de la 3e division d’infanterie algérienne du général de Monsabert.

 

Après la prise de Rome où le Bataillon d’Infanterie du Pacifique rendra les honneurs quelques jours plus tard au général de Gaulle, la division poursuit la lutte vers le nord avec la 3e DIA. Les unités françaises atteignent la pleine de la Toscane. La campagne d’Italie se terminera pour le CEF par la prise de Sienne le 3 juillet 1944. En 45 jours de combats, la 1re DFL a perdu 700 tués et 2 100 blessés.

 

 

Entrée des Français dans Sienne, juillet 1944. Source : ECPAD France

 

 

La 1re DFL est alors intégrée, comme la plupart des unités du CEF, dans l’armée B qui va devenir la 1re armée française. Celle-ci est commandée par le général de Lattre de Tassigny. Aux talents stratégiques du général Juin, joints à une humanité profonde, vont succéder une personnalité extraordinaire, au caractère difficile mais aux intuitions fulgurantes, à la capacité extrême d’exiger l’impossible par une science du maniement des hommes et une exigence de « ne pas subir ».

 

 

Le général de Lattre de Tassigny visite les ruines de l'arsenal de Toulon en compagnie d’officiers français. Source : ECPAD

 

 

Le général de Lattre de Tassigny va confier à la 1re DFL, débarquée le 16 août 1944 sur la plage de Cavalaire, la mission d’attaquer les défenses extérieures de Toulon, du Mont Redon et de la ville d’Hyères. La lutte commencée le 18 août va durer 5 jours et 5 nuits, lutte farouche parfois dans les pinèdes en feu. Les Français Libres enfoncent les positions allemandes jusqu’aux portes de Toulon. Parmi ces durs combats, il faut citer la prise du Golf Hôtel par le Bataillon d’Infanterie de Marine du Pacifique. Cette immense bâtisse en béton recevra 6 000 obus expédiés par les canons de la flotte et ceux du 1er Régiment d’Artillerie résistent à 4 assauts menés jusqu’au corps à corps. Finalement, les Unités de Marine et les Calédoniens aux ordres du capitaine Magendie réussissent à contraindre les 800 Allemands qui combattent dans les ruines, à la reddition. La 1re DFL ne rentrera pas dans Toulon car elle se regroupe sur ses positions atteintes à l’extérieur. Elle s’est battue dans le secteur le plus difficile s’emparant de deux lignes fortifiées, capturant 3 600 prisonniers au combat et obligeant 4 000 Allemands à se rendre. Elle a eu 229 tués et 692 blessés dans cette bataille.

 

La 1re DFL forme alors un groupement avec la 1re D.B. et atteint Lyon le 3 septembre. Avec la Résistance, les unités françaises vont libérer l’ancienne capitale des Gaules. Le général Brosset, pendant les combats, excitera le courage de ses soldats et aura la joie de libérer Rilleux, son village natal, avec quelques fusiliers marins de sa division.

 

C’est alors que la 1re DFL, après avoir intégré dans ses rangs le 11e cuirassier et le maquis de Chambarant, survivants des combats du Vercors, remonte vers Autun et Dijon après avoir détruit, en coopération avec les FFI, de nombreuses unités allemandes. La 13e DBLE se distingue encore dans ces combats.

 

Le front va se stabiliser dans les Vosges. La 1re DFL va prendre part à toute une série d’opérations difficiles et coûteuses en hommes. Le général Brosset et son chef d’état major seront blessés au cours d’une reconnaissance. Du 10 au 14 novembre, les opérations sont arrêtées. Il s’agit d’assurer le ravitaillement notamment en carburant mais aussi de remplacer une partie des troupes, africaines et mélanésiennes trop éprouvées par les conditions atmosphériques. Ces soldats sont remplacés par des Métropolitains engagés au cours de l’avance victorieuse de la Provence aux Vosges.

 

La bataille pour Mulhouse et Belfort s’engage le 14 novembre. La 1re DFL qui fait partie du 2e Corps d’armée va ouvrir la route de Champagney à Giromagny qu’elle atteint le 22 novembre. Le ballon d’Alsace et la vallée de la Doller sont conquis. Les opérations sont très difficiles dans des conditions atmosphériques très rudes : crue des rivières, ponts souvent détruits…

 

C’est pendant ces combats, le 20 novembre 1944, que le général Brosset se tue accidentellement en conduisant sa voiture lors d’une tournée d’inspection. C’est une figure de légende qui disparaît, regretté de tous ses hommes.

 

Le général Brosset franchit le Rahin à Champagney le 19 novembre 1944, un peu en aval du pont effondré. Le village vient d'être libéré. Source : Photo Yvette Mathey de Champagney

 

 

Né en 1898, Diego Brosset s’était engagé à 17 ans en 1915 au sein d’un bataillon de chasseurs alpins. S’illustrant dans cette troupe d’élite, il terminera la Première Guerre mondiale avec le grade d’adjudant. Resté dans l’armée, il entre à l’école d’Infanterie de Saint Maixent et choisit l’infanterie coloniale.

 

Il entre dans les unités méharistes puis sert aux affaires indigènes. En mission en Colombie lors de l’Armistice de 1940, il se rallie immédiatement au général de Gaulle en le rejoignant à Londres. Envoyé en Syrie, il est successivement chef d’Etat major du général Catroux puis commandant d’une brigade d’infanterie motorisée. Il succède en 1943 au général Koenig à la tête de la 1re DFL qu’il mène de la Libye au Rhin en passant par la Tunisie et l’Italie.

Cette figure emblématique de la France Libre mérite tous les hommages pour son dynamisme, sa joie de vivre, son courage et son non-conformisme (il avait pris Eve Curie dans son Etat major ainsi que l’acteur Jean Pierre Aumont). Passionné de tous les sports dont la natation, reculant toujours les possibilités à l’extrême, il était aussi un homme cultivé, parlant 4 langues et passionné de littérature.

 

Sa mort plonge la 1re DFL dans la consternation. Il faut dire qu’il en était l’incarnation parfaite et aujourd’hui encore dans le souvenir de ses hommes, la 1re DFL est « la division Brosset », comme la 2e DB est « la division Leclerc ».

 

Pour lui succéder, le colonel Garbay, le plus ancien dans le grade, prend le commandement. Devenu général, il dirige la division dans l’hiver 1944 qui voit, lors de l’offensive allemande en Alsace l’âpre défense de Strasbourg. La 1re DFL y prend toute sa part notamment à Obenheim où le BM 24 du commandant Coffinier est complètement détruit après une résistance acharnée : seuls 3 hommes réussiront à rejoindre nos lignes dont un neveu du général de Gaulle et les SS rendront les honneurs aux Français morts au combat. Le général Leclerc va féliciter chaudement son camarade Garbay : « Bravo mon vieux. En somme la 1re DFL aura probablement sauvé Strasbourg après que la 2e D.B. l’ait conquise. J’espère que tout cela ne t’a pas coûté trop cher. Félicite tout le monde de notre part et n’hésite pas à faire connaître la vérité. ».

 

 

Colonel Garbay. Source : Musée Ordre Libération

 

 

Cette vérité c’est que les pertes de la 1re DFL ont été élevées dans la semaine du 1er au 7 janvier 1945 : 1 337 tués et 400 soldats malades, notamment atteints de gelures aux pieds dues à la température extrême avec des moyennes de -15° à -20° en plein jour.

 

Le 3 mars 1945, la 1re DFL est affectée au front des Alpes et intègre le détachement de l’armée des Alpes. Ce dernier, commandé par le général Doyen, affronte, après la libération de la région alpine, un ennemi résolu, appuyé sur les hautes vallées de la montagne dont il conserve tous les points d’accès à l’Italie. Les forces allemandes et italiennes restées fidèles à Mussolini ne sont pas nombreuses mais elles comprennent des unités d’élite, troupes alpines telles que la 5e Gebirgsjäger et la 34e division d’infanterie, ainsi que la division italienne Monte Rosa. Chez nous, si quelques troupes américaines restent en place, l’essentiel du détachement d’armée des Alpes est constitué par les troupes de la 27e division alpine renforcée petit à petit par les régiments d’infanterie alpine du groupement Lanusse, ainsi que les 99e et 141e régiments d’infanterie et le 69e régiment d’artillerie de montagne.

 

La 1re DFL va renforcer ces braves. Il faut d’ailleurs souligner que certaines de ses unités, comme on l’a vu plus haut, ont déjà combattu avec les Alpins lors de la bataille Narvik. Ils termineront donc la guerre, comme ils l’ont commencée, dans les neiges, après avoir bataillé dans le désert. C’est ainsi que la 1re DFL participe glorieusement aux combats du front des Alpes notamment à la bataille de l’Authion où, côte à côte avec les Alpins, les Français Libres se battent dans des sommets qui culminent à 2 000 m. Ces combats, aujourd’hui bien oubliés, permettront à cette armée des Alpes de descendre jusqu’en Italie et de justifier l’annexion par la France, lors du traité de paix avec l’Italie, des régions de Tende et la Brigue, anciennement comprises dans le duché de Savoie et le comté de Nice.

 

Les Fusiliers Marins dans le massif de l'Authion. Source : http://www.francaislibres.net/

 

La gloire de la 1re DFL mérite amplement l’hommage rendu par le général de Gaulle à cette unité d’élite : « …C’est un des plus beaux morceaux de notre histoire. C’est un rocher que les vagues du temps ne peuvent détruire jamais. C’est pour toujours un défi lancé à tous ceux qui doutent de la France ».

 

 

 

Source : MINDEF/SGA/DMPA