Lettre d'information

La nécropole nationale des Buttes à Marcelcave

La nécropole nationale des Buttes à Marcelcave. © Guillaume Pichard

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_necropole_Marcelcave

 

Créée en 1916, la nécropole de Marcelcave, située à proximité d'un ancien hôpital, regroupe des soldats morts pour la France lors de la bataille de la Somme. En 1922 et en 1936, elle est aménagée, au lieu-dit Les Buttes, afin d'y rassembler les corps exhumés de cimetières militaires provisoires du département de la Somme. Elle  regroupe les dépouilles de 1 610 soldats français comprenant deux travailleurs indochinois ou encore de nombreux légionnaires, ressortissants d’Espagne, d’Italie, de Grèce, de Russie, de Suisse, de Turquie et d’Uruguay.

 

Les batailles de la Somme 1914-1918

Dès 1914, le département de la Somme est le théâtre de violents combats, notamment lors de la "course à la mer", manœuvre au cours de laquelle chacun des belligérants essaie de contourner par le nord l’armée ennemie. Mais, l’offensive la plus importante, majoritairement portée par les Britanniques, a lieu en juillet 1916. Le général Joffre et le maréchal anglais Haig décident d’attaquer dans un secteur où les opérations sont peu nombreuses, à la jonction des armées françaises et britannique.

Toutefois, le plan initial de cette puissante offensive est bouleversé par les opérations de Verdun qui réduisent de moitié les effectifs français prévus pour cette offensive. Les Français et Britanniques décident donc de recourir pleinement à l'artillerie en vue de percer le front allemand. Le 24 juin 1916, la préparation d’artillerie commence mais les mauvaises conditions climatiques conduisent à reporter l’assaut au 1er juillet. Les pertes humaines des premières journées sont très importantes et rapidement l’offensive s’enlise dans une guerre d’usure. Faute de succès majeurs, les Britanniques s'acharnent à lancer d'inutiles assauts contre des positions fortement organisées, payant ainsi un lourd tribut.

L’avancée française est plus sensible que celle des soldats britanniques et du Commonwealth. Progressivement renforcés, les Français tentent de développer leurs actions au nord de la Somme mais les résultats de ces opérations ne correspondent pas aux attentes. Pendant dix semaines, les troupes alliées "grignotent" les positions allemandes sans réussir la percée décisive. Les commandants en chef des armées alliées décident alors de suspendre l’offensive générale tout en maintenant une forte pression sur l’ennemi en lançant à intervalle régulier des attaques partielles et utilisent les premiers chars. Le 18 novembre 1916, l’offensive cesse définitivement.

Un hôpital d’évacuation à Marcelcave

Pendant la guerre, en raison de sa proximité avec le front, l’hôpital d’évacuation (HOE) n° 13, est installé à Marcelcave. Composé de baraques en bois, cet hôpital jouxte un petit cimetière où l'on rassemble les corps des soldats qui ont succombé à leurs blessures. À proximité, une gare facilite l'évacuation, par trains sanitaires, des blessés ou le ravitaillement du front en hommes, munitions, vivres... Aujourd’hui, l’emplacement de la nécropole correspondrait à celui de cet ancien hôpital.

Le régiment de marche de la Légion Étrangère dans la Somme

Dès la déclaration de la guerre, dans l'enthousiasme de la mobilisation d'août 1914, 32 000 volontaires de toutes nationalités veulent se battre aux côtés des Français. Un décret du 3 août 1914 autorise ces hommes à s'engager pour la durée de la guerre et à rejoindre la Légion Étrangère. Dans les rangs de l'armée française, la Légion fait figure de troupes d’élite. Fin 1915, est créé le Régiment de Marche de la Légion Étrangère (RMLE), qui est engagé dans la plupart des combats de  la Somme.

Le 4 juillet 1916, l’objectif est la prise de Belloy-en-Santerre. Au cours de ces combats, le 3e bataillon est anéanti. Du 4 au 9 juillet, les pertes sont très importantes : 1 368 hommes sur 3 000 sont tués.  Parmi eux, le commandant Ruelland, chef du 1er bataillon, mort le 9 juillet 1916, est inhumé aux côtés d’autres légionnaires à Marcelcave.

 

  • La nécropole nationale des Buttes à Marcelcave. © ECPAD

  • La nécropole nationale des Buttes à Marcelcave. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale des Buttes à Marcelcave. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale des Buttes à Marcelcave. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale des Buttes à Marcelcave. © ECPAD

  • La nécropole nationale des Buttes à Marcelcave. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale des Buttes à Marcelcave. © Guillaume Pichard

  • Portrait de M. François Deluermoz (1893-1974), en compagnie d'un autre militaire et d'un civil, 1914. Engagé tout au long de la guerre, François Deluermoz, soldat au 4e RI, est ici photographié alors qu'il était au repos à Marcelcave après la bataille de la Marne. © CIL/Collection Georges Giraudet

  • Convoi de prisonniers allemands à Lihons, 1916. © Ministère de la culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, diffusion RMN

  • Poste de commandement dans les ruines de Maucourt, 1916. © Ministère de la culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, diffusion RMN

  • Ruines de l'église de Maucourt juillet 1917. © Ministère de la culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, diffusion RMN

  • Pavillon provisoire construit à Maucourt à l'initiative de la marquise de Chabannes, juillet 1917. © Ministère de la culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, diffusion RMN

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    Marcelcave
    À l’est d’Amiens, D 42

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année

    En résumé

    Eléments remarquables

    .