L'internement : La France des camps (1938-1946)

Le camp de Drancy. L'arrivée d'un convoi
Vue générale du camp de Drancy (Seine-Saint-Denis). France, 1940-1944. Source : Mémorial de la Shoah/CDJC

 

"Sous le titre anodin et administratif d'un document extrait des archives du Loiret, défilent, page après page, des listes interminables de noms. A travers ces noms et prénoms, adresse et domicile, lieu de naissance et destination, on découvre la liste des déportés juifs des camps de Beaune-la-Rolande et de Pithiviers à l'été 1942. Puis dans une colonne, surgissent les dates de naissance : 1933, 1935, 1936, 1939... Ainsi apparaît, sur papier administratif, le spectacle de l'horreur absolue : la déportation des enfants. Des 3 000 à 5 000 cartons d'archives que j'ai eu à dépouiller pour mon travail sur les camps d'internement, celui-ci, par sa réalité froide, m'a le plus bouleversé".

 

Denis Peschanski.

 

Corps 1

Pithiviers. Vue générale du camp et de l'entrée. Source : SHD

 

À la différence de la procédure "judiciaro-policière" traditionnelle, l'internement administratif vise des personnes non pour ce qu'elles ont fait (ou sont présumées avoir fait) mais pour le danger potentiel qu'elles représentent aux yeux du pouvoir. La continuité de cette procédure exceptionnelle implique-t-elle une continuité des politiques, ou dissimule-t-elle des différences de nature ? Sans négliger les phénomènes de continuité, nous privilégions la deuxième option, celle de la rupture.

La première loi permettant l'internement administratif dans la période date du 12 novembre 1938. Elle visait ce qu'on appelait alors "les indésirables étrangers". Forte symboliquement, puisque c'est pour cette catégorie que le premier camp à Rieucros, en Lozère, fut ouvert, et qu'elle s'inscrivait dans un contexte xénophobe, elle ne toucha que peu de monde sous la IIIe République finissante.

Ce sont les réfugiés espagnols fuyant les armées franquistes qui représentèrent, et de loin, la catégorie d'internés la plus nombreuse entre 1938 et 1940. A la fin de la IIIe République, sur les 465 000 personnes qui passèrent la frontière en février-mars 1939, près de 350 000 avaient séjourné dans des camps de fortune. Le camp de Gurs fut érigé en quelques semaines au printemps 1939. Le gouvernement français avait souhaité construire de vastes espaces d'internement après l'improvisation du début mais on mesure à un détail combien cette politique se voulait provisoire et circonstancielle : des lucarnes de bois se valaient fenêtres sur le côté des baraques. Pendant le printemps et l'été, ces ouvertures sommaires ne posèrent pas trop de problèmes, mais avec l'arrivée de l'automne, les internés durent choisir entre le jour et le froid. Les autorités avaient simplement prévu que les camps seraient supprimés à l'été. Celui de Gurs ferma en 1945. Quelques travaux furent réalisés, mais cet épisode montre que, dans l'esprit des autorités, l'internement, mesure exceptionnelle répondant à une situation exceptionnelle, devait être très provisoire.

Avec la déclaration de guerre en septembre 1939, s'ajouta une nouvelle catégorie d'internés : les "ressortissants des puissances ennemies" : Allemands et Autrichiens (l'Autriche était rattachée au Reich depuis l'Anschluss). Des mesures de précaution peuvent s'expliquer au début d'une guerre. Mais pendant des mois, près de 20 000 personnes se trouvèrent internées au nom d'une guerre menée contre celui qui était responsable de l'émigration vers la France d'une large majorité d'entre elles : juifs persécutés ou politiques réprimés. Comment pouvaient-elles comprendre leur internement et les réticences répétées des autorités françaises à les intégrer dans l'armée françaises ? En mai 1940, une nouvelle vague d'internement dans cette catégorie toucha également les femmes. La loi du 26 septembre 1939 interdisant les organisations communistes après la signature du double pacte germano-soviétique est bien connue. Le décret du 18 novembre 1939 va au-delà en permettant l'internement de tous "individus dangereux pour la défense nationale ou la sécurité publique". La circulaire ministérielle qui suivit à l'adresse des préfets est explicite : "la nécessité s'impose d'être armé non seulement contre le fait délictueux ou criminel, mais aussi contre la volonté notoire de le commettre". Tel est bien le coeur de l'internement.

Camp de Rouillé, dans la Vienne, où furent internés des communistes, des gitans nomades et des condamnés pour "Marché noir". Source : SHD

 

La logique d'exclusion

Entre l'été 1940 et le printemps 1942, c'est Vichy qui eut la main en matière d'internement, et sa logique d'exclusion prima. Deux chiffres suffisent à l'illustrer : en décembre 1940, on comptait environ 50 000 internés en zone non occupée (y compris l'Afrique du Nord) . il y en avait quelque 2 000 en zone nord. Cela ne signifie pas que la vie en zone occupée était plus facile pour les victimes. Simplement, le camp n'était pas, alors, une composante cruciale dans la stratégie de l'occupant. Ce dernier avait deux objectifs clairs : permettre au mieux la ponction des richesses du pays occupé . assurer la sécurité des troupes d'occupation. Dans les deux cas, l'existence d'un régime français autoritaire et d'une administration autochtone efficace offrait les meilleures garanties. Dans une première étape, après bien des hésitations liées aux tractations à l'été 1940 entre PCF et occupants, ces derniers acceptèrent de céder à la pression de la police française souhaitant l'internement de communistes. Bientôt, cette obsession de la sécurité transforma les camps de zone nord en pourvoyeurs d'otages face à la lutte armée qui émergeait. En outre, des milliers de Juifs et de nomades furent internés.

 

Camps d'internement en France. Source : MINDEF/SGA/DMPA/Joëlle Rosello
Cliquez sur l'image pour l'ouvrir

 

Cependant, l'internement fut avant tout caractéristique de la politique vichyste, elle-même sous-tendue par une interprétation générale de la défaite. Pour ces nouveaux gouvernants, la débâcle ne trouvait pas son origine dans des erreurs militaires. Elle s'expliquait, pour une part, par les aléas politiques récents mais l'essentiel tenait en fait au soit-disant pourrissement de la société, travaillée par ce que Pétain appela lui-même "les forces de l'anti-France", à savoir le Juif, le communiste, l'étranger et le franc-maçon. Dans une vision de complot très caractéristique de l'extrême droite française, rien ne servait de lutter contre l'occupation, qui n'était qu'un symptôme, il fallait s'attaquer aux racines du mal en régénérant la société française de l'intérieur par le rassemblement des éléments dits "purs" autour des valeurs traditionnelles (travail, famille, patrie, piété, ordre) et par l'exclusion des "impurs" responsables de la défaite. Dans cette perspective, le camp d'internement était une pièce majeure du dispositif.

Pour autant, la conjoncture eut aussi son mot à dire. Vichy n'avait pas les moyens de faire vivre ce réseau de centre qui, rapidement, entrèrent en crise, comme en témoigna la terrible mortalité des hivers 1941 et 1942 à Gurs. Sous la pression combinée des évènements et d'organisations d'entraide réunies et coordonnées dans ce qu'on a appelé le "comité de Nîmes", les camps se vidèrent peu à peu au point que, au début de l'été 1942, on ne comptait plus qu'environ 9 000 internés, contre 50 000 dix-huit mois plus tôt.

La logique de déportation et d'extermination

Vue générale du camp de Drancy (Seine-Saint-Denis). France, 1940-1944. Source : Mémorial de la Shoah/CDJC

 

Au printemps 1942, les camps français d'internement - tous sous administration française, sauf Compiègne et, à partir de juillet 1943, Drancy - prirent leur place dans la nouvelle logique allemande : la mise en oeuvre de la solution finale en France. Cela ne veut pas dire qu'il n'y eut plus d'internés politiques dans les camps, de nomades, de droits communs. Mais, dès lors, les camps servirent surtout d'antichambre de la mort pour les Juifs de France. Les chiffres sont connus : sur les quelques 320 000 Juifs présents en France, 76 000 furent déportés et seuls 2 500 survécurent. Ils furent environ 10 000 à avoir été livrés par les autorités de Vichy entre août et novembre 1942, soit avant l'entrée du premier allemand en zone sud.

Quel était le calcul de Vichy ? Le nouveau chef du gouvernement, Pierre Laval, s'imaginait pouvoir négocier la place de la France dans une Europe qui serait nécessairement nazie. Il avait un atout dans son jeu : les Juifs étrangers. Par ailleurs, lui comme René Bousquet et de nombreux hauts fonctionnaires avaient une obsession : affirmer l'autorité de l'Etat français sur l'ensemble du territoire national, quitte à prendre en charge la mise en oeuvre des objectifs de l'occupant en matière de répression et de persécution.

En cette période, ce fut donc la logique de déportation allemande qui prévalut. Mais Vichy accepta d'imbriquer sa propre politique d'exclusion dans cette logique-là. C'est aussi le moment où l'opinion française bascula. Elle fut profondément choquée par cette stigmatisation, ces rafles et ces déportations. S'il faut se garder de confondre opinion et action, cette prise de conscience aida la résistance de sauvetage menée par les organisations clandestines, comme les éclaireurs israélites de France (EIF) et le mouvement national contre le racisme (MNCR), ou par les oeuvres d'entraide présentes dans les camps, à condition, bien entendu, qu'elles associent action légale et action clandestine, comme ce fut le cas, par exemple, de l'oeuvre de secours aux enfants (OSE) ou du comité inter-mouvements auprès des évacués (CIMADE).

Le retour de la logique d'exception

La libération du territoire ne signifia pas la fin de l'internement mais sa mutation, à nouveau, en logique d'exception. En effet, la guerre continua de nombreux mois et il fallait assurer la sécurité sur les arrières. En outre, après quatre ans d'occupation et surtout après six mois d'une radicalisation de la répression sous la pression des miliciens, il fallait aussi organiser l'épuration. L'internement ne fut pas marginal. Au contraire, il connut même un pic, à l'automne 1944, avec plus de 60 000 internés en même temps. Il convient de rappeler la diversité des populations internées : collaborateurs soupçonnés mais aussi nomades internés depuis le 4 octobre 1940, sur ordre des Allemands, droits communs, trafiquants de marché noir ou civils allemands, souvent transférés depuis les zones de combat en Alsace et parmi lesquels la mortalité fut élevée. Le ministre de l'intérieur, Adrien Tixier, multiplia les pressions pour faire baisser au plus vite les effectifs. Son argumentation était simple : soit les internés étaient coupables et ils devaient être transférés en prison, soit on n'avait rien sur eux et ils devaient être libérés. Le dernier interné sortit en mai 1946. C'était un nomade.

Peu étudié et occulté de la mémoire collective jusque dans les années 1970, l'internement fut donc un phénomène massif qui toucha, de 1938 à 1946, près de 600 000 personnes. Plus de 200 camps dessinèrent ainsi une carte peu connue de la France des années noires.